Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 2. – Prospections

Saint-Dizier-la-Tour (Creuse). La Tour-Saint-Austrille

Responsable d’opération : Philippe Racinet, Pauline Augé et Mathieu Wawrzyniak
p. 262-263

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1À la Tour-Saint-Austrille, trois mottes, dont deux jumelles et une plus importante mais éloignée de quelques centaines de mètres, sont à associer à la présence d’un établissement religieux (collégiale devenue prieuré). La proximité de ces mottes ainsi que la présence d’une digue, d’un étang et d’un moulin font de cet ensemble un site complexe.

2Le levé topographique (fig.) a concerné l’ensemble dit des « mottes jumelles », avec l’objectif de déterminer si elles étaient à l’origine une seule et même butte. En définitive, le levé montre deux mottes, globalement circulaires, séparées par une rivière, la Goze, dont la déviation tardive (xixe s.) est venue rompre la relation entre les deux structures. Ces mottes sont ceintes par un fossé commun et par un talus formant la contrescarpe. De taille équivalente, elles ont toutes les deux fait l’objet de sondages au xixe s.

3Les deux buttes jumelles de la Tour-Saint-Austrille sont séparées de 4,50 m à la base, ce qui est rarissime. On doit donc préférer le qualificatif de « mitoyennes » à celui de « rapprochées ». En revanche, ces deux buttes peuvent être dites « rapprochées » de la grande motte située à moins de 200 m au SO.

4Un certain Doctricus, qui possède l’alleu appelé ad Turrim, achète, en 957, divers biens situés en dehors de ce lieu au vicomte de Comborn pour en doter l’église qu’il a construite à la Tour. Cette famille éponyme de La Tour, signalée régulièrement à partir du xiie s., est peut-être liée au grand lignage de Laron. Aucune mention écrite n’indique la présence d’un autre seigneur important en ce lieu. Donc, l’hypothèse d’une juxtaposition de deux autorités à la Tour pour expliquer la présence de la grande motte et des deux « buttes jumelles » n’est étayée par aucun texte.

5La grande motte pourrait être le lieu de pouvoir avec son propre système d’entrée (la fameuse quatrième motte, dite de la Louveraude et disparue avant le xvie s.) et sa basse cour (plateforme Saint-Austrille occupée par le prieuré de Déols). Les « buttes jumelles » pourraient faire partie de cet ensemble. Dans l’hypothèse d’une zone environnante non marécageuse, il pourrait s’agir d’un système d’entrée au site associé à un éventuel contrôle d’un poste de péage. Dans l’hypothèse d’une zone environnante marécageuse, il pourrait s’agir d’une installation à vocation particulière (activité métallurgique ?). Le fait que ces buttes ne soient signalées dans aucun texte pourrait aller dans le sens du caractère annexe et utilitaire de ces installations.

6Pour comprendre l’évolution de l’organisation spatiale de l’ensemble de ce site complexe, il est nécessaire de procéder à un relevé complet incluant la plateforme Saint-Austrille, emplacement de l’établissement religieux, la grande motte, l’étang et même le village, qui paraît excentré. Avant toute opération de fouille d’envergure, il convient de reprendre l’étude du mobilier archéologique ancien, en liaison avec la mise en place de sondages ponctuels au niveau des trois mottes subsistantes (nettoyage et réouverture des anciennes zones de fouille).

Saint-Dizier-la-Tour, levé topographique des buttes jumelles de la Tour-Saint-Austrille.

Saint-Dizier-la-Tour, levé topographique des buttes jumelles de la Tour-Saint-Austrille.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Dizier-la-Tour, levé topographique des buttes jumelles de la Tour-Saint-Austrille.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7856/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Racinet, Pauline Augé et Mathieu Wawrzyniak, « Saint-Dizier-la-Tour (Creuse). La Tour-Saint-Austrille », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 262-263.

Référence électronique

Philippe Racinet, Pauline Augé, Mathieu Wawrzyniak, « Saint-Dizier-la-Tour (Creuse). La Tour-Saint-Austrille » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 22 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7856

Haut de page

Auteurs

Philippe Racinet

Articles du même auteur

Pauline Augé

Articles du même auteur

Mathieu Wawrzyniak

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Philippe Racinet

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Pauline Augé

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Mathieu Wawrzyniak

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals