Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 3. – Projets collectifs de recherche

Boulbon (Bouches-du-Rhône). Château

Responsable d’opération : Nicolas Faucherre
p. 265

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1Le château de Boulbon, porté par un éperon calcaire N-S mal détaché de la Montagnette, domine, à l’ouest, un bourg castral entouré de deux enceintes successives et la plaine du Rhône, à l’écart de l’ancien bourg ecclésial qui entoure l’église Saint-Marcellin, seule paroissiale avant 1638. Doté de terrasses et bassin au xviie s., ruiné à la Révolution, refaçonné par des carrières, classé Monument historique en 1976, le château est admirablement documenté depuis le xive s. (on dispose de quatre inventaires et deux cadastres pour la seule période xive-xve s.). Le village et le château ont fait l’objet de solides études historiques par Félicien Betton, Jeanne Mercury et Véronique Buravand-Hoffmann.

2Un conflit pour la possession du « château et de la roche » de Boulbon, tranché par l'évêque d'Avignon en 1220, permet de suggérer qu’il s'agit d'une coseigneurie partagée à temporalité fixe entre pariers, dont une part serait la « roche » (rupa) correspondant à un habitat troglodytique actuellement non visible. On repère actuellement quatre entités médiévales distinctes sur le site, dont trois blocs résidentiels : le logis de la basse cour, qui fait l’objet des travaux en cours, une salle à mi-pente à l’ouest intégrant une chapelle (?), un vaste ensemble résidentiel très ruiné collé au sud du rocher et le réduit sommital. L’âge classique a vu la mise en place d’un accès carrossable par le col au nord et la mise en place d’un vaste bassin collé à la résidence, pour collecter les eaux de la source d’Amelle afin d’irriguer des jardins en terrasse étagés sur le bas de la crête au sud et alimenter des lavoirs du quartier du Crépon.

3Le site castral a été tout récemment acquis par un architecte très impliqué dans le projet culturel, Dominique de Lavergne, qui veut assurer sa transmission par des travaux de mise hors d’eau et d’accessibilité. Un relevé partiel par drone a été effectué en 2013. Les opérations réalisées en 2014 ont associé à l’enquête un travail de master en cours (I. Clément) sur le logis de la basse cour et un projet tutoré entre étudiants architectes et étudiants en master 2 métiers du patrimoine qui a permis une première analyse monumentale des vestiges. Les travaux ont été conduits dans quatre directions : documentation générale et interprétation du système d’accès au réduit ; topographie et morphogenèse des enceintes urbaines ; prospection sur le tracé de l’aqueduc ; analyse du bâti et surveillance archéologique de travaux de déblaiement du logis de la basse cour.

41. La découverte d’un inventaire exhaustif du château en 1739, les inventaires antérieurs, l’enquête de terrain et la topographie, permettent de proposer des hypothèses de restitution pour la distribution du grand logis méridional. L’accès originel au site, condamné par la mise en place du bassin et le terrassement des jardins étagés modernes, se faisait par le sud, par une rue de crête bordée par le quartier du Crépon. Il débouchait dans une cour avec tourelle d’escalier semi-hors œuvre, adossée au piton rocheux au nord, bordée à l’ouest par la résidence, à l’est par les services. L’accès au réduit sommital se faisait par une tour carrée et un pont volant. Le réduit sommital, coiffé de son admirable couronne de mâchicoulis savamment profilés, n’a pas été occupé avant le xviie s. (fabrique), puisque le déroquetage n’a pas été achevé.

52. L’enquête sur le bourg castral a révélé quatre entités distinctes. Étagés dans la pente prolongeant le château au sud, deux quartiers s’égrènent le long de son accès, le Barri dans la plaine, et le Crépon à mi-pente. Ils ont été séparés au xiiie s. par l’enceinte du Turnus, recoupant le parcellaire préexistant et formant basse cour collée à l’escarpement à l’ouest, vite doublée par celle du Burgus, dont les deux portes sont mentionnées à la fin du xiiie s., qui reçoit la nouvelle paroissiale Sainte-Anne au début du xviie s. tandis que l’ancien bourg ecclésial Saint-Marcellin sur la route d’Avignon se dépeuple.

63. La prospection sur le tracé de l’aqueduc a permis de reconnaître la source originelle, ancrée dans le vallon d’Amelle, dont le bassin de captage est protégé par une voûte en grand appareil de facture médiévale. La conduite se développe sur plus de 500 m, à flanc de vallon puis en franchissement du col isolant le château de la Montagnette au nord, passant de la cote 81 NGF à la source à la cote 62 NGF au château. Les trois niveaux de rechargement et de surélévation de la conduite de céramique conduisant au château, très visible au niveau du col, suggèrent des problèmes d’alimentation récurrents à la source. À partir d’un collecteur situé dans la basse cour, deux conduites viennent envelopper le site, la première par l’ouest conduisant au bassin moderne puis aux lavoirs urbains, la seconde par l’est entaillant l’escarpement pour alimenter les cuisines de la résidence.

74. Barrant le col devenu accès charretier au xviie s., le logis de la basse cour (18 x 10 m), est un programme résidentiel complet, avec grande salle voûtée sur cellier et des circulations verticales entre niveaux se faisaient par l’extérieur. L’ensemble a été surélevé pour le fourrage et réutilisé en exploitation agricole (pressoir, auges) à la fin de l’Ancien Régime. Les écuries le prolongeant vers le nord ont été installées au xviie s. dans l’ancien fossé coupant le col, et associées à une nouvelle clôture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Faucherre, « Boulbon (Bouches-du-Rhône). Château », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 265.

Référence électronique

Nicolas Faucherre, « Boulbon (Bouches-du-Rhône). Château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7866

Haut de page

Auteur

Nicolas Faucherre

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nicolas Faucherre

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals