Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Saintes (Charente-Maritime). La Providence, rue Bernard

Responsable d’opération : Jean-Philippe Baigl
Notice rédigée avec Jean-Paul Nibodeau
p. 252-253

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre de la fouille dirigée par Jean-Philippe Baigl sur le site du futur EHPAD de la Providence, nous avons pu étudier une partie du front sud du château médiéval de Saintes. La fortification occupe les 2/5 de l’emprise du projet de construction, soit environ 825 m2. Un fossé avec sa contrescarpe maçonnée en constituent la majeure partie, une courtine et deux tours s’élèvent sur sa bordure nord, en limite de parcelle. Conservée en élévation sur une hauteur comprise entre 3,60 m et 6,90 m, l’enceinte était masquée par un mur moderne faisant office de soutènement à un jardin. Il ne subsistait plus aucun vestige apparent du château avant cette intervention.

2Le château de Saintes apparaît dans les textes avant 1025 comme relevant du comte d’Anjou qui le tient du comte de Poitiers et duc d’Aquitaine. Un châtelain y est connu entre 1034 et 1070 sous le nom de Francon du Capitole. Récupéré par le comte de Poitiers en 1062, le château passe aux mains des Plantagenêts lors du mariage d’Aliénor d’Aquitaine avec Henri II. Il est confié à la garde des Lusignan au début du xiiie s. qui le rendent au roi de France après la bataille de Taillebourg en 1242. Alphonse de Poitiers y fait faire d’importants travaux ainsi qu’à l’enceinte de la ville. Durant la seconde moitié du xiiie s. et au xive s., le château passe des Français aux Anglais à de nombreuses reprises. Il est fortement endommagé en 1331 par un raid du comte d'Alençon, frère du roi Philippe VI, et ne revient définitivement dans le giron français qu'en 1372. Au début du xve s., il est en fort mauvais état (partiellement ruiné ?) comme le reste des monuments de la ville. Avec la fin de la guerre de Cent Ans, le château a perdu son intérêt stratégique et il ne semble plus faire l'objet d'aucune attention. Les troubles des guerres de Religion le remettent sur le devant de la scène avec quelques tentatives de remise en service, puis une reprise en main royale dès 1583 avec la présence du capitaine puis gouverneur J. de Pernes. En 1609, sur l'ordre d'Henri IV, il y entreprend d’importants travaux qui conduisent à la démolition de la forteresse médiévale afin d'établir une citadelle bastionnée. Après la chute de La Rochelle en 1628, Louis XIII fait démanteler la citadelle et donne l'emplacement du château, avec ses matériaux, aux Carmélites pour y établir leur couvent. Le lieu est repris au xixe s. par la congrégation des Filles de Notre-Dame de la Providence.

3Le site se trouve près de l'angle NO de l'enceinte urbaine médiévale qui reprend le tracé du rempart du Bas-Empire. L'urbanisation de ce secteur se fait dès la fin du Ier s. av. J-C. Un quartier se développe à l'angle de deux rues orthogonales, bordées de trottoirs et caniveaux, jusqu'au iiie s. Au cours de la seconde moitié de ce siècle, les bâtiments sont progressivement rasés et le rempart est élevé sur la bordure ouest de la voie cardinale (hors emprise). À l'intérieur, un talus est aménagé le long de l'enceinte, alors que, plus à l'est, l'espace reste vierge de toute occupation pendant plusieurs siècles.

4Pour la période médiévale, les vestiges mis au jour appartiennent à un état du château entre la fin du xiie s. et le xvie s. Rien ne permet de dire si le château s'étendait plus au sud avant cette époque. La moitié sud du terrain a en effet livré une multitude de fosses de nature diverse (latrines, silos, dépotoirs…) qui attestent une reprise de l'occupation du site dès le xe s. Des voies se dirigeant vers l'angle NO du site témoignent probablement de l'existence d'un accès au château. Si aucune construction n'a été observée dans ce secteur en liaison avec les fosses, à partir du xiiie s. se développe un bâti en dur avec des constructions de qualité diverse. Au sud et à l'ouest des bâtiments sont élevés en moellons montés à la terre, alors qu'au centre de l'espace un bâtiment en pierres de taille liées au mortier de chaux est élevé sur un cellier semi-enterré. Ce dernier subit une reconstruction totale avec une extension vers l'ouest avant d'être abandonné dans le courant du xive s. comme, semble-t-il, le reste du terrain.

5Au nord, le creusement du fossé a détruit tous les niveaux archéologiques, entamant profondément le substrat géologique. Sa largeur à l'ouverture est d'environ 17,20 m pour une profondeur de 8,30 m. Un mur de contrescarpe est élevé sur le bord sud du fossé, il prend appui sur le calcaire qui a été spécialement aménagé pour lui assurer une assise stable. Le parement entièrement arraché laisse paraître la fourrure de maçonnerie compacte portant l’empreinte d’assises régulières dont la hauteur indique qu'il s'agit d'un parement de pierres de taille. La largeur de ce mur devait être d'environ 2,25 m. Le substrat sur lequel il repose est soigneusement taluté sur une hauteur de 2,50 m. En dessous de ce niveau, le reste du creusement du fossé n'est qu'un fond de carrière où s'observent des tranchées d'extraction de blocs. Cette excavation est immédiatement comblée de déchets de taille et de résidus calcaires qui sont recouverts d'un remblai argileux matérialisant le fond du fossé.

6Au nord, on retrouve le même talus, mais dessinant un plan circulaire en avant de la tour occidentale, alors que vers l'est cet aménagement a été totalement détruit par une carrière à la fin du Moyen Âge ou au début de l'époque Moderne (fig.).

7L'enceinte, qui a également été dépouillée de son parement, est rythmée par deux tours semi-circulaire, d'environ 6,30 m de diamètre, reliées à trois pans de courtine. Seuls quelques blocs de pierre de taille sont conservés à la jonction de la tour orientale et de sa courtine est, ils montrent que la base des maçonneries n'était pas talutée. La partie inférieure des tours est pleine, alors qu'une salle semble avoir été aménagée au niveau de la cour intérieure. Les tours sont trop arasées pour que l'on puisse avoir une idée de leur système de défense, en revanche les courtines conservent les traces d'au moins quatre archères situées à la même hauteur que le sol de la cour du château.

8Les éléments de datation sont rares, un petit dépotoir au pied de l'escarpe scelle un début de comblement du fossé dans le courant du xive s. ; l'arrachage des parements semble intervenir rapidement après. Les données architecturales attestent au moins deux phases de construction définies à la fois par les différences de mise en œuvre et du fait que la partie talutée du fossé s'apparente à une reprise. On ne peut guère proposer actuellement qu'une fourchette chronologique comprise entre les dernières décennies du xiie s. et le milieu du xiiie s.

9La seule représentation planimétrique du château de Saintes qui nous soit parvenue a été publiée, peu après sa destruction, par « le sieur Tassin » en 1634 dans Plans et profils de toutes les principales villes et lieux considérables de France. Les vestiges reconnus lors de la fouille correspondent bien au front sud du château représenté par Tassin, qui y signale également deux autres tours circulaires, alors que plus à l'est l'enceinte en est dépourvue. Le fossé, côté ville est également figuré. Ainsi peut-on créditer ce plan d'un certain réalisme.

Saintes, la Providence, vue, vers le NO, d’une des tours du château et de son escarpe talutée. À droite, l’escarpe a été détruite par une carrière moderne.

Saintes, la Providence, vue, vers le NO, d’une des tours du château et de son escarpe talutée. À droite, l’escarpe a été détruite par une carrière moderne.

Cl. J.-P. Nibodeau, Inrap

Haut de page

Table des illustrations

Titre Saintes, la Providence, vue, vers le NO, d’une des tours du château et de son escarpe talutée. À droite, l’escarpe a été détruite par une carrière moderne.
Crédits Cl. J.-P. Nibodeau, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7824/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Nibodeau, « Saintes (Charente-Maritime). La Providence, rue Bernard », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 252-253.

Référence électronique

Jean-Philippe Baigl, Jean-Paul Nibodeau, « Saintes (Charente-Maritime). La Providence, rue Bernard » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 22 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7824

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Nibodeau

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Philippe Baigl

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals