Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III 1. – Opérations de terrainBeynes (Yvelines). Château

Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Beynes (Yvelines). Château

Responsable d’opération : Ludovic Decock
p. 235

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0145177

Texte intégral

1L’opération de fouille du château de Beynes a été réalisée à la demande de la municipalité dans le cadre de travaux de rénovation et de mise en valeur du bâtiment. Il s’agissait d’intervenir en trois endroits distincts  : l’intérieur du ravelin, la porterie et allée centrale du château et le sommet de la contrescarpe.

L’intérieur du ravelin (daté de 1470)

2S’il s’agissait avant tout de tenter de mettre au jour le niveau de sol originel ; la fouille de l’intérieur du ravelin a permis la découverte d’un certain nombre de murs, se rattachant à un état antérieur à l’édification du ravelin (seconde moitié du xve s.). Bâti sur le terrain naturel, ce dernier s’appuie sur les restes de ce qui semble être l’ancienne basse-cour. Différents murs mis au jour, constitués de blocs de pierre taillés ou équarris liés à la terre, correspondent à des vestiges de ce qui devait être l’occupation de la basse cour, datant dès lors du xiiie-xive s. et abandonnée dans la seconde moitié du xve s.

L’intérieur du château  : la porterie et l’allée pavée (le donjon)

3Dans un premier temps, la fouille de la partie ouest du château a été entreprise ainsi que la recherche du ou des différents niveaux de sol et des éventuels aménagements liés à l’entrée. Un niveau de sol en plâtre et ses réfections ont été mis au jour.

4Entre les deux tours internes, vers l’allée pavée, le nettoyage du sol a rapidement mené à l’observation de murs qui affleuraient. Il a été décidé de les dégager afin de mieux les comprendre. Il s’agit vraisemblablement de l’enceinte originelle du château qui s’appuie sur le terrain naturel. Un mur indéterminé a également été mis au jour.

5Dans un deuxième temps, un nettoyage des vestiges du donjon a été entrepris. Les moyens octroyés pour cette fouille étant très limités, ils n’ont pas permis d’observer la construction sur toute sa hauteur, ni de récupérer du mobilier.

La contrescarpe (SO)

6Au sommet de la contrescarpe dont le parement est visible depuis le fossé, l’opération a consisté en un nettoyage général. Rapidement un encorbellement dont une partie était visible depuis la douve a été mis au jour. Une ouverture partiellement obturée indiquait la présence d’un accès supposé depuis les douves (sous le pont aujourd’hui disparu) jusqu’au sommet de la contrescarpe, accès menant au bourg.

7Également au sommet de la contrescarpe, d’imposants blocs taillés en pierre calcaire, liés au mortier de chaux ont été dégagés. Ils semblent correspondre à un niveau de circulation. Sous ce premier ensemble, une cavité a été observée. Elle correspond à l’affaissement de la voûte d’une salle qui devait renfermer l’escalier (ou tout du moins le passage d’accès du niveau inférieur vers le niveau supérieur). Un nettoyage succinct a été pratiqué étant donné les risques d’effondrement des blocs du niveau supérieur, qui ne reposent qu’en partie sur une fine couche de mortier. Dans le prolongement de ces blocs, vers le nord, ont été dégagés en plan des blocs formant arc de cercle dont l’un présente un système d’écoulement d’eau. On peut supposer qu’il s’agit de la base de l’ancienne tourelle, dont on voit les niveaux d’encorbellement depuis la douve. Cet encorbellement répond à celui, identique, du ravelin qui lui fait face. Ces blocs taillés, sont liés à une fondation de blocs de calcaire noyés dans du mortier de chaux blanc.

8Depuis cet ensemble et observable sur plus de 3  m de long (mais coupé par le passage du réseau électrique), un mur en moellons de calcaire et silex noyés dans un limon brun est apparu. Perpendiculairement à ce mur, un autre mur se déploie vers le nord, il est composé de blocs de calcaire liés au mortier orange sableux. Ces murs correspondent à des constructions remontant à l’occupation du bourg médiéval.

9Différents remblais ont été mis au jour, traversant ces différents ensembles. Ils ont été distingués, fouillés et du mobilier a été récupéré (étude en cours).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ludovic Decock, « Beynes (Yvelines). Château »Archéologie médiévale, 45 | 2015, 235.

Référence électronique

Ludovic Decock, « Beynes (Yvelines). Château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 24 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7779 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.7779

Haut de page

Auteur

Ludovic Decock

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Ludovic Decock

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search