Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Opérations de terrain

Tarascon (Alpes-Maritimes). Castrum de Saint-Gabriel

Responsable d’opération : Laura Deye
p. 257

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1Le site castral de Saint-Gabriel, stratégiquement implanté sur la pointe occidentale des Alpilles, contrôlait la circulation sur la plaine rhodanienne, entre Arles et Tarascon. Les actes du comte de Provence Alphonse II attestent, en 1198, l’existence d’un péage à Saint-Gabriel, celui-ci était sans doute situé au carrefour des trois axes majeurs de circulation existants depuis l’Antiquité (via Domitia, via Aurelia, via Agrippa). Le castrum de Sancto Gabriele apparaît dans les textes au début du xiiie s. Il y est mentionné comme étant une possession du comte de Provence.

2L’étude des élévations a mis en évidence deux grandes phases de construction de la fortification. Préalablement à la construction de cette dernière, le substrat rocheux a été nivelé, formant un plateau, et de larges fossés ont été creusés dans le calcaire (fig.). La porte castrale a ensuite été bâtie sur la bordure ouest de la plateforme, face au chemin desservant le péage et l’église du xiie s. Cette porte est sans doute associée à une palissade de bois ceinturant la plateforme ou la cour, puisqu’aucun indice d’une enceinte bâtie n’est visible (aucun arrachement au niveau des élévations de la porte). Enfin, un bâtiment quadrangulaire (tour ?) dont il ne reste aujourd’hui que la base chanfreinée est construit à l’angle SE de la cour. Cette campagne de construction a été identifiée comme antérieure au xiiie s. Il est possible que cette première fortification ait été construite par les seigneurs des Baux qui occupaient de multiples postes de surveillance dans les Alpilles. Nous savons qu’au xiie s., leur territoire s’étendait jusqu’à Saint-Gabriel. Un seul texte connu à ce jour relie le castrum en question aux seigneurs des Baux, ces derniers y demandent au comte de Provence la restitution du château de Saint-Gabriel. En effet, au début du xiiie s., la première mention du castrum atteste de son appartenance au comte de Provence. Pour marquer le rayonnement du pouvoir comtal sur toute la plaine, à la place de l’ancienne tour, une tour imposante avec un appareil à bossage finement taillé est construite. Le système défensif avancé de cette tour et la qualité de ses élévations confirment le prestige du chantier de construction et de son commanditaire.

3Les sources textuelles mentionnent le site jusqu’à la fin du xvie s. et attestent sa fonction de tour de garnison occupée par des hommes de Tarascon et Arles durant les xve et xvie s. Ces éléments confirment son statut d’avant-poste défensif pour la ville de Tarascon et de point de contrôle de la circulation au pied du massif, avec l’appui du péage placé au carrefour des trois grandes voies de communication antiques.

Tarascon, vue aérienne du site.

Tarascon, vue aérienne du site.

Cl. J.-C. Tréglia

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tarascon, vue aérienne du site.
Crédits Cl. J.-C. Tréglia
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7833/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Deye, « Tarascon (Alpes-Maritimes). Castrum de Saint-Gabriel », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 257.

Référence électronique

Laura Deye, « Tarascon (Alpes-Maritimes). Castrum de Saint-Gabriel » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7833

Haut de page

Responsable d’opération

Laura Deye

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals