Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Martailly-Lès-Brancion (Saône-et-Loire). Château de Brancion : transect dans le flanc nord de la butte

Responsable d’opération : Benjamin Saint-Jean Vitus
p. 246-247

Entrées d’index

Année de l'opération:

2014
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/011409

Texte intégral

1Mentionné pour la première fois en 944 sous la forme explicite de « castrum Brancudunum », le site perché de Brancion occupe un éperon rocheux détaché d’une des lignes de crêtes séparant la vallée de la Saône de celle de la Grosne, à 13 km à l’ouest de Tournus. Les trois-quarts ouest du site sont occupés par une plateforme cernée par les vestiges d’une enceinte fortifiée médiévale, où se concentre le village d’époque moderne, autour de sa halle. De 2002 à 2007, cet ensemble a fait l’objet d’investigations archéologiques de l’Inrap, qui ont révélé une occupation continue depuis l’époque mérovingienne. Mais le quart oriental du site forme un promontoire escarpé assurant le lien avec la crête adjacente, dont il est séparé par un large fossé : c’est sur cette butte que s’est fixée une résidence seigneuriale dont témoignent des ruines attribuables aux xie-xiie s., dominées par un donjon quadrangulaire encore en élévation. En 1259, le rachat de la châtellenie par les ducs de Bourgogne a entraîné de nouvelles constructions monumentales datables plutôt des alentours de 1300, leurs restes, accolés au donjon, dominent le site. C’est dans le cadre de travaux de mise en sécurité et d’aménagement du parcours de visite de ces vestiges classés Monument historique, que les fouilles ont repris depuis 2012 sur le flanc nord de la butte du château.

2Après une première tranche qui sur 10 m de dénivelé, a offert un écorché ponctuel des occupations successives du site depuis le ixe s., la fouille visait à sonder une autre partie de la pente, selon une transversale S-N, sur 8 m de dénivelé cette fois, depuis une terrasse haute précédant le logis d’époque ducale au sommet, jusqu’à un puissant mur de soutènement qui retient la pente au nord. Pour éviter de déstabiliser l’ensemble, cette exploration-témoin a dû se faire en deux secteurs séparés : l’un au sud, en haut de pente et l’autre au nord, en contrebas, en amont du mur de soutènement.

3Le phasage de l’occupation s’avère le même pour les deux secteurs. La fouille n’a pas pu descendre au-delà de 1,50 m de profondeur au sud et 2,60 m au nord, atteignant terrain en place et sols de circulation extérieurs du xie s. Au sud, on peut mettre en relation un de ces niveaux avec une maçonnerie en opus spicatum découverte dans la pente en 2012 – sur laquelle s’est appuyée, bien plus tard, la fondation du contrefort d’angle du logis ducal. Ces éléments témoignent de l’extension de la résidence seigneuriale contemporaine de la probable aula conservée sous forme de ruines en élévation au sommet du château. Ils suggèrent pour le xie s. une topographie différente de l’actuelle. La seconde grande période d’occupation correspond au xiie-xiiie s. Elle est contemporaine, entre autres, de la construction puis de l’utilisation du donjon et du glacis ménagé à ses pieds vers le nord. Dans le secteur nord de 2014, un important cône de remblais modifiait la pente, avant dépôt d’une épaisse couche d’occupation charbonneuse datée du xiie s., richement fournie en rejets de consommation carnée. Celle-ci est coupée à son tour, environ vers 1200, par l’insertion dans la pente d’une construction maçonnée de qualité médiocre. Sur son flanc est, un niveau empierré évoque le chemin d’accès au château repéré à flanc de pente, en contrebas du donjon. Plus haut, dans le secteur sud, l’implantation successive, entre la fin du xiie et le xiiie s. sans doute, des deux murs parallèles et des sols associés émergeant de la pente sous la terrasse supérieure actuelle, dessine, en fin de période, un passage de 2 m de large doté de son propre sol, qui mord le flanc de la pente et se poursuit sous les remblais de la terrasse haute.

4La construction au sommet de la butte, au nord de l’ancienne aula évidée et transformée en cour, du grand logis d’époque ducale constitue l’étape suivante. Dans un premier temps, le passage entre les deux murs du secteur sud de 2014 est conservé à 2,30 m en avant de sa façade. Sa destruction paraît contemporaine, au début du xive s. sans doute, de l’insertion du bâtiment dont les ruines émergent des éboulis. Celui-ci barre le passage emprunté par le chemin d’accès du xiie-xiiie s., qui retient vers l’est une nouvelle terrasse à mi-pente sous le logis ducal. Il s’agit d’un édifice de plan presque carré de 10 m sur 12,50 m, doté à sa base d’une salle enterrée de type cellier, initialement voûtée d’ogives. La pièce supérieure disparue pouvait desservir directement la terrasse orientale. La dernière phase d’occupation est consécutive à la démolition de ce bâtiment : elle voit la création, au nord, du grand mur de soutènement inférieur, épais de 5 m et haut de 7 m. Sa construction est précédée d’un très vaste creusement, entaillant à l’oblique tout le bas de pente. Cinq mètres plus haut, dans le secteur sud, le mur de la terrasse précédant aujourd’hui le logis ducal paraît contemporain ; il est initialement percé d’ouvertures évoquant des fenêtres de tir. Entre les deux est mis en place un glacis, à l’origine de la pente actuelle. Un tel aménagement suggère la transformation de la partie supérieure du château en réduit défensif, en contexte de développement de l’artillerie. Encore mal daté, cet épisode ne peut être antérieur au xve s.  : une datation au xvie s. reste cependant probable. Le contexte évoque en effet la période des guerres de Religion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benjamin Saint-Jean Vitus, « Martailly-Lès-Brancion (Saône-et-Loire). Château de Brancion : transect dans le flanc nord de la butte »Archéologie médiévale, 45 | 2015, 246-247.

Référence électronique

Benjamin Saint-Jean Vitus, « Martailly-Lès-Brancion (Saône-et-Loire). Château de Brancion : transect dans le flanc nord de la butte » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 04 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7807

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals