Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 3. – Projets collectifs de recherche

Thérouanne (Pas-de-Calais). Thérouanne : ville antique et médiévale

Responsable d’opération : François Blary
p. 266

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1Localisée à une quinzaine de kilomètres de Saint-Omer, la ville de Thérouanne a un passé particulièrement riche. Elle fut chef-lieu de la cité des Morins et s’étendait à la fin du iiie s. apr. J.-C., sur presque 140 ha. Le statut et l’importance de la ville au Moyen Âge sont révélés par la mention de l’existence d’un groupe épiscopal à partir du viie s. ap. J-C et d’une cathédrale édifiée dès l’époque carolingienne, dont les fouilles d’Honoré Bernard avaient montré l’extraordinaire intérêt. Elle contrôle une partie de l’accès au littoral et souffre de nombreux assauts notamment durant la guerre de Cent Ans. Au début du xvie s., elle constitue une enclave royale française en territoire impérial des Pays-Bas. Assiégée sans succès en 1513 et 1537, elle finit par se rendre à Charles Quint en 1553, après deux mois de siège. La ville est alors intégralement rasée et toute reconstruction y est interdite. Depuis, le site de la « Vieille Ville » a été rendu à l’agriculture bien qu’une petite agglomération se soit développée au sud justifiant des opérations préventives ; Thérouanne constitue ainsi un gisement exceptionnel pour la connaissance de l’histoire urbaine antique et médiévale.

2À l’initiative du Service régional de l’archéologie du Nord-Pas-de-Calais, un projet collectif de recherche a été lancé dans le but de rassembler la documentation disponible. Dès l’origine, il a regroupé une équipe pluridisciplinaire de chercheurs (archéologues, historiens, historiens de l’art) dont l’objectif était d’aboutir à une meilleure connaissance de la cité des Morins en mutualisant leurs savoirs. En outre, des prospections archéologiques utilisant les techniques les plus modernes (microtopographie, résistivité électrique, magnétique, etc.) ont été menées. Parallèlement aux premières prospections, l’équipe s’est concentrée dans un premier temps sur le recensement de toutes les publications sur Thérouanne et sur l’étude de la centaine de rapports de fouilles produits depuis un siècle.

3En parallèle, le SRA a confié au Centre départemental d’archéologie la réalisation d’un inventaire de l’ensemble du mobilier archéologique provenant du site. Les prospections microtopographiques et géophysiques ont donné d’excellents résultats qui confirment la faisabilité de l’étude urbaine de la ville dans le cadre d’un projet collectif de recherche interdisciplinaire. L’enquête sur les données archéologiques montre quant à elle, l’importance du travail restant à accomplir pour permettre l’étude des données structurelles des bâtis et des mobiliers issus des 111 opérations qui se sont succédé entre 1971 et 2014, sans compter les fouilles plus anciennes remontant à la fin du xixe s. notamment sous la conduite de Camille Enlart.

4L’année 2014 a permis aussi d’approcher une grande partie des chercheurs susceptibles de conduire ou de participer aux différentes études qu’il est important de mettre en œuvre dans le cadre de ce PCR pour aboutir à une première synthèse archéologique. Il est apparu ainsi clairement que pour les trois prochaines années de l’exercice, le champ chronologique devait être restreint pour concentrer l’attention sur les 35 opérations qui concernent la période viie-mi xvie s. et l’examen des sources écrites correspondantes. Les techniques de prospections seront étendues à l’ensemble du périmètre de la ville médiévale pour rester en cohérence et en adéquation avec cette première phase. Les données plus anciennes seront observées dans un second temps avec des compétences renforcées sur ces périodes. L’équipe désormais réunie, interdisciplinaire et internationale, comporte une vingtaine de chercheurs qui travailleront de 2015 à 2017 sur les axes de recherches urbains définis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Blary, « Thérouanne (Pas-de-Calais). Thérouanne : ville antique et médiévale », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 266.

Référence électronique

François Blary, « Thérouanne (Pas-de-Calais). Thérouanne : ville antique et médiévale » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7868

Haut de page

Auteur

François Blary

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

François Blary

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals