Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Avignon (Vaucluse). Hôtel du roi René

Responsable d’opération : Guilhem Baro
p. 203-204

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0142782

Texte intégral

1Un diagnostic d’archéologie préventive a été réalisé à l’Hôtel du roi René par le Service d’archéologie du département du Vaucluse. Ce diagnostic s’inscrit dans le cadre d’un projet de restauration et d’aménagement de l’édifice.

2Ce bâtiment s’est substitué à celui du cardinal Jean Allarmet de Brogny, évêque de Viviers, acheté en 1476 par le roi René aux chartreux de Villeneuve-lès-Avignon. Le souverain, qui y séjourne en 1476 et 1478, confie sa décoration à Nicolas Froment. Mis en location en 1489 puis vendu au cours du xvie s., le bâtiment devint ensuite la propriété de religieuses au xviie s. Les parties les plus anciennes de l’édifice semblent remonter au xiiie s. De cette époque, il reste les deux murs de l’espace B (la cage d’escalier), L’appareil en moellon de calcaire coquillier est disposé en opus spicatum. À l’extérieur, les deux murs sont chaînés et présentent un mode construction similaire. La porte en arc brisé peut remonter à cette époque. Les travaux les plus importants sont réalisés au cours du xive s. avec l’ajout de la grande salle d’apparat contre l’espace B. Ce bâtiment aux dimensions importantes (23 m x 8 m) est bâti en une seule campagne ; une cheminée est construite dans l’épaisseur du mur pignon ouest. Il possède un premier étage, aujourd’hui disparu. Dans la saignée des murs on peut observer l’emplacement du plancher. Les cavités d’encastrement des poutres sont visibles de chaque côté du conduit de cheminée.

3Cet étage était desservi depuis l’ouest et l’espace B par une porte arc brisé avec arrière-voussure en arc de cercle. Une autre porte, percée dans le mur nord, dont une partie seulement de l’arc est conservée peut être rattachée à cette période. À la suite de la construction du grand tinel (premier tiers du xive s.), l’espace B subit une surélévation en pierres de taille. Deux ouvertures identiques sont alors créées.

4À la fin de la première moitié du xive s., la tour construite contre l’espace B vient obstruer la fenêtre de la surélévation, ce qui montre que la tour lui est postérieure. Des aménagements importants sont réalisés au cours du xve s. En ce qui concerne le grand tinel, un plafond est installé pour compartimenter l’espace et créer un comble. Ce plafond, portant les armes du roi René, est datable de la fin du xve s. (1476-1480).

5Au xviis., les ursulines transforment le grand tinel en chapelle, elles suppriment le plancher du premier étage et créent une grande voûte ; elles intègrent des éléments peints du plancher du xive s. aux nouveaux aménagements nécessités par la création de celle-ci. Au rez-de-chaussée, les religieuses construisent trois cloisons avec les deux piliers en pierre pour créer un rétrécissement dans la grande salle et former une sorte de chœur. Ce rez-de-chaussée est décoré par trois arcs, dont deux aveugles sur les murs sud et nord. Au-dessus du chœur, les religieuses aménagent une sorte de galerie technique.

6Au second étage du tinel, le mur présente la trace d’une toiture primitive plus pentue que la toiture actuelle. C’est à la fin du xvie ou au xviie s. que le bâtiment est rehaussé et que la toiture est relevée

7Des restes de peintures murales médiévales ont pu être relevées. Le premier étage de la tour présente encore de grands enroulements de rinceaux – thème fréquent dans les habitations avignonnaises à l’époque pontificale. Il n’en subsiste plus aujourd’hui que le tracé, sur des fonds alternativement gris et brun, dégradation de teintes primitivement bleues et rouges. La cage d’escalier (espace B) a conservé une frise alors que le second étage du tinel a conservé un décor monumental. Ces travaux sont datables du xive s. Au xve s., des faux-joints rouges et noirs caractérisent ces nouvelles peintures. Enfin, dans le grand tinel, au premier étage, les murs présentent un décor représentant un motif symétrique de style renaissance, attribué à la famille de Peretz ou de Joyeuse, à la fin du xvie s.

Avignon, hôtel du roi René, grand tinel/chapelle – mur pignon ouest – coupe sud/nord.

Avignon, hôtel du roi René, grand tinel/chapelle – mur pignon ouest – coupe sud/nord.

DAO G. Baro

Haut de page

Table des illustrations

Titre Avignon, hôtel du roi René, grand tinel/chapelle – mur pignon ouest – coupe sud/nord.
Crédits DAO G. Baro
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7924/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guilhem Baro, « Avignon (Vaucluse). Hôtel du roi René  », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 203-204.

Référence électronique

Guilhem Baro, « Avignon (Vaucluse). Hôtel du roi René  » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 17 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7924

Haut de page

Auteur

Guilhem Baro

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guilhem Baro

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals