Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Rodemack (Moselle). Le Burg, la Citadelle

Responsable d’opération : Jean-Denis Laffite
p. 251-252

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1Les fouilles 2014 effectuées sur le noyau originel et la basse cour du site ont mis au jour des fondations de bâtiments jusqu’alors inconnus sur les plans les plus anciens de la forteresse du xviiie s. La localité est attestée dès la fin du ixe s., mais il faut attendre 1190 pour ­qu’Arnauld Ier, sire de Rodemachern, vassal du comte de Luxembourg, fasse construire un château. Gilles Ier lui succède en 1220. Il assoit sur les terres luxembourgeoises mosellanes un lignage puissant, qui se développe au xiiie s. et connait son apogée au xive s. Dans ce contexte, la découverte la plus remarquable correspond à la mise au jour, dans la partie centrale du site, de fondations et de sols bien conservés de la demeure seigneuriale probable, habitée durant les xiiie et xive s. Elle est composée d’au moins six pièces au rez-de-chaussée, d’une cuisine avec un grand foyer central, équipée d’une chambre à four et accolée à une resserre et d’une cave établie sous une tourelle en façade. Une grande salle rectangulaire était comprise entre cette cuisine associée et un ensemble de pièces plus petites, probablement destinées au logement (chambres, antichambres, poêle), car décorées d’enduits muraux peints en faux appareil. Les murs solidement maçonnés, épais d’un mètre, laissent supposer que la bâtisse (17 à 18 m x 12 à 15 m) comportait plusieurs étages. Les fouilles de la cuisine et de la cave ont livré des monnaies, de la céramique et des boucles de ceintures du xiiie s. ; des datations 14C effectuées sur des graines carbonisées, confirment une datation comprise entre 1210 et 1280. Mais une occupation plus ancienne a été révélée grâce à la découverte de mobilier épars (du vie au xie s. et d’époque gallo-romaine) perturbé par les constructions médiévales et modernes.

2Vers le milieu du xive s., le premier château central fut détruit et rasé pour être rebâti, semble-t-il, vers la porte principale renforcée par un nouveau châtelet dont le passage voûté en ogive subsiste. Les seigneurs, qui avaient su renforcer leur puissance territoriale sur les territoires lorrains, barrois et luxembourgeois, avaient fait améliorer la défense du site en développant les fortifications, ainsi que la partie résidentielle par la construction d’un nouvel ensemble architectural, situé sur le point le plus haut du site, vaste de 40 m sur 25 à 30 m, accolé à la courtine médiévale. Les principales découvertes correspondent à une partie des fondations de ce château, ainsi qu’à des corps de bâtiment installés dans la basse cour attenante, occupée au xive et xve s. (caves, granges, ateliers). Des bases de colonnes à collerette et des bases facettées, ainsi que des portes et des escaliers, qui appartiennent à une grande salle du château et à deux salles attenantes partiellement explorées, ont pu être dégagées ainsi qu’une première tour arasée et son escalier en vis du xve s. situés contre la courtine médiévale. Le sous-sol creusé dans le roc d’une deuxième tour à fenêtre basse de tir, située à proximité de la porte du pont-levis qui donnait sur la basse cour, a été mis en évidence, mais sa datation est imprécise, entre la phase du château xve ou celle du château Renaissance xvie s. Les vestiges de la phase xve s. sont scellés par un niveau d’incendie datable de la fin du siècle, qui semble correspondre à la destruction du château de Gérard de Rodemack par les Luxembourgeois qui récupèrent la seigneurie à cette époque. Plusieurs carreaux d’arbalètes, pointes de flèches perforantes, boulets en pierre de divers calibres, ainsi qu’une dague ont été découverts dans ce contexte.

3L’architecture militaire de la citadelle partiellement conservée (restauration MH en cours), présente des vestiges en élévation datables du xvie au xviiie s. Le « grand logis » correspondant au château renaissance construit par les Margraves de Bade entre 1525-1550, sur le flanc SO du noyau castral, fut détruit en 1811 ; seule sa grande cave a été préservée. Dans la basse cour sud, un grand bâtiment a été rebâti au xvie s., sur des constructions incendiées de la phase antérieure. Il pourrait s’agir d’une grande grange seigneuriale (26 à 30 m x 26 m), dont on a retrouvé les deux états de seuil des portes charretières et les sols de plusieurs pièces, dont une écurie à mules entièrement pavée. D’autres vestiges importants ont été découverts dans la partie orientale de cet espace, ceux d’un atelier de métallurgie du cuivre bâti en matériaux légers qui comprend deux pièces occupées par plusieurs fosses de coulées et des fours métallurgiques. De nombreux fragments de cuivre, de scories et de moules ont été récoltés et vont être étudiés (N. Thomas, Inrap). Des artisans dinandiers ou bronziers ont semble-t-il produit des éléments décoratif de cuirasse, des munitions, voire des arquebuses (fragments de boulets en bronze, d’arquebuses). Les plans du xviiie s. apportent aussi l’image d’un site transformé régulièrement au cours des siècles, notamment par la construction d’importants casernements élevés sous Louis XIV et Louis XV et aujourd’hui détruits. Les fouilles entreprises depuis 2012 dans les cours d’entrée et les fossés du château, dans la haute cour centrale et dans la basse cour devenue place d’armes, ont permis de retrouver, outre les vestiges enfouis des différentes phases de fortifications médiévales, ceux de bâtiments à vocation militaire, construits au cours du xvie s. (bases de tours, remparts, casernement, grange ou arsenal, souterrain de bastion). Les fondations des casernements xviie et xviiie s. ont été retrouvées en surimposition de vestiges plus anciens. Les couches archéologiques associées ont livré un important mobilier qui reflète la vie des soldats du Moyen Âge à l’Époque moderne, ainsi que quelques témoins de la vie aristocratique du lieu (sceau seigneurial, poids monétaires, décorations vestimentaires). Les sièges militaires ont également laissé de nombreuses traces parmi lesquelles des boulets, des grenades en fer, des munitions variées en plomb, quelques armes et fragments d’armes (fragments d’épée, de hallebarde, canon, arquebuse, mousquet).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Denis Laffite, « Rodemack (Moselle). Le Burg, la Citadelle », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 251-252.

Référence électronique

Jean-Denis Laffite, « Rodemack (Moselle). Le Burg, la Citadelle » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7820

Haut de page

Auteur

Jean-Denis Laffite

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Denis Laffite

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals