Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III 2. – ProspectionsArgentière-la-Bessée (L’) (Hautes...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 2. – Prospections

Argentière-la-Bessée (L’) (Hautes-Alpes). Ville

Responsable d’opération : Benjamin Oury
p. 259

Texte intégral

1Le château de l'Argentière est situé sur un piton rocheux à l'entrée de la gorge du torrent du Fournel. Un bourg castral lui était associé au Moyen Âge et se déployait à l'est, en contrebas du rocher, à l'intérieur d'une enceinte. Des mines d'argent exploitées de la fin du xe jusqu'à la fin du xiiie s. se trouvent non loin de là dans la montagne et dans la gorge du Fournel.

2La prospection thématique a permis de dresser un état des lieux des vestiges du site ainsi qu'un plan topographique détaillé où toutes les structures encore en place ont été replacées. La zone prospectée, non construite et à l'état de friche, contient de nombreux vestiges de l'enceinte polygonale du bourg castral. Elle se matérialise par de petits tronçons de maçonneries encore conservées sur quelques assises. Une tour a pu être identifiée à l'angle NE du site qui est le point culminant du bourg. La majorité des vestiges se trouvent dans la partie est du site. À l'ouest, le tracé du mur est observable car il a été remplacé par un muret de pierres sèches sans doute installé lorsque les terres du bourg ont été récupérées pour être cultivées durant l'époque Moderne. Le tracé du mur sud reste à ce jour encore inconnu car aucune structure conservée n'a été relevée. Peut-être l'enceinte englobait-elle également les maisons qui se trouvent actuellement au lieu-dit Ville. Aucune structure médiévale n'est visible à l'intérieur du bourg qui accuse un relief très accidenté. Des restanques de terrassement qui ont modifié la topographie du site sont les seules installations qui persistent encore à la vue. Leur construction est liée à la culture de la vigne qui était omniprésente sur ce versant au début du xixe s., comme en atteste le cadastre napoléonien, et peut-être même avant.

3L'accès au château se faisait par une seconde enceinte polygonale, au SO du bourg, qui englobe deux terrasses rocheuses en bordure de falaise surplombant le cours du Fournel. Deux tronçons de murs sont encore en place sur le flanc est et quelques assises arasées sont encore observables pour reconstituer le tracé de cette enceinte qui suit relativement bien le parcellaire cadastral. Le château se dressait au-dessus des deux terrasses qui en permettaient l'accès. Il est bâti sur une plateforme aménagée sur un piton rocheux à l'aide d'une imposante maçonnerie polygonale qui enserre le rocher au nord. De bonne facture et réalisée avec des pierres trouvées localement, elle présente tout de même des points de fragilité (fissures, failles d'effondrement, etc.). Sur la plate-forme, trois pans de mur encore en élévation témoignent des bâtiments qui y étaient élevés. Le donjon seigneurial, sans doute situé au bord de la maçonnerie monumentale au nord de la plateforme, a complètement disparu et il semble que les vestiges relevés appartiennent à des bâtiments annexes, sans que leur fonction ne puisse être précisée.

4Aucun mobilier médiéval n'a été collecté au cours de cette prospection thématique. Seuls des tessons de céramique et de verre modernes ainsi qu'une monnaie de 1854 ont été découverts.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benjamin Oury, « Argentière-la-Bessée (L’) (Hautes-Alpes). Ville »Archéologie médiévale, 45 | 2015, 259.

Référence électronique

Benjamin Oury, « Argentière-la-Bessée (L’) (Hautes-Alpes). Ville » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 20 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7841 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.7841

Haut de page

Auteur

Benjamin Oury

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Benjamin Oury

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search