Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45Chronique des fouilles médiévales...V. – Installations artisanalesV B1. – Carrières, mines et métal...Aulus-les-Bains (Ariège). Castel-...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
V. – Installations artisanales
V B1. – Carrières, mines et métallurgie : opérations de terrain

Aulus-les-Bains (Ariège). Castel-Minier

Responsable d’opération : Florian Téreygeol
p. 283-284

Texte intégral

1La fouille de la mouline de Castel-Minier dans son état terminal du xvie s. est achevée. Cet appareil reflète les derniers instants de son usage faisant suite à plusieurs réfections et à des possibles évolutions techniques. La bonne conservation des bois du marteau a permis une datation par dendrochronologie. Il a été édifié avec des arbres abattus en 1549 alors que le site semble définitivement abandonné vers 1580. La richesse du mobilier métallique en fer et les études métallographiques permettent de dresser l’état de la nature des produits et de décrire la chaîne de production qui s’y rattache. Une question reste en suspens : comment s’effectue le passage à l’hydraulique sur le site ? L’étude du second ferrier adossé à l’ensemble castral montre que nous travaillons dans une chronologie particulièrement réduite. Le ou les changements se produisent dans la seconde moitié du xive s. Et dès le début du xve s., la mouline telle que nous la connaissons est en place. Compte tenu du rythme d’innovation, le matériel archéologique classique risque de ne pas permettre un affinage des dates. En revanche, les logiques stratigraphiques d’installation des appareils devraient conduire à une bonne définition des séquences d’apparition.

2La richesse des découvertes faites dans les mines alors que la phase de fouille débute augure bien de l’avenir. Cette mine a déjà montré des architectures bien conservées et en a livré des modèles inédits (notamment un escalier d’accès monumental). En outre les travaux engagés cette année ont mis au jour un mobilier abondant.

3En rapport avec l’exploitation minière, l’acquisition d’une couverture Lidar sur la zone est d’un grand soutien pour l’étude des différents minerais disponibles dans la vallée, pour la prospection des vestiges connus et pour la lecture du modèle numérique de terrain. L’année écoulée a permis la prospection et l’échantillonnage de l’ensemble des indices déjà repérés qu’ils soient anthropisés ou non.

4En lieu et place de la mouline, s’élevait antérieurement une fonderie d’envergure dont l’implantation est probablement liée à la présence de l’eau (mais nous ne sommes pas encore en mesure de dire à quelles fins techniques était destiné cet aménagement). Sur cette zone, comme dans l’espace castral, le mobilier métallurgique mis au jour est exceptionnel tant en qualité qu’en quantité. La découverte du lot de casses de coupellation en est une parfaite illustration. Des corpus de minerais, de scories, de litharge, de métaux sont maintenant en cours d’étude archéométrique dans le cadre de la thèse de Julien Flament. Les structures métallurgiques en revanche sont plus discrètes et d’une interprétation plus délicate. Pour aider à la compréhension fonctionnelle de celles-ci, nous avons mis en place des prélèvements pour analyse par activation que nous doublons avec une couverture en XRF portable. En effet, la distribution du matériel métallurgique associé aux foyers ne fournit pas une image claire. Le seul indice que nous voyons ressortir actuellement se porte sur la zone castrale. La phase ancienne concentre le matériel lié aux métallurgies du cuivre et de l’argent alors que la phase récente n’a livré que des éléments attestant du travail du plomb argentifère.

5Sur les flancs de la zone castrale, les travaux ont d’abord été engagés suivant la problématique liée à la production du fer avant l’introduction de la mouline, problématique qui s’est enrichie de nos découvertes en relation avec les métallurgies de l’argent et du cuivre. Les flancs de la zone castrale ont largement été occupés et la fouille a livré deux bâtiments actifs entre les xive et xve s. dans un bon état de conservation. Ici encore l’extension de la fouille permettra de mieux comprendre la fonction principale de ceux-ci.

6Enfin, les éléments liés à la métallurgie des non-ferreux accréditent une production multi-métallique sur le même site. Plusieurs chaînes opératoires cohabitent, impliquant l’usage de minerais variés. Pour la période comprise entre le xive s. et le xve s., pas moins de quatre systèmes sont en usage : une production de fer, une production de plomb-argent, une production de cuivre-argent et une production de cuivre. Production synchrone ou non, cette constatation oblige à poser la question de la nature même de l’atelier. Sommes-nous en présence d’une « fucine » ? Cet appareil apparaît en Italie du Nord dès le début du xiiie s. Outre le recours à l’hydraulique dès son origine, il a une caractéristique qui transcende les limites habituelles entre métallurgie du fer et métallurgie des non ferreux puisqu’on y traite à la fois le fer et l’argent. Les travaux historiques conduits par C. Verna en Catalogne ont mis en évidence le transfert rapide de ce type d’atelier vers les Pyrénées-Orientales. Il est suivi d’un glissement sémantique aboutissant à la dénomination « mouline ». Au regard des évidences archéologiques propres à Castel-Minier et en fonction de la proximité géographique, il est légitime de vouloir repenser le paradigme opposant la métallurgie du fer à celle des métaux non-ferreux. Si la différence existe sur le plan chimique, les frontières apparaissent beaucoup plus poreuses dans la réalité des faits.

Aulus-les-Bains, restitution photogrammétrique de l’escalier -d’entrée monumental (entrée +21).

Aulus-les-Bains, restitution photogrammétrique de l’escalier -d’entrée monumental (entrée +21).

PAO Jurgen Eckes

Haut de page

Table des illustrations

Titre Aulus-les-Bains, restitution photogrammétrique de l’escalier -d’entrée monumental (entrée +21).
Crédits PAO Jurgen Eckes
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7888/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 702k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florian Téreygeol, « Aulus-les-Bains (Ariège). Castel-Minier »Archéologie médiévale, 45 | 2015, 283-284.

Référence électronique

Florian Téreygeol, « Aulus-les-Bains (Ariège). Castel-Minier » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 02 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7888 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.7888

Haut de page

Auteur

Florian Téreygeol

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Florian Téreygeol

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search