Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Campagne (Dordogne). Château

Responsable d’opération : Hélène Mousset et Mathilde Régeard
p. 239

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1Le domaine du château de Campagne, propriété du département de la Dordogne, accueille depuis 2009 dans les communs un pôle mixte de recherche archéologique régionale (CG24, SRA, Inrap, laboratoire Pacea), tandis que le château et son parc font l’objet d’un projet de restauration entamé en 2011, accompagné d’un suivi archéologique et d’un examen du bâti conduits par le service départemental de l’archéologie en collaboration avec le service régional de l’archéologie.

2L’opération a mis en évidence des vestiges rattachés au château, mais n’a pas permis de documenter davantage l’occupation antique identifiée par le marquis de Campagne lors des travaux d’aménagement du château dans les années 1870 (niveaux de briques et tegulae dans les fossés du château et fouille d’une batterie de fours de tuiliers au lieu-dit Les Séchoirs, de l’autre côté de la RD 706).

3Les investigations conduites dans le château ont permis de préciser différents états de construction, et d’observer pour la première fois un état ancien, pouvant correspondre à la seigneurie éponyme mentionnée par les sources à partir du milieu du xiie s. En effet, dans une cave, suite à l’évacuation des remblais modernes, un mur ancien, conservé sur 1,19 m de haut a été découvert, il était composé de quatre assises de pierres taillées et de trois assises partiellement préservées en arêtes de poisson, ce type de construction peut être attribué à la fin du xie ou au début du xiie s. Divers pans de murs rattachés à l’état des xiiie-xive s. indiquent une emprise plus importante du château à cette période. Ils ont été repérés dans les caves, mais également dans les tranchées réalisées autour du château, notamment un mur épais observé au sud. Ce dernier mur, parementé des deux côtés et large d’1,95 m, a été dégagé sur une hauteur d’1,30 m sans atteindre ses fondations. Il s’agit vraisemblablement de la limite méridionale de l’édifice, mur de façade ou de clôture. Le château, resté tardivement en coseigneurie, conserve les traces d’une organisation complexe avant les remaniements des époques moderne et contemporaine. Le caractère soigneusement arasé de la plupart de ces murs pourrait témoigner du grand « razement » opéré en 1432 après le départ des Anglais. Entre 1435 et 1470, deux nouveaux propriétaires aspirant à la noblesse acquièrent des parts de la seigneurie. Deux nouveaux logis, dont une bonne partie subsiste en élévation, sont édifiés au cours de la deuxième moitié du xve s. dans l’espace délimité par les fossés. La famille de Laborie réunit le domaine en 1756, par achat. Dans le troisième quart du xviiie s., des réfections, notamment de toitures et fenêtres, confèrent au château une apparence unifiée et classique. Le marquis Raoul de Campagne (1821-1882), entreprend un chantier qui dure de 1850 à sa mort et transforme assez sensiblement la silhouette de l’édifice, ajoutant tourelles, créneaux et loggia, dans un style médiéval teinté d’inspiration vénitienne du Quattrocento.

4Dans le parc, les vestiges mis au jour dans les tranchées, sont rattachés pour l’essentiel aux grands travaux de Raoul de Campagne, et notamment aux aménagements hydrauliques et paysagers pour l’agrément du parc. Ils consistent en canalisations, égouts et chemins de cailloutis. Par ailleurs, un bassin à fontaine, figuré sur un croquis représentant un état du jardin au début du xixe s., organisé selon un schéma classique depuis la façade nord du château (coll. Archives départementales) a été observé.

5Le long de la route départementale 35, un décaissement important en front de talus, face au mur de clôture du parc du château, a révélé la partie basse d’un four bâti circulaire de 2 m de diamètre, composé d’une chambre unique présentant sept recharges de sole rubéfiées, destinées à la cuisson alimentaire. Des datations 14C indiquent un fonctionnement long, au moins entre la deuxième moitié du xiie et la deuxième moitié du xiiie s. Il pourrait s’agir du four banal mentionné au xive s. d’après J. Bouchereau (BSHAP, 1971).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Mousset et Mathilde Régeard, « Campagne (Dordogne). Château », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 239.

Référence électronique

Hélène Mousset, Mathilde Régeard, « Campagne (Dordogne). Château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7787

Haut de page

Responsables d'opération

Hélène Mousset

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Mathilde Régeard

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals