Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Seissan (Gers). Château de Garrané

Responsable d’opération : Catherine Viers
p. 255-256

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0136582

Texte intégral

1Le château du Garrané est typiquement un château gascon qui s’implante sur un mamelon dominant la vallée du Cédon, à l’est, et celle du Sousson plus abrupte, à l’ouest. Le plan de l’édifice s’inscrit dans un vaste rectangle légèrement trapézoïdal orienté N-S dans sa longueur. Il englobe dans l’angle NO une tour qui surplombe le château de trois niveaux. La présence de trois ouvertures romanes à l’est et d’un bâtiment barlong arasé jusqu’aux fondations dans son prolongement occidental, ont suggéré d’y voir une ancienne chapelle romane, aujourd’hui entièrement restaurée. Les seigneurs de Garrané apparaissent dans les textes au début du xive s. Il semble que la construction du château soit de la même époque comme en témoigne une fenêtre géminée à remplage éclairant la façade orientale du corps de logis. L’édifice, outre la tour septentrionale que nous venons de mentionner, possède une vaste tour intégrée au sud desservie par un escalier en vis. Le corps de logis conserve deux niveaux scandés d’ouvertures illustrant les divers aménagements de l’édifice au cours du temps.

2Jusqu’au xixe s., il existait, au sud du château, une église, romane selon certaines sources, mentionnée sur les listes paroissiales de l’archidiaconé d’Astarac (Gers) aux xive et au xve s., qui figure encore sur le cadastre napoléonien. Un petit cimetière lui était accolé où quelques pierres tombales sont encore présentes. La paroisse fut annexée en 1880 et l’église rasée au profit de l’église d’Artiguedieu.

3Le diagnostic a concerné le versant septentrional du mamelon, en fort dénivelé. Seuls les deux sondages situés au sommet de l’escarpement, au pied du château se sont révélés positifs. Les vestiges illustrent une activité artisanale (aires de chauffe, four domestique, rejets charbonneux mêlés de terre rubéfiée) datée du bas Moyen Âge. Une sépulture d’enfant apparaît directement sous ces niveaux du côté de la présumée chapelle. L’analyse 14C des ossements apporte une datation haute, entre la fin du ixe s. et la première moitié du xe s. et conforte l’hypothèse émise par Sylvie Campech d’une aire funéraire antérieure à la tour romane. Un sondage réalisé sur le méplat intermédiaire, en vis-à-vis de latrines en encorbellement, a livré un abondant mobilier du xve s., provenant probablement du sommet du mamelon. (Responsable de l’opération : Catherine Viers.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Viers, « Seissan (Gers). Château de Garrané », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 255-256.

Référence électronique

Catherine Viers, « Seissan (Gers). Château de Garrané » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 17 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7829

Haut de page

Auteur

Catherine Viers

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Catherine Viers

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals