Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Nans-les-Pins (Var). Les châteaux

Responsable d’opération : Vincent Ory
p. 247-248

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1Pour approfondir les connaissances sur le site du Vieux-Nans (Var), qui fait l’objet d’un programme de mise en valeur en vue de sa réouverture au public, la mairie de Nans-les-Pins, sous l’impulsion de l’association Nans autrefois, a sollicité le LA3M pour commencer l’étude du site. Le dépouillement des archives avait permis d’entrevoir de manière limitée l’histoire de cet important habitat perché, cette opération marque la volonté de connaître le site par l’archéologie. En effet, il n’a bénéficié que d’une intervention succincte, en 1962, dans le chœur de l’église du complexe castral, sous l’égide de Gabrielle Démians d’Archimbaud ; elle n’a fait l’objet ni d’un rapport, ni d’une étude du mobilier.

2La brève opération consistait à décaper à nouveau le sondage réalisé en 1962 et à vérifier et compléter les informations alors recueillies. Réalisé dans l’église Saint-Sébastien, le sondage (fig.) avait révélé l’existence d’une construction primitive à abside qui pouvait ­correspondre à la chapelle Saint-Léonce évoquée dans l’acte n° 83 du Cartulaire de Saint-Victor (daté de 781, mais plutôt datable d’après 1005). Ce décapage, effectué dans la troisième travée de la nef de l’église Saint-Sébastien, a révélé un ensemble de structures maçonnées superposées. L’une d’elles (MUR 0210), conservée sur une hauteur de trois assises, présente un plan hésitant, grossièrement hémicirculaire d’un diamètre d’environ 3,50 m ; elle semble témoigner de l’existence d’une chapelle à abside, antérieure à l’église encore observable aujourd’hui. Sous celle-ci, un massif maçonné informe qui s’expliquent sans doute par l’importante irrégularité du substrat sur lequel l’édifice est implanté paraît avoir joué le rôle de fondations pour la chapelle. Les autres structures mises au jour entre le mur gouttereau S de l’église Saint-Sébastien et le mur de l’abside (MUR 0210) ne peuvent pas pour l’instant être interprétées en raison de l’étroitesse de la fenêtre.

3Bien que la zone soit vierge de tout mobilier (puisque déjà excavée), il semble que l’on puisse proposer une chronologie relative pour la construction et l’évolution de l’église, sans toutefois pouvoir établir une datation précise. Ainsi une première construction à abside semi-circulaire, sans doute à vocation religieuse et peut-être ancrée sur un bâtiment plus ancien, a été érigée sur l’éperon rocheux.

4Une tour a ensuite été établie à l’est de la chapelle. L’accès s’y faisait au nord par une porte aménagée à flanc de falaise. Sa fonction n’est pour l’instant pas établie. Elle pourrait résulter du régime ­coseigneurial au plus fort des affrontements entre la famille vicomtale de Marseille et l’abbaye victorine dont le castrum dépend, ou faire partie du système défensif de l’habitat que suggère sa proximité avec la porte NE.

5Détruite par un incendie, la chapelle fut rasée juste au-dessus de son niveau de fondation avant que ne soit construite une nouvelle église. Les murs nord et sud sont érigés selon la même orientation que les murs antérieurs en prenant en partie appui sur eux, et viennent s’accoler en coup de sabre contre le mur ouest de la tour qui joue alors le rôle de chevet plat. L’ensemble des murs a été ensuite recouvert d’un enduit rouge à joints figurés blancs.

6Sans doute afin de faciliter l’accès entre la tour et l’église, celle-ci semble avoir fait l’objet d’un dernier remaniement qui a modifié considérablement l’organisation interne de l’édifice. Un mur de refend (MUR 0205) a été construit sous l’arc triomphal et une porte est percée dans le chevet, modifiant par la même occasion toute la structure interne de la tour par la mise en place d’un plancher condamnant l’accès nord. Une porte excentrée aménagée dans le nouveau chevet devait toutefois permettre d’accéder à la pièce intermédiaire nouvellement formée.

7L’intervention prévue pour l’année 2015 devrait permettre de valider ces hypothèses et de compléter les données concernant la chapelle antérieure, notamment en étendant la fouille dans la nef, du mur gouttereau S de l’église Saint-Sébastien jusqu’à la falaise au nord. L’intérêt premier est surtout de comprendre le statut de cette église prise en tenaille entre la tour orientale du complexe castral et le logis seigneurial.

Nans-les-Pins, les châteaux, évolution architecturale de l’ensemble église/tour orientale, d’après le relevé établi à la demande de G. Démians d’Archimbaud 1962.

Nans-les-Pins, les châteaux, évolution architecturale de l’ensemble église/tour orientale, d’après le relevé établi à la demande de G. Démians d’Archimbaud 1962.

Dessin V. Ory, 2014

Haut de page

Table des illustrations

Titre Nans-les-Pins, les châteaux, évolution architecturale de l’ensemble église/tour orientale, d’après le relevé établi à la demande de G. Démians d’Archimbaud 1962.
Crédits Dessin V. Ory, 2014
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7810/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Ory, « Nans-les-Pins (Var). Les châteaux », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 247-248.

Référence électronique

Vincent Ory, « Nans-les-Pins (Var). Les châteaux » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7810

Haut de page

Auteur

Vincent Ory

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Vincent Ory

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals