Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Montargis (Loiret). Le château, tour est

Responsable d’opération : Simon Bryant
p. 247

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0134352

Texte intégral

1Actuellement, le château est partagé entre plusieurs propriétaires dont l’Association pour la sauvegarde des remparts du Château de Montargis, créée en 2005. Celle-ci a déjà engagé plusieurs actions de sauvegarde dont une première tranche de restitution des jardins entre 2009 et 2010 et la consolidation des remparts du côté est du château, face à la ville, en 2010 et 2011. Cette intervention s’inscrit dans le cadre des travaux de restauration des remparts orientaux et de la seule tour subsistante.

2Au moment de l’intervention, les élévations du rempart avaient déjà été restaurées et la stratigraphie au pied de celui-ci creusée sur une profondeur de 0,60 m environ pour l’enfouissement d’un câble électrique qui alimente l’éclairage nocturne des murailles. Le sondage archéologique a repris à l’emplacement d’un des quatre sondages géotechniques réalisés avant les travaux de restauration.

3Un sondage placé entre le rempart et la base de la tour a montré que cette dernière avait été construite dans une tranchée de fondation de 0,60 à 0,80 m de profondeur, creusée dans le substrat calcaire qui forme le coteau. Un blocage maçonné a été réalisé dans la tranchée étroite afin de créer la base de l’élévation en pierre de taille. La maçonnerie est conservée sur une hauteur de quatre à cinq assises mais est en très mauvais état à cause de la nature crayeuse du calcaire employé. Le sondage a également montré la conservation d’une stratigraphie associée à la construction de la tour, bien que celle-ci ait été largement détruite par les occupations plus tardives. En effet, le coteau qui s’étend au pied des remparts a été urbanisé à partir du xviie s. : il a été aménagé en terrasses pour des maisons avec de petits jardins. Ces constructions furent démolies au cours des années 1970. Bien que les résultats soient un peu décevants, cette intervention a pu confirmer l’existence d’une stratigraphie médiévale encore en relation avec les maçonneries. On peut donc supposer un meilleur potentiel archéologique dans les zones où les remblais sont plus importants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simon Bryant, « Montargis (Loiret). Le château, tour est », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 247.

Référence électronique

Simon Bryant, « Montargis (Loiret). Le château, tour est » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7809

Haut de page

Auteur

Simon Bryant

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Simon Bryant

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals