Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 2. – Prospections

Saint-Michel (Pyrénées-Atlantiques). Château-Pignon

Responsable d’opération : Christian Normand
p. 263

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1Au début du xvie s., le royaume de Navarre, miné par des luttes intestines depuis plus d’un demi-siècle, devint une proie facile pour ses puissants voisins aragonais et castillans. De fait, en 1512, les troupes de Ferdinand II d’Aragon l’envahissent par surprise et occupent la totalité de son territoire en quelques mois.

2Après l’échec d’une première tentative de récupération par le roi de Navarre légitime, Jean III d’Albret, en octobre de cette même année, Ferdinand II désire prévenir toute nouvelle contre-offensive en construisant des ouvrages fortifiés destinés à contrôler les voies d’accès à ses territoires. La Fortaleza del Puerto e Peñón ou Fortaleza del Peñón de San Juan de Santa Maria est un de ceux-ci.

3Les recherches conduites en 2014 ont été les premières à s’intéresser à ce site, pourtant assez spectaculaire. Elles ont pris trois aspects : étude des archives, relevé des structures visibles, prospections des alentours.

4La première a montré que l’emplacement choisi n’était pas uniquement lié aux qualités du site mais qu’il avait également une fonction de marqueur frontalier. Il est apparu que cette forteresse comprenait en fait deux ouvrages : Château Pignon et une autre fortification considérée jusqu’alors comme d’origine protohistorique. Enfin il a été constaté que, malgré de lourds investissements financiers et humains, Château Pignon, édifié très certainement ex nihilo à partir de 1513, n’a jamais été achevé et n’a pas rempli le rôle qui lui était dévolu (verrouiller le passage entre Saint-Jean-Pied-de-Port et Pampelune), d’où son probable abandon en 1527, en même temps que la partie de la Navarre située sur le versant nord des Pyrénées.

5La seconde a restitué un plan comportant une partie principale quadrangulaire d’à peu près 600 m2 et une partie secondaire où s’ouvrait la porte d’accès, le tout complété par une tour d’artillerie (une seconde est apparemment restée à l’état de projet). Il y a là une continuité avec une morphologie que l’on pourrait désigner comme médiévale mais plusieurs points révèlent indiscutablement un souci d’adaptation à l’utilisation désormais systématique de l’artillerie : épaisseur relativement importante des murs (4,5 m), fort talutage de leur base, flanquement par plusieurs bouches à feu…

6Enfin, les prospections ont permis de repérer un riche environnement archéologique associé à la construction de la forteresse, notamment des carrières exploitant les nombreux affleurements calcaires locaux, destinées à approvisionner les maçons en matériaux d’excellente qualité, ainsi que plusieurs fours à chaux aménagés à proximité de points d’eau. De plus, elles ont mis en évidence la présence en contrebas du site de deux voies de conception très différente et utilisées très antérieurement à l’ouvrage fortifié, au moins l’une étant assurément en fonctionnement dès l’époque antique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Normand, « Saint-Michel (Pyrénées-Atlantiques). Château-Pignon », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 263.

Référence électronique

Christian Normand, « Saint-Michel (Pyrénées-Atlantiques). Château-Pignon » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7857

Haut de page

Responsable d’opération

Christian Normand

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals