Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Rennes (Ille-et-Vilaine). Les Portes Mordelaises

Responsable d’opération : Elen Esnault
p. 250-251

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0134852

Texte intégral

1Après la fouille du fossé et l’étude de bâti du châtelet et des courtines adjacentes, la troisième campagne de fouille programmée sur les Portes Mordelaises a porté sur le boulevard d’artillerie. L’étude a montré que les niveaux archéologiques étaient parfaitement conservés malgré les nombreux remaniements postérieurs et notamment l’installation d’immeubles à l’époque moderne, puis leur destruction à la fin du xxe s. Sept sondages manuels réalisés dans les anciennes caves des immeubles ont permis de reconnaître le terre-plein central du boulevard avec ses niveaux de circulations formés par des sols de cailloutis (xve-xviie s.).

2L’hypothèse de deux phases de construction de l’ouvrage avancé a pu être vérifiée et confirmée : une première barbacane, de taille plus modeste, a fait l’objet d’une extension et d’une transformation en véritable boulevard d’artillerie dans le courant du xve s. S’il manque encore des informations sur le premier état, le second est aujourd’hui bien documenté et son organisation architecturale a été complétée. Grâce à la position des ouvertures de tir, les limites du fossé ont pu être réinterprétées de façon plus précise.

3La principale nouveauté reste la richesse et la complexité de la stratigraphie, très bien conservée malgré les nombreux remaniements postérieurs.

4La fouille du boulevard, qui reste à achever, a livré du mobilier ancien (monnaie et céramique) qui permet d’attribuer les premiers niveaux d’occupation à la fin de l’Antiquité ou au haut Moyen Âge renouvelant ainsi la problématique de la fouille. La question se pose de la présence, dès l’Antiquité, d’une porte dans la muraille associée à un axe fort. Le châtelet aurait permis ainsi de fixer une partie de la trame antique.

5Les niveaux altomédiévaux, s’ils peuvent être interprétés, seront également une source précieuse pour documenter Rennes durant cette période pour laquelle les sources restent relativement lacunaires.

6La présence d’indices anciens, antérieurs à la mise en place des ouvrages avancés, motive par conséquent une année supplémentaire de recherches afin de compléter les données archéologiques préalablement à la mise en valeur du site.

Rennes, Portes Mordelaises, vue générale de la fouille.

Rennes, Portes Mordelaises, vue générale de la fouille.

Cl. E. Esnault, Inrap

Haut de page

Table des illustrations

Titre Rennes, Portes Mordelaises, vue générale de la fouille.
Crédits Cl. E. Esnault, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7818/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elen Esnault, « Rennes (Ille-et-Vilaine). Les Portes Mordelaises », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 250-251.

Référence électronique

Elen Esnault, « Rennes (Ille-et-Vilaine). Les Portes Mordelaises » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7818

Haut de page

Auteur

Elen Esnault

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Elen Esnault

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals