Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Saint-Dizier-Leyrenne (Creuse). Murat

Responsable d’opération : Richard Jonvel et Philippe Racinet
p. 253-254

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1Le petit village de Murat appartient à la commune actuelle de Saint-Dizier-Leyrenne. Il est implanté sur un plateau dominant la confluence du Taurion et de la Leyrenne. Le site étudié se trouve à une centaine de mètres au NO du village, sur le promontoire rocheux formé par les deux rivières confluentes qu’il surplombe d’une bonne vingtaine de mètres.

2Au niveau de la pointe du promontoire, deux terrasses successives témoignent d’une volonté d’aménager cet espace, certainement pour y implanter deux bâtiments légers, en surplomb l’un par rapport à l’autre, avec une différence d’altitude d’environ 2 m. L’extension de la terrasse inférieure, la seule entièrement fouillée cette année, permettrait d’installer un édifice de 5,50 sur 4,70 m. L’absence de mobilier et de traces d’ancrage oblige toutefois à se demander si ce projet a été mené à son terme. Cet hypothétique niveau de basse cour est dominé par une butte retaillée et aménagée par l’homme. Une large levée de terre et de pierres vitrifiées (fig.), d’une ampleur de près de 15 m, encadre une plateforme sommitale, située en léger contrebas (1 m) et organisée probablement sur deux niveaux. Ces deux ensembles (basse cour et butte) sont séparés par un fossé de barrage d’éperon (fouillé en 2013), équipé d’un talus de contrescarpe non vitrifié qui renforce la pente vers les terrasses de la pointe du promontoire.

3La signification historique de ce site reste encore difficile à déterminer mais est largement fonction de sa datation alto-médiévale. La première analyse par radiocarbone (2013) de la couche charbonneuse recouvrant la roche en place situe sa construction entre 718 et 892. Cette datation a été confirmée par deux nouvelles analyses de charbon de bois collectés respectivement dans la partie rubéfiée (733-943) et dans la partie non rubéfiée (777-981) de l’amas de terre et de pierres constituant le corps du rempart. Cette série de trois datations place donc sans conteste sa construction dans la période carolingienne. La fourchette est encore resserrée par l’étude céramologique (fin du viiie-courant du ixe s.).

4Outre le domaine agricole marqué par la présence de meules, le mobilier retrouvé fait référence au domaine domestique (col d’amphore, tessons de céramique) et au domaine de la construction (tegulae, clous). La présence de tegulae pourrait indiquer un certain soin apporté aux probables bâtiments installés sur la plateforme de la butte et la découverte de fers à cheval faire référence à des habitants privilégiés. Toutefois, la rareté du mobilier pourrait signifier une occupation courte de ce site.

5On sait que l’organisation intérieure du comté de Limoges a pris appui sur un réseau de vici, de chefs-lieux de vicaria, de castra et de routes, en utilisant de manière quasiment systématique des sites naturellement forts pour supporter des aménagements fortifiés. Murat peut-il être l’un de ces points d’appui temporaires, établi pour contrôler un espace stratégique ou en fonction d’un peuplement à maîtriser ? Mais on sait aussi que le comté de Limoges – qui n'a plus de comte résident depuis le milieu du ixe s. – est soumis à l’incertitude politique et à l’insécurité liée aux incursions normandes. Murat peut-il alors être l’un de ces sites fortifiés mis en place par des puissances locales, avant la grande réorganisation socio-politique de la fin du xe et du xie s. ?

6La réponse à ces questions doit passer à la fois par une exploration complète du site de Murat et par une recherche plus large incluant d’autres sites du même genre, connus ou à découvrir.

Saint-Dizier-Leyrenne, Murat.

Saint-Dizier-Leyrenne, Murat.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Dizier-Leyrenne, Murat.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7826/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Jonvel et Philippe Racinet, « Saint-Dizier-Leyrenne (Creuse). Murat », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 253-254.

Référence électronique

Richard Jonvel, Philippe Racinet, « Saint-Dizier-Leyrenne (Creuse). Murat » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 17 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7826

Haut de page

Auteurs

Richard Jonvel

Articles du même auteur

Philippe Racinet

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Richard Jonvel

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Philippe Racinet

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals