Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Caen (Calvados). Le Château

Responsable d’opération : Bénédicte Guillot
p. 238-239

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0131902

Texte intégral

1Lors d’une opération d’archéologie préventive, en 2005, à l’emplacement des futures Salles du rempart destinées à la présentation des expositions du Musée de Normandie. Un mur appartenant à un grand bâtiment se développant au sud des limites de fouille a alors été mis en évidence. Une fouille programmée a été lancée en 2011, elle s’est poursuivie en 2012 et 2013 et s’est terminée en 2014.

2L’édifice tel que l’on peut le restituer est orienté E-O, perpendiculairement à l’enceinte qu’il longe étroitement. Il mesure 24 m de long sur 13 m de large environ (soit plus de 300 m²), ce qui en fait un des bâtiments les plus imposants du château. Cet édifice est aussi large que l’Échiquier (aula du xiie s.), distant d’une quarantaine de mètres vers le NE, mais moins long que lui (32 m pour l’Échiquier).

3La totalité du grand édifice a été totalement ouvert et fouillé. Le mobilier retrouvé dans les niveaux de construction confirme une datation de la fin du xiie s., probablement sous Henri II Plantagenêt. L’hypothèse d’un bâtiment sur deux niveaux est validée, avec un plancher à l’étage et un niveau inférieur de 90 m² situé à l’ouest, à l’endroit où le terrain naturel présente une pente beaucoup plus forte. Quatre grands plots maçonnés, régulièrement espacés, permettaient de supporter la toiture réalisée majoritairement en ardoise, d’après les vestiges recueillis dans les premiers niveaux de démolition.

4Au niveau de l’étage bas, d’épais remblais de sable, de limons argileux et de terre régularisaient le terrain avant la pose d’un premier sol en terre battue qui recouvrait légèrement le ressaut de fondations du pignon ouest. Durant l’occupation de l’édifice, un premier aménagement est construit au NO. Il se compose d’une maçonnerie E-O faisant retour vers le nord. Les mesures de sécurité n’ont pas permis d’avoir le plan exact de ce nouvel espace d’environ 8 m², qui enserre une des portes permettant l’accès à l’étage bas.

5Dans l’angle SO, au-dessous du petit réduit étudié l’année dernière, se trouvait une maçonnerie grossière, réutilisant des pierres taillées (dont deux boulets et une base de pilier). Ce petit espace de moins de 2 m² abritait un dépotoir comprenant entre autres des chevilles osseuses de bœuf, plusieurs squelettes en connexion de rongeurs et des coquilles d’œufs.

6Au sud de l’édifice, le bâtiment contigu, dont la fouille avait débuté en 2012, a été partiellement étudié. Il est étroitement lié à l’édifice, comme le montre son plan, très étroit (3,50 m) pour une longueur supérieure à 13 m. Il n’a pas pu être dégagé entièrement. Il possédait une porte à l’est, avec un pavage extérieur en calcaire orientant les eaux de pluie vers l’intérieur du bâtiment où un caniveau les conduisait vers l’ouest et les fortifications. Cet aménagement servait également à recueillir l’eau et à la conduire peut-être dans une citerne, qui se situerait alors plus à l’ouest, hors des limites de fouilles de cette année.

7Un des objectifs de la fouille 2014 concernait l’occupation antérieure à l’édifice. Plusieurs trous de poteau et fosses, dont une de grande taille, ont été fouillés. L’étude céramique permettra de cerner leur comblement, antérieur ou contemporain de la construction de l’édifice.

8Par ailleurs, au-dessous des remblais de construction, sur l’emprise du futur étage bas, diverses zones rubéfiées, des niveaux de cendre et de charbons de bois étaient préservés sur le terrain naturel aplani. La fouille de cet espace a permis de dégager les horizons antérieurs à la mise en place du grand édifice. Ces derniers se composent tout d’abord d’une zone de circulation composé de graviers et de dalles calcaires qui longeait la courtine sur plus de 7 m de large. Au niveau du sol, une pierre, en position horizontale, peu usée, présentait un graffiti du jeu de la triple enceinte, ce qui donne un rare exemple de jeu, en place, antérieur à la fin du xiie s.

9Sur ce niveau de circulation était installée une forge, avec un grand foyer en pavés calcaires et peut-être un second, plus petit. Un protocole de prélèvement a été mis en place et l’étude paléo-­métallurgique permettra de préciser le type de forge et les matériaux utilisés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Guillot, « Caen (Calvados). Le Château », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 238-239.

Référence électronique

Bénédicte Guillot, « Caen (Calvados). Le Château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 22 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7786

Haut de page

Auteur

Bénédicte Guillot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bénédicte Guillot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals