Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
V. – Installations artisanales
V B1. – Carrières, mines et métallurgie : opérations de terrain

Tende (Alpes-Maritimes). Minière de Vallauria

Responsable d’opération : Bruno Ancel
p. 287-288

Entrées d’index

Année de l'opération:

2014
Haut de page

Texte intégral

1Depuis 2009, la minière de Vallauria est le cadre d'un programme d'étude et de mise en valeur patrimoniale piloté par l'association Neige & Merveilles qui gère ce site reconverti en centre d'hébergement et d'animation. Ce gisement minéralisé en plomb, argent et zinc, a fait l'objet d'une importante exploitation au Moyen Âge, puis aux époques moderne et contemporaine, de 1750 à 1930.

2Les travaux médiévaux (xiie-xiiie s.) ont débuté à ciel ouvert, sur l'affleurement, vers 1540 m d'altitude, et se sont enfoncés jusqu'à 150 m sous terre. Les creusements ont été effectués par la technique d'abattage par le feu. En 2014, plusieurs zones de remblais médiévaux, situés à des endroits différents de la mine pouvant être associés à des étapes chronologiques, ont fait l'objet de coupes stratigraphiques et de fouilles jusqu'au sol rocheux, portant les ultimes traces du travail des mineurs. Les remplissages sont constitués de dépôts de plaquettes de roche avec des blocs, des graviers et des sables, assez mal stratifiés, très riches en charbon de bois et en déchets de refente du bois, attestant, sous terre, un important travail de préparation du bois de feu destiné aux bûchers. Le front de taille de l'exploitation forme une succession d'absides avec, en place, les foyers des derniers feux. Un échantillonnage systématique des dépôts renfermant des charbons de bois a été réalisé pour leur analyse anthracologique et la datation fine de la dynamique d'exploitation. En effet, les vestiges carbonisés des derniers bûchers recèlent des charbons de bois avec leur écorce conservée qui devraient offrir de bons échantillons pour des datations par le radiocarbone. En outre, ces dépôts doivent documenter les modalités d’exploitation et de gestion de la forêt et les usages du bois pour l’activité minière. À terme, l’objectif de cette approche est de proposer une modélisation de la pression minière sur le couvert forestier.

3Pour les périodes moderne et contemporaine, la recherche documentaire révèle une histoire complexe avec trois grandes périodes, subdivisées en une quinzaine de phases. En 2014, les bâtiments de la Minière ont fait l'objet d'une analyse détaillée en confrontation avec les textes et les nombreuses cartes postales du début du xxe s. Dans les travaux souterrains, une trémie du xixe s. a été dégagée, ainsi qu'une portion de voie de roulage en bois qui la desservait. Son système de trappe coulissante a pu être reconstitué. Une ouverture au public de ce site exceptionnel est envisagée à très court terme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Ancel, « Tende (Alpes-Maritimes). Minière de Vallauria »Archéologie médiévale, 45 | 2015, 287-288.

Référence électronique

Bruno Ancel, « Tende (Alpes-Maritimes). Minière de Vallauria » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 04 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7899

Haut de page

Auteur

Bruno Ancel

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bruno Ancel

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals