Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
V. – Installations artisanales
V B1. – Carrières, mines et métallurgie : opérations de terrain

Sainte-Marguerite-Lafigère et Malarce-sur-la-Thine (Ardèche). Le Colombier et Vignelongue

Responsable d’opération : Nicolas Minvielle Larousse
p. 287

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1Les opérations menées sur les mines d’argent médiévales de la vallée du Chassezac s’inscrivent depuis leurs origines dans une recherche développée au sein du LA3M sur l’ensemble des gisements cévenols, avec des problématiques, des méthodes et des sources variées, le principal objectif étant d’analyser la place et le rôle que tenait la filière de l’argent au Moyen Âge dans ses rapports avec la société et l’environnement.

2Des Vans à Sainte-Marguerite-Lafigère, la vallée du Chassezac compte de nombreuses traces d’exploitations anciennes à récentes. Au niveau du hameau de La Rouvière, les bords du valat du Colombier ont conservé une exploitation médiévale datée des xie-xive s. qui se développait le long du filon dit « des Anciens ». Elle est constituée par de nombreux chantiers d’abattage à ciel ouvert et par un vaste réseau souterrain que l’on suit de la rive gauche du Colombier jusqu’à la Rouvière, alors recoupé par les travaux contemporains. Associé aux mines, un ensemble bâti a été mis en évidence sur la rive droite ; il mobilise à présent les opérations archéologiques.

3Une vingtaine de bâtiments composent ce probable quartier industriel dédié au processus d’enrichissement du minerai. Après plusieurs sondages effectués à des fins de diagnostic, l’étude extensive des installations de surface a débuté lors de la campagne 2012 avec l’ouverture du secteur RD 23 en bordure SO de la colline du Colombier et s’est poursuivie en 2013. L’approche archéologique permet ici de documenter une exploitation minière homogène qui semble conservée dans son état d’abandon, et ainsi de compléter la vision très lacunaire que nous avons de ce type d’industrie.

4La campagne 2014 a poursuivi les opérations engagées depuis 2011. Les aménagements situés sur l’extrémité ouest de la colline du Colombier ont été analysés plus en détail, ce qui contribué à densifier l’occupation dans la fourchette xie-début du xive s.

5La fouille des secteurs RD 23 et RD 20 a été achevée. Les foyers situés au sein de chaque bâtiment (ou presque) sont interprétés comme des structures utilisées pour la décrépitation voire le grillage du minerai. Le quartier industriel se densifie ensuite en aval, où des restructurations importantes semblent se produire. Les quartiers de traitement du minerai constituent des espaces de travail mobiles qui doivent s’adapter aux évolutions de l’exploitation. Deux bâtiments supplémentaires ont été fouillés dans le quart SE du secteur, l’un a été détruit avant les autres. Plus en aval encore, nous avons achevé la fouille du secteur RD 20. La partie orientale du bâtiment présente quelques indices d’activité métallurgique, concernant soit une petite forge, soit un bas fourneau, soit un atelier d’essai. L’étude du mobilier et des prélèvements est en cours. Il serait intéressant de disposer de structures métallurgiques, car les deux processus (minéralurgiques et métallurgiques) sont dans la plupart des cas dissociés spatialement. Sur une colline adjacente (Serre de Vignelongue), un sondage a été effectué afin de dater un ensemble bâti qui aurait pu être lié à l’exploitation. La moitié d’un bâtiment a été fouillée. La stratigraphie s’est révélée décevante tout comme le mobilier mis au jour. Les données n’ont pas permis de dater le bâtiment, mais une datation 14C a permis de le placer dans la première moitié du xive s. Enfin, l’achèvement d’un enregistrement au Lidar est aussi très positif.

Sainte-Marguerite-Lafigère, vue de l’occupation du bâtiment BAT 23-241.

Sainte-Marguerite-Lafigère, vue de l’occupation du bâtiment BAT 23-241.

Crédits GEMA

Haut de page

Table des illustrations

Titre Sainte-Marguerite-Lafigère, vue de l’occupation du bâtiment BAT 23-241.
Crédits Crédits GEMA
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7898/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Minvielle Larousse, « Sainte-Marguerite-Lafigère et Malarce-sur-la-Thine (Ardèche). Le Colombier et Vignelongue », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 287.

Référence électronique

Nicolas Minvielle Larousse, « Sainte-Marguerite-Lafigère et Malarce-sur-la-Thine (Ardèche). Le Colombier et Vignelongue » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7898

Haut de page

Auteur

Nicolas Minvielle Larousse

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nicolas Minvielle Larousse

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals