Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Blois (Loir-et-Cher). Château de Blois, aile François Ier

Responsable d’opération : Simon Bryant
p. 237

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1La campagne de fouilles programmées 2014 au château de Blois poursuit celle de 2013. Elle concerne le relevé et l’enregistrement des vestiges du château médiéval intégrés dans l’aile François Ier, notamment la courtine et deux des trois tours de flanquement : la tour du Milieu et la tour de la Porte des Champs. Les vestiges associés aux cuisines dites de François Ier ont été également appréhendés.

2Malgré la restauration de l’essentiel des murs, il a été possible de caractériser l’organisation intérieure du rez-de-chaussée de la tour du Milieu (le seul niveau conservé) et son articulation avec la courtine. On remarque les mêmes types de passages d’escalier intégrés dans l’épaisseur de cette dernière que ceux observés dans la tour Châteaurenault en 2013. Le plan de circulation permettait donc d’accéder aux étages des tours et aux niveaux supérieurs de la courtine depuis le rez-de-chaussée. L’homogénéité de ces ouvrages suggère une conception intégrée de l’ensemble, bien que la question de la datation de cette tour et du déroulement du chantier reste ouverte. En effet, les trois tours présentent des différences en ce qui concerne l’exécution des niches de tir avec la mise en œuvre de plusieurs techniques de couvrement (arc plein cintre ou à profil brisé, linteaux sur coussinets). On ignore si ces différences sont indicatives d’un échelonnement de la construction, de la présence d’équipes de maçons différentes ou d’exigences fonctionnelles des tours. À l’intérieur de la tour du Milieu, l’insertion d’une cheminée dans une des archères permet d’identifier une phase de transformation antérieure aux grandes modifications du xvie s. Elle s’inscrit dans une tendance générale de la fin du Moyen Âge qui consiste à augmenter les espaces habitables aux dépends des fonctions défensives.

3La tour de la Porte des Champs se situe à l’extrémité NE de la courtine et s’articule avec l’angle NE de la grande salle d’apparat, la Salle des États. Elle est la moins bien conservée mais l’analyse archéologique a permis l’enregistrement des niches de tir, effacées à l’extérieur par les restaurations. Il a également été possible de caractériser les modifications induites par la création du logis de François Ier dont le remplacement du couvrement d’origine par une voûte en briques.

4L’étude de ce secteur a permis d’observer un grand passage, sans doute une porte, dans le pignon ouest de la Salle des États. Cette ouverture devait assurer la communication entre le logis à l’ouest, derrière la courtine, et la pièce principale de la grande salle. Elle comporte deux états d’aménagement antérieurs à sa suppression lors de la création de l’aile renaissance. Malgré la présence d’enduits récents, il a également été possible d’identifier les vestiges des cuisines aménagées dans les pièces de la partie nord du logis, à l’extérieur de l’ancienne courtine et derrière la façade des loges. L’ensemble consiste en deux modules de deux pièces avec des cheminées accolées dos à dos dans les angles. La circulation entre ces espaces et le logis était assurée par un passage commun aménagé dans l’épaisseur de la courtine.

5Si notre étude vient appuyer celles de Frédéric Lesueur, vieilles d’un siècle déjà, on regrette de ne pas pouvoir revenir sur un certain nombre de ses observations faites à l’intérieur, notamment en ce qui concerne les niveaux du plancher du logis médiéval, les fenêtres et la pièce voûtée dont la localisation reste à préciser. On peut se demander si certaines de ses observations n’auraient pas été faites dans les pièces aveugles de l’aile François Ier, entre la tour du Milieu et la tour Châteaurenault. Nos résultats pour le Moyen Âge constituent surtout un complément et un affinement des travaux antérieurs dont les résultats devraient permettre d’assurer un suivi archéologique adéquat lors des éventuels travaux de restauration ou d’aménagement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simon Bryant, « Blois (Loir-et-Cher). Château de Blois, aile François Ier », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 237.

Référence électronique

Simon Bryant, « Blois (Loir-et-Cher). Château de Blois, aile François Ier » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7783

Haut de page

Auteur

Simon Bryant

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Simon Bryant

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals