Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 2. – Prospections

Poncins, Saint-Chamond, Saint-Jean-Bonnefonds, Saint-Paul-en-Jarez et Saint-Romain-en-Jarez (Loire). Enceintes urbaines et villageoises de la Loire, campagne 2014

Responsable d’opération : Jacques Verrier
p. 261-262

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1La prospection thématique conduite entre dans le cadre d’un programme inauguré en 2012 visant à inventorier et à étudier les enceintes urbaines et villageoises non représentées dans l’Armorial de Guillaume Revel (recueil de dessins effectués vers 1450 par Guillaume Revel des places fortes du comte de Forez). Ces enceintes, souvent peu discernables dans le paysage, n’avaient pas fait l’objet d’un travail systématique associant à la fois recherche en archives, travail sur les plans et prospection sur le terrain. Le programme a débuté en 2012 et 2013, par les enceintes de Saint-Étienne, de Saint-Priest-en-Jarez, de Saint-Jean-Bonnefond et de Poncins.

2En début d'année 2014, deux documents concernant l'enceinte villageoise de Poncins ont été intégrés. Il s'agit d'un tableau de Charles Beauverie (xixe s.) dans lequel apparaît le vingtain et de la description de cette construction dans Le Forez Pittoresque de Félix Thiollier. Ils confirment la présence d’une petite enceinte villageoise entourant le château et de bâtiments annexes, l’église et quelques maisons appartenant à des particuliers. Cet ensemble a aujourd’hui complètement disparu.

3Le dépouillement des archives figurant à la médiathèque de Saint-Étienne a permis de consulter des fragments d’un terrier et d’un document concernant la ville et le territoire de Saint-Jean-Bonnefonds. Le premier date du milieu du xve s. (entre 1452 et 1462) et la seconde de la fin du xviie s. (1699). Ces documents ont permis de confirmer la présence d'une fortification : murailles ou vingtain, fossés, porte, poterne et château. Ces documents fragmentaires ne permettent pas de restituer toute la ville, mais complètent les connaissances sur cette enceinte dont on supposait l'existence sans pouvoir la prouver. L’hypothèse actuelle est celle d'une grande enceinte villageoise, ayant comme limites les façades externes des habitats, précédée d'un fossé.

4La consultation des archives et documents, très nombreux, concernant la ville de Saint-Chamond (aux Archives municipales de la ville ; Archives départementale de la Loire ; médiathèque de Saint-Étienne ; Archives de La Diana à Montbrison) a été très longue et les résultats mitigés. Bâtie sur le flanc d'une colline, la ville est dominée par son château. Ce dernier a été reconstruit à la fin du xve-début du xvie s. pour faire place à un édifice plus moderne protégé par des fortifications bastionnées. Une collégiale dédiée à Saint-Jean-Baptiste lui a été adjointe. Ces constructions ont été un facteur de changement pour la colline. Cet ensemble a été ensuite victime de la Révolution puisqu'il ne reste quasiment plus rien du château, vendu comme carrière de pierre, et seuls quelques pans de murs de la Collégiale se dressent encore ainsi que son clocher bas. Quelques bâtiments annexes comme les écuries ont été en partie sauvegardés. Nous pouvons ajouter comme autres facteurs de destruction, l'exploitation de plusieurs puits de mine, activité commencée avant la destruction du château par les seigneurs de l'époque ; la couverture des rivières du Janon et du Gier puis leur transformation en boulevards au pied de la colline ; l’aménagement des anciennes rives ; la démolition de toute la partie basse de la ville dans le cadre d’un programme de construction de grandes barres HLM ; la création d’une nouvelle voie de circulation sur l’espace dégagé.

5Concernant les fortifications, nous retrouvons des mentions d'un Grand Fort et d’un Petit Fort. Le premier est situé sous le château, à l’est et constitue une extension du noyau primitif. Le second est formé par la vieille ville, située à l’ouest. Il semblerait que les deux états aient été fortifiés, mais les documents manquent pour être affirmatif. Actuellement les textes retrouvés sont avares en mentions concernant la muraille ancienne et les éléments la constituant. Seulement quelques indications de portes ou des documents descriptifs très généraux nous sont parvenus. Mentions et plans semblent militer pour l’existence d’une troisième enceinte, totalement différente de celles du bourg médiéval. Elle était située autour de l’extension de la ville, de l’autre côté du Gier/Janon, dans la zone de plaine. Elle s’ouvrait par trois portes. Deux, à l’est et à l’ouest, étaient situées sur l’axe Saint-Étienne-Lyon et la troisième s’ouvrait au nord en direction du bourg ancien. Les prospections effectuées dans la partie ancienne n'ont révélé aucun élément en élévation. Seuls quelques fragments de la dernière fortification bastionnée du château sont visibles et ont été répertoriés.

6Saint-Romain-en-Jarez est une petite enceinte presque ­circulaire construite autour d'un prieuré. Son tracé est nettement marqué dans le parcellaire du cadastre Napoléonien. Les premières prospections, visuelles, n'avaient pas montré de structures défensives. La présence de deux portes, situées au nors et au sud, était supposée. Deux documents importants ont permis de restituer son tracé et de le replacer sur le cadastre actuel. Il s’agit d’un plan terrier datant de 1788, provenant d’archives particulières et d’une retranscription d’un terrier de 1485, déposée aux Archives départementales de la Loire. La présence de deux portes a été confirmée (la porte Revanche et la porte de l’Orme), ainsi qu’une poterne. Les prospections, afin d’estimer ce qu’il reste de cette enceinte villageoise, restent à faire.

7Saint-Paul-en-Jarez est aussi une petite enceinte circulaire construite autour de son église. Son tracé est bien visible sur le cadastre Napoléonien et montre la présence – vérifiée sur le terrain – d'une grosse tour. Les premières observations ont montré qu’une grande partie du tracé de l'enceinte paraît être conservée. Plusieurs terriers datant des xviie et xviiie s. faisant référence à des terriers plus anciens, ont été récupérés. Il reste maintenant à les retranscrire et à en faire l’étude. Les prospections sur le terrain seront conduites à l’issue de cette dernière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Verrier, « Poncins, Saint-Chamond, Saint-Jean-Bonnefonds, Saint-Paul-en-Jarez et Saint-Romain-en-Jarez (Loire). Enceintes urbaines et villageoises de la Loire, campagne 2014 », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 261-262.

Référence électronique

Jacques Verrier, « Poncins, Saint-Chamond, Saint-Jean-Bonnefonds, Saint-Paul-en-Jarez et Saint-Romain-en-Jarez (Loire). Enceintes urbaines et villageoises de la Loire, campagne 2014 » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 17 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7855

Haut de page

Auteur

Jacques Verrier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jacques Verrier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals