Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Boves (Somme). Complexe castral et prioral du « Quartier Notre-Dame »

Responsable d’opération : Philippe Racinet, Richard Jonvel et Sandrine Mouny
p. 237-238

Entrées d’index

Année de l'opération:

2014
Haut de page

Texte intégral

1Une zone de 58 x 12 m a été décapée mécaniquement dans la basse cour du château de Boves, depuis la petite butte nord jusqu’au pied du talus surplombant le fossé sud de barrage d’éperon, en frôlant le fossé circulaire entourant la grande motte castrale. Trois grands secteurs ont pu être distingués.

2Au sud, une couche de craie blanche concassée pourrait correspondre à une voie d’accès au dernier château (xive-xvie s.), fouillée en 2013 sur le talus oriental. Aucune trace d’occupation ou d’aménagement n’a été retrouvée entre ce radier et le substrat calcaire, ce qui indique un arasement important de ce secteur, peut-être lors de la construction du châtelet d’entrée au dernier château, sous la forme d’une place d’armes. En revanche, le substrat calcaire est recoupé par de nombreuses structures en creux, appartenant aux phases anciennes d’occupation du château (xe-xie s.) : un important fond de cabane (avec des fosses d’ancrage d’un probable métier à tisser), des silos, des avant-trous et des trous de poteau, un four et un puisard. Des recoupements indiquent plusieurs séquences dans cette occupation dense. En particulier, les comblements de quelques silos sont recoupés par des fosses plus petites (diam. 0,80 m), assimilables à des trous de poteau ou à des avant-trous. Ces comblements de silos ne sont pas organiques et contiennent en général peu de mobilier ; ils n’ont pas servi de dépotoir, à l’exception des trois plus gros silos, riches en mobilier archéologique mais sans terre organique de comblement. Cet espace pourrait donc avoir d’abord une fonction de stockage (xe s.) puis une fonction d’habitat (xie s.) sans hiatus chronologique, les silos étant comblés pour y installer des poteaux.

3Ces remarques permettent de formuler une première hypothèse sur la relation entre la motte castrale, résidence seigneuriale, et la basse cour, espace socio-économique. Au début (phase 2A, 1re moitié du xe s.), un espace ouvert facilite les contacts entre les deux ensembles ; les silos sont installés en bas. Ensuite (phase 2B, 2e moitié du xe s.), en liaison avec la mise en défense de la motte (creusement du fossé circulaire, qui recoupe au moins un grand silo, et construction d’un rempart sur la plateforme), les deux espaces sont matériellement séparés ; les silos sont remontés sur la plateforme pour des raisons de sécurité et on établit des habitats de dépendants (domestiques, milites castri ?) au pied de la motte, dans la basse cour.

4Dans la section centrale de la zone de fouille, le substrat calcaire, toujours recoupé par des structures fossoyées, s’abaisse d’abord légèrement, ce qui correspond probablement à un phénomène naturel. Puis à ce niveau de la fouille, on le perd sous des remblais dans lesquels sont creusées des fosses, qui appartiennent donc à une phase d’occupation postérieure.

5Ces remblais ne cessent de s’épaissir vers le nord pour atteindre plus de 2,50 m au pied de la petite butte et les traces d’occupation se raréfient, en dehors d’un probable four qui recoupe lesdits remblais lités. Plusieurs hypothèses s’offrent à nous dans l’état actuel des recherches. Tout d’abord, le mobilier retrouvé dans ces remblais, daté entre le xie et le xiie s., permet de penser que ce brutal et fort abaissement du substrat calcaire pourrait correspondre à une carrière à ciel ouvert pour la construction du château-fort de la phase 4 (milieu du xiie s.). Mais on ne peut pas totalement écarter l’hypothèse d’un ancien fossé délimitant un espace de fortification plus vaste et antérieur à la motte castrale (installation carolingienne ?), puis comblé lors de la restructuration du site (mise en place de ladite motte). Enfin, il est toujours possible qu’il s’agisse d’une dépression naturelle, remblayée pour mettre en place la basse cour et peut-être aussi le prieuré Saint-Ausbert (début du xiie s.).

6Ce comblement lité a subi un arasement volontaire à une époque pour l’instant indéterminée, mais que l’on serait tenté de rapprocher du terrassement de la petite butte nord (interprétée en 2012 comme une motte de siège liée à l’attaque du château de Boves par Philippe Auguste en 1185).

7Enfin, du côté ouest et au centre de la zone de fouille, un ensemble construit (une abside, des murs, deux espaces carrelés…) se développe sur les remblais évoqués et se trouve à quelques décimètres du sol actuel. En partie établi sur la contrescarpe du fossé circulaire, il pourrait correspondre à un système d’entrée comprenant un pont dormant enjambant ledit fossé.

8D’une manière générale, cette campagne a mis en lumière une très forte densité d’occupation avec des phases successives comprises entre le xe et le xviie s., et surtout l’importance des travaux d’aménagement (creusement, comblement, arasement, nivellement), qui montre que le paysage de la basse cour est entièrement anthropisé.

Boves, vue, depuis le nord, de la zone de fouille 2014.

Boves, vue, depuis le nord, de la zone de fouille 2014.

Cl. S. Charrier

Haut de page

Table des illustrations

Titre Boves, vue, depuis le nord, de la zone de fouille 2014.
Crédits Cl. S. Charrier
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7784/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Racinet, Richard Jonvel et Sandrine Mouny, « Boves (Somme). Complexe castral et prioral du « Quartier Notre-Dame » »Archéologie médiévale, 45 | 2015, 237-238.

Référence électronique

Philippe Racinet, Richard Jonvel, Sandrine Mouny, « Boves (Somme). Complexe castral et prioral du « Quartier Notre-Dame » » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 30 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7784

Haut de page

Auteurs

Philippe Racinet

Articles du même auteur

Richard Jonvel

Articles du même auteur

Sandrine Mouny

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Philippe Racinet

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Richard Jonvel

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Sandrine Mouny

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals