Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 2. – Prospections

Pamiers (Ariège). 11, route de Foix

Responsable d’opération : Catherine Viers
p. 261

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0134714

Texte intégral

1Le projet de construction qui est à l’origine de la prescription de ce diagnostic, se situe à l’emplacement présumé de l’abbaye de Saint-Antonin de Fredelas, mentionnée depuis le xe s. Lors du démembrement du diocèse de Toulouse en 1295, elle devient siège du nouvel évêché de Pamiers où l’on érige le palais épiscopal. Deux opérations archéologiques menées dans le courant des années 1980 ont permis la redécouverte, dans des bâtiments d’époque contemporaine, d’éléments de fortification – tours et courtines – tant en élévation qu’arasés.

2L’opération de 2014 a confirmé la présence de cette fortification qui a vraisemblablement connu plusieurs phases de construction et destruction au cours des guerres de Religion. Une grande moitié occidentale du site a livré de puissants remblais dont certains sont liés à des travaux de démolition et de nivellement. La phase la mieux représentée appartient probablement à la fin du xvie s., époque où d’importants travaux sont mentionnés. Il s’agit d’une portion de courtine de 28 m de long, conservée partiellement sur 4 m de hauteur, d’une tour d’angle de 7,50 m de diamètre et d’une tour intermédiaire à gorge ouverte, et de canonnières. L’édifice qui se poursuivait au-delà de l’ancienne route royale (route de Foix) a été rasé lors de la construction en 1770. Une autre partie de la fortification, probablement antérieure, constituée d’une tour et d’une courtine, avait été dégagée en 1983 par C. Trémolet, au sud de l’emprise du château.

3La partie orientale de l’espace étudié, beaucoup moins dense en constructions, abrite une zone funéraire reconnue dans deux sondages. Les tombes sont disposées en quinconce, espacées de 1,50 m les unes des autres, et sont très mal conservées, peu profondément enfouies et creusées dans le substrat sableux. Les individus sont inhumés en espace vide, en décubitus dorsal, tête à l’ouest. Le niveau d’installation des tombes livre dans un des sondages de la céramique du xiie s. et la datation par 14C de deux individus confirme une fourchette entre le début du xie et la fin du xiie s. Il semble donc que l’on se trouve en marge du cimetière de l’abbaye Saint-Antonin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Viers, « Pamiers (Ariège). 11, route de Foix », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 261.

Référence électronique

Catherine Viers, « Pamiers (Ariège). 11, route de Foix » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7854

Haut de page

Auteur

Catherine Viers

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Catherine Viers

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals