Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Soissons (Aisne). Parc Gouraud

Responsable d’opération : Pauline Augé
p. 256-257

Entrées d’index

Année de l'opération:

2014
Haut de page

Texte intégral

1La construction de logements au Parc Gouraud, à Soissons, a entraîné une nouvelle intervention archéologique sur l’ancien site de la caserne, situé sur le Mont-Saint-Jean, à quelques dizaines de mètres à l’ouest de l’abbaye Saint-Jean-des-Vignes. Il s’agissait de poursuivre l’étude des fortifications avancées de la ville de Soissons et de retrouver les vestiges d’un éventuel bastion plus ancien.

2La parcelle étudiée comprend l’ensemble de l’emprise de l’aile NO d’un ouvrage à cornes. Longue de 66 m environ, elle se compose d’un fond bastionné, dont seule la fondation a été conservée. Les murs du bastion sont constitués d’un parement en calcaire lié au mortier hydraulique et d’un blocage de petites pierres en calcaire liées par un mortier beige. À la différence du mur arrière, le mur avant est conservé sur une hauteur de plus de 3 m. Observé sur une longueur de 22 m, il mesure 3 m d’épaisseur et 5 m au niveau des contreforts intérieurs. Quatre contreforts ont été mis au jour et un cinquième était visible dans la berme NO. À l’angle de l’un des contreforts et du parement intérieur du mur, un sondage profond, a été réalisé, il montre le recoupement des différents substrats géologiques par la tranchée de fondation du mur ainsi que le parement intérieur du mur. La fondation, observée brièvement lors du décapage, repose sur le substrat géologique à plus de 5,30 m du niveau de sol actuel. Au niveau de la deuxième assise du parement extérieur, quatre éléments drainants ont été distingués. Sur une grande partie du parement extérieur du mur, une trentaine de graffitis ont été relevés. Ce sont principalement des patronymes, indiquant les grades militaires et l’année de la gravure.

3L’ensemble du parement du mur composant le fond bastionné de l’ouvrage à cornes a été récupéré lors du démantèlement des fortifications, à la fin du xixe s., seule la fondation subsiste ainsi qu’un drain. Le soubassement est conservé sur une assise dans la partie SE de la parcelle puis entre quatre et cinq assises dans la partie NO. Il repose sur les niveaux géologiques. L’orientation du mur change dans la partie NO pour former l’angle entre le fond bastionné et l’aile de l’ouvrage à cornes. Cet angle n’a pas été observé car il se situe sous la rue Jean-Jacques Rousseau.

4Outre l’ouvrage à cornes, nous avons observé la structuration de l’espace à l’arrière de ce dernier. La fondation du fond bastionné recoupe les substrats géologiques. Cependant, à l’est du mur arrière de l’ouvrage à cornes, une immense zone de remblais a été mise au jour, il s’agit d’une vaste structure en creux, longue d’environ 21 m, qui s’enfonce de 2 m, à 3 m sous-sol actuel. Le comblement se compose d’une alternance de remblais au pendage important. Malheureusement, l’ensemble de ce secteur a été perturbé par l’installation des bâtiments de la dernière caserne, dont les fondations ont été relevées. Les structures du xxe s. ont recoupé cette zone de nivellement.

5À l’intérieur de l’ouvrage à cornes, les remblais postérieurs à la destruction des fortifications de la ville, sont dus à l’installation de la caserne. Ainsi, les fondations d’un angle de bâtiment, formées de blocs de calcaire, reposaient directement sur l’arase d’un des contreforts de l’ouvrage à cornes. Par ailleurs, à l’est de ce bâtiment, des tranchées en zigzag ont été observées. Les remblais ont livré de nombreux objets qui en retracent l’occupation ainsi que des pans de bois et du plancher en très bon état de conservation. Au nord de la zone de tranchées, une grande fosse dépotoir a été découverte. Le remblai était composé exclusivement de mobilier en tous genres.

6La majorité du mobilier retrouvé lors de la fouille provient de cette zone et confirme l’usage militaire du site. Il se compose de nombreux flacons en verre, de toutes tailles et archéologiquement complets, utilisés pour l’hygiène et de contenants de produits pharmaceutiques, d’une petite quantité de vaisselle de table en faïence et grès d’origine variée (est de la France et Allemagne), ainsi que des boutons en cuivre, du cuir et des semelles de chaussures caractéristiques des uniformes de l’époque.

Soissons, parc Gouraud, vue ouest du site.

Soissons, parc Gouraud, vue ouest du site.

Cl. S. Charrier, Archéo-volant mai 2014.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Soissons, parc Gouraud, vue ouest du site.
Crédits Cl. S. Charrier, Archéo-volant mai 2014.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7830/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pauline Augé, « Soissons (Aisne). Parc Gouraud »Archéologie médiévale, 45 | 2015, 256-257.

Référence électronique

Pauline Augé, « Soissons (Aisne). Parc Gouraud » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 05 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7830

Haut de page

Auteur

Pauline Augé

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Pauline Augé

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals