Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
V. – Installations artisanales
V B1. – Carrières, mines et métallurgie : opérations de terrain

Oz-en-Oisans (Isère). Mine médiévale du Milieu

Responsable d’opération : Marie-Christine Bailly-Maître
Notice rédigée avec Xavier Pennec
p. 286-287

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1Depuis le début des années 80, des prospections sont menées en Oisans et plus particulièrement dans le massif des Rousses, afin de localiser les sites miniers, les dater et analyser l’activité extractive sur la longue durée. Parmi les principaux sites découverts et/ou étudiés, figurent les mines de chalcopyrite (cuivre) de l’âge du bronze ancien, les mines médiévales de plomb et d’argent du Lac Blanc et de Brandes, les mines de fer médiévales et modernes de la vallée de l’Eau d’Olle.

2Des vestiges d’une grande exploitation avaient été repérés, il y a une vingtaine d’années, au-dessus du lac du Milieu, sur la commune d’Oz-en-Oisans. Plusieurs visites avaient permis de comprendre qu’il s’agissait d’un site majeur, mais la présence de névés gênait l’accès et la neige remplissait les chantiers miniers. Depuis 2 ans, il est désormais possible d’atteindre les travaux extractifs à ciel ouvert et de pénétrer dans les chantiers souterrains.

3La mine du Milieu se trouve à environ 2900 m d’altitude. Elle comporte une longue tranchée d’exploitation à ciel ouvert à partir de laquelle plusieurs « puits » permettent de pénétrer dans les parties souterraines.

4Dès 2013, plusieurs observations ont été effectuées : le minerai extrait est un minerai polymétallique : plomb, cuivre, argent (?) dans une gangue de baryte, les parois rocheuses conservent des traces très nettes d’un abattage par percussion posée ou lancée, le réseau semblait assez développé et le filon minéralisé était encore en place dans certaines parties.

5La campagne 2014 avait pour objectifs de commencer l’exploration souterraine, de faire le relevé topographique souterrain des chantiers accessibles, d’observer finement les abords extérieurs immédiats de la tranchée d’exploitation à ciel ouvert et enfin, d’établir l’intérêt scientifique et le potentiel archéologique du site. Les premières observations ont été confirmées et l’intérêt de ce site est majeur. Le réseau est très développé en surface et en profondeur (plus de 1 000 m3 de matériaux extraits – gangue et minerai – estimés en 2014 avec uniquement une approche très partielle du réseau). La mine a été abandonnée en cours d’exploitation comme l’attestent les quantités de filons restées en place. La dureté des parois a conservé intactes les traces d’outils. La présence de niveaux archéologiques et de remblais en place va permettre de faire une étude stratigraphique des remplissages et des niveaux de fonctionnement des chantiers. Certaines portions de réseaux ont conservé des structures en bois (goulotte, planchers, parois), comparables à celles qui équipaient la mine médiévale de Brandes (Huez-38). La datation radiocarbone obtenue sur un bois en place (fin xiiie s.) rattache cette mine aux exploitations en activité au Moyen Âge.

6La poursuite de l’étude de ce site permettra en premier lieu d’étudier un chantier minier médiéval en cours d’extraction, ayant conservé ses fronts de taille, ses traces d’abattage, ses aménagements en bois, possédant des niveaux archéologiques en place à l’intérieur des réseaux souterrains (fouille stratigraphique possible). Cela pose ensuite la question des liens entre cette exploitation et Brandes. Brandes est-il un centre d’exploitation et de traitement des minerais rayonnant plus largement dans le massif de l’Oisans ? L’enquête de 1339, listant les mines du Dauphin, cite une mine sise dans le massif des Rousses. La mine dite du Milieu est très importante au regard des tonnages de matériaux extraits, elle a fonctionné en même temps que Brandes. Tout porte à croire qu’il s’agit de la mine mentionnée dans l’enquête de 1339, exploitée au profit du Dauphin. Enfin, la datation de tout ou partie de l’exploitation à la fin du xiiie s., l’altitude où se trouve ce chantier, l’abandon en laissant sur place de grandes quantités de minerai posent la question du début de la dégradation climatique à haute altitude dans les Alpes et le début du Plan d’aménagement général. Ce thème sera traité en liaison avec les géographes travaillant sur le PAG et les évolutions climatiques sur le temps long.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Pennec, « Oz-en-Oisans (Isère). Mine médiévale du Milieu », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 286-287.

Référence électronique

Marie-Christine Bailly-Maître, Xavier Pennec, « Oz-en-Oisans (Isère). Mine médiévale du Milieu » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7896

Haut de page

Auteur

Xavier Pennec

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marie-Christine Bailly-Maître

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals