Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Lacaze (Tarn). Château

Responsable d’opération : Catherine Viers
p. 244-245

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0133474

Texte intégral

1Le château de Lacaze, implanté dans un méandre du Gijou offre aujourd’hui une façade symétrique ordonnancée de style renaissance. Il se développe sur quatre niveaux, le dernier étant très remanié. Le premier niveau est un soubassement doté d’arcs de décharge. Au-dessus se développe un entresol, puis l’étage noble pourvu de grandes fenêtres à croisées et double croisillon. Propriété des Bourbon-Malauze depuis 1593, la façade arbore leurs armes « d’azur aux trois fleurs de lys d’or, brisé d’un bâton péri en bande ». La première mention des terres de Lacaze est un acte de vente de 1415.

2Les décaissements récents liés aux futurs aménagements de deux salles de l’entresol ont mis au jour un état antérieur à l’époque moderne. Les vestiges se situent à peu près au niveau de la tour axiale de la façade principale du château, donnant sur le Gijou. Une tour dotée d’une conduite d’eaux usées et une partie de la courtine ont été dégagées. Bâties en moellons de schiste, les deux constructions sont contemporaines, probablement médiévales. En effet, la faible épaisseur du mur d’escarpe, la conduite d’eau qui débouche au nu du mur correspondent plutôt à des constructions du xiiie ou xive s. Elles définissent un premier château qui, d’après le talus du mur découvert, se développait vers le nord, à l’emplacement de la partie du bâtiment dont les parements sont en schiste. Une évacuation d’eau creusée dans le rocher sur lequel s’implante la tour drainait les eaux en bordure du château. À l’occasion de la construction du château Renaissance, tout au moins de sa partie méridionale, ces constructions anciennes ont été arasées et ont servi de fondation au nouveau château. Ce dernier est doté de murs puissants (entre 2,15 et 2,30 m d’épaisseur) ; ces dimensions considérables pour un château au caractère plutôt résidentiel sont peut-être à mettre sur le compte de l’implantation du bâtiment sur une pente abrupte du rocher, en bordure du Gijou. Ce rocher, qu’on observe en effet à la base des murs, est taillé pour asseoir les constructions. Depuis le niveau supérieur, on accédait à l’étage d’entresol par un escalier. Une volée de cet escalier est encore conservée et les vestiges de la suivante sont apparents sur un mur de refend. La salle desservie mesure 77 m². Elle est éclairée par trois petites fenêtres jumelées et dotée d’une cheminée. Elle dessert au sud une tour de 5 m de diamètre qui abrite un évier et une petite pièce au nord dont le mur septentrional s’appuie sur les vestiges du château médiéval. Les sols de cet état ont totalement disparu et se trouvaient plus haut que le sol actuel. Leur niveau peut être restitué à partir des hauteurs des ressauts présents à la base des murs, ainsi que la hauteur de la base de la cheminée et du départ de l’escalier.

3Plusieurs aménagements interviennent dans un second temps. Il semble que le couvrement de la grande salle, dont la base est en rupture avec les départs d’arcs des piédroits de fenêtres, est une réfection. Les deux fenêtres de l’angle SE ont été confortées en les bouchant par moitié. Le couvrement de l’embrasure de la fenêtre sud est d’ailleurs quasi intégralement refait. Ces consolidations sont certainement liées à la réparation de désordres dus à la surcharge occasionnée par l’emplacement de la tourelle cornière. Les trous de boulin présents à mi-hauteur du berceau témoignent de l’installation d’un plancher intermédiaire. La faible hauteur de l’espace créé (environ 1,65 m) en fait un espace de stockage. Un nouvel accès est apporté à la salle par la transformation en porte de la fenêtre éclairant la tour.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Viers, « Lacaze (Tarn). Château », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 244-245.

Référence électronique

Catherine Viers, « Lacaze (Tarn). Château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 22 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7803

Haut de page

Auteur

Catherine Viers

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Catherine Viers

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals