Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Biron (Dordogne). Le château

Responsable d’opération : Laure Leroux
p. 235-237

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1Aux confins du Périgord, de l’Agenais et du Quercy, s’élève le célèbre château de Biron. Le site s’organise en deux cours successives, dites Cour basse et Cour haute. En 2013, une campagne de sondages et d’étude du bâti avaient été menées dans deux bâtiments accolés constituant l’enceinte SE de la cour basse, avec des tours-logis s’apparentant à des ostals. La fouille avait révélé l’ancienneté de ce dispositif, dont la réalisation fut probablement amorcée au plus tard dans la seconde moitié du xiie s. Ces résultats ont encouragé la poursuite des recherches sur le terrain sous forme d’une campagne de fouille programmée centrée sur la cour basse, afin d’appréhender son emprise et son évolution. L’importance du dénivelé séparant cour basse et cour haute – près de 10 m – posait la question des circulations entre ces deux espaces, puisque l’escalier monumental actuel appartient aux ultimes transformations du château, dans la seconde moitié du xvie s. Cette campagne de fouilles comprenait donc des sondages dans la zone de contact entre la cour basse et les édifices de la cour haute, ainsi que la réouverture de secteurs aux limites orientales et occidentales de cet espace.

2Dans la cour, la fouille a mis au jour l’existence d’un fossé de 2,5 m de profondeur pour plus de 5 m de largeur, creusé directement dans le substrat géologique. Son tracé, face à l’une des plus anciennes tours de l’actuelle cour haute, laisse présumer qu’il délimitait le noyau seigneurial, sous forme d’un enclos fossoyé correspondant vraisemblablement au site castral originel. Le mobilier de son comblement permet d’ores et déjà d’affirmer qu’il est antérieur au dernier quart du xie s., datation qui devrait être prochainement précisée par des analyses 14C. Ce comblement pourrait avoir été associé à un profond remodelage du noyau seigneurial, et notamment la construction d’une tour barlongue, intégrant un escalier droit intra muros, qui pourrait avoir constitué le siège seigneurial du site castral en pleine expansion au cours du xiie s. L’entrée de cette tour semble avoir été desservie depuis la cour basse par une rampe de plus de 10 m de longueur dont témoignent des négatifs de charpentes découverts, associés à deux piles circulaires maçonnées, fonctionnant comme supports de poteaux. L’une de ces piles a été directement établie sur le comblement du fossé, un radier de pierre devant assurer sa stabilité. Le mobilier découvert contre ces piles indique que la construction de cette vaste rampe pourrait être datée du xiie s. Elle reproduit, en altitude, la démarcation symbolique et défensive que matérialisait jusqu’alors le fossé.

3Au cours du même siècle, ou, au plus tard, dans les premières années du siècle suivant, la cour basse est ceinte d’une clôture bâtie. Au SE, au plus près du noyau seigneurial, cette enceinte prend la forme de probables ostals intégrant poternes et venelle. Si le mobilier archéologique et les sources font défaut pour en identifier les occupants, cette configuration n’est pas sans évoquer le système des militia castri, notamment mis en lumière par Christian Rémy pour d’autres sites castraux du Périgord.

4Les abords occidentaux du site castral ont également livré une section de courtine, d’une mise en œuvre soignée mais dont la valeur défensive apparaissait secondaire en raison de sa faible épaisseur. Cette réalisation de prestige semble d’abord avoir pour but la délimitation de la cour basse et sa fermeture par rapport au seul accès cavalier menant au castrum. Cette enceinte a été incendiée de l’intérieur, dans la seconde moitié du xiie s. ou, au plus tard, dans la première moitié du xiiie s.

5Cette campagne de fouilles programmées a donc permis d’argumenter en faveur de l’ancienneté de ce site castral, qui pourrait appartenir à la première génération des castri périgourdins des environs de l’an Mil. Les vestiges de la rampe monumentale constituent également un des rares témoignages archéologiques concernant l’architecture des systèmes d’accès défensifs au xiie s., corroboré par les représentations des sièges de Dol et Dinan dans la tapisserie de Bayeux. Ces recherches révèlent enfin la rapidité de l’évolution architecturale de ce site aristocratique du xie au début du xiiie s., au temps de l’indépendance des Biron, qui passe de l’enclos fossoyé à la tour-maîtresse finalement transformée en tour-beffroi.

Biron, la cour basse : état des connaissances et des hypothèses en 2014.

Biron, la cour basse : état des connaissances et des hypothèses en 2014.

Relevés : L. Leroux; topographie : C. Martin et C. Mangier

Haut de page

Table des illustrations

Titre Biron, la cour basse : état des connaissances et des hypothèses en 2014.
Crédits Relevés : L. Leroux; topographie : C. Martin et C. Mangier
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7782/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 495k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laure Leroux, « Biron (Dordogne). Le château », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 235-237.

Référence électronique

Laure Leroux, « Biron (Dordogne). Le château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7782

Haut de page

Auteur

Laure Leroux

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Laure Leroux

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals