Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Pouancé (Maine-et-Loire). Château

Responsable d’opération : Emmanuel Litoux
p. 249-250

Entrées d’index

Année de l'opération:

2014
Haut de page

Texte intégral

1Une étude archéologique a été conduite sur le front occidental du château de Pouancé à l’occasion d’une campagne de restauration portant sur la courtine ouest qu’encadrent la Grosse tour au sud et, au nord, la tour heptagonale contre laquelle s’adossait un grand corps de bâtiment aujourd’hui ruiné. Deux pans de maçonnerie observés à la base de la tour heptagonale semblent pouvoir être associés à un état datant au plus tard du tout début du xiiie s.

2L’architecture défensive du site se structure de façon plus pérenne dans le courant du xiiie s., avec l’établissement d’une enceinte ovalaire flanquée de tours circulaires. Dans le secteur étudié, les deux tours de la fin du Moyen Âge encadrant la courtine prennent appui sur des ouvrages plus anciens, de plan circulaire. La courtine elle-même conserve les vestiges, malheureusement très remaniés, d’un mur d’enceinte surmonté de ce qui pourrait avoir constitué son parapet. L’hétérogénéité des maçonneries, qui fait écho à ce qui a déjà été observé dans d’autres secteurs du château, suggère des campagnes de travaux bien distinctes et un chantier sans doute étalé dans le temps.

3La construction du grand corps de logis, dont le mur extérieur surmonte la courtine ouest, intervient dans la seconde moitié du xiiie s. ou dans la première moitié du suivant. L’édifice, de 12,2 m sur 25,8 m hors-œuvre, comportait une cave voûtée de 85 m², une salle basse de 203 m² et vraisemblablement une grande salle d’étage dont le volume montait sous charpente ; sa surface devait approcher 245 m². Elle était assez abondamment éclairée, notamment par quatre fenêtres ouvertes dans le mur ouest. Des traces de faux joints peints dans l’embrasure des baies laissent supposer un décor couvrant au moins une partie des élévations intérieures. L’édification de cette grande salle pourrait être attribuée aux Beaumont, seigneurs de Pouancé à partir de 1263. Elle met clairement en avant la dimension résidentielle du château, au détriment de considérations strictement défensives.

4Le regain des tensions au début de la guerre de Cent Ans est sans doute à l’origine d’une campagne de renforcement des fortifications du château, probablement dans les années 1350-1360. La courtine ouest, tout comme la courtine nord, va être doublée, côté extérieur, par un puissant contre-mur, mesurant entre 1,6 m et 1,9 m d’épaisseur, permettant d’établir un chemin de ronde qui masque une partie du toit de la grande salle. Des chéneaux dirigeaient les eaux de pluie ruisselant sur la couverture vers deux canalisations intra-murales qui les rejetaient vers l’extérieur.

5Peu après, sans doute entre 1371 et 1379, Pierre II d’Alençon fait araser la tour sud pour reconstruire la Grosse tour dont les étages supérieurs offraient des espaces résidentiels chauffés, équipés de placards et de latrines en encorbellement sur l’escarpe.

6Tout au long du xve s., les tensions avec la Bretagne vont entraîner d’importantes modifications architecturales destinées à adapter la place-forte au progrès de l’artillerie à poudre. Sur le front ouest, cela se traduit par la reconstruction de la tour heptagonale dans les années 1420-1440, peut-être après les destructions occasionnées par le siège de 1432. Ce chantier est suivi au milieu du xve s. par l’édification d’une petite bastille au pied de la Grosse tour pour défendre l’accès à une poterne.

7Le déclassement, sans doute progressif, du château en tant que lieu de résidence intervient dans le courant du xviiie s. suivi d’une phase de ruine et probablement d’un dépeçage organisé. Sur le front ouest, cela se traduit par la destruction presque complète des trois élévations nord, est et sud du corps de logis. Plusieurs interventions, mal calées chronologiquement mais qui pourraient dater de la fin du xviiie s. ou du début du xixe s., montrent le souci de conforter les ruines, vraisemblablement en prévision de la construction des bâtiments en appentis contre les courtines. L’abandon définitif du site, en raison de sa dangerosité, intervient dans les années 1920.

Pouancé, coupe transversale du corps de logis adossé contre la courtine ouest, après l’édification du contre-mur au milieu du xive s. Le plancher, le mur gouttereau oriental et la charpente sont entièrement restitués.

Pouancé, coupe transversale du corps de logis adossé contre la courtine ouest, après l’édification du contre-mur au milieu du xive s. Le plancher, le mur gouttereau oriental et la charpente sont entièrement restitués.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Pouancé, coupe transversale du corps de logis adossé contre la courtine ouest, après l’édification du contre-mur au milieu du xive s. Le plancher, le mur gouttereau oriental et la charpente sont entièrement restitués.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7817/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Litoux, « Pouancé (Maine-et-Loire). Château »Archéologie médiévale, 45 | 2015, 249-250.

Référence électronique

Emmanuel Litoux, « Pouancé (Maine-et-Loire). Château » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 29 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7817

Haut de page

Auteur

Emmanuel Litoux

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Litoux

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals