Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Bonifacio (Corse-du-Sud). Diagnostic de la caserne Montlaur

Responsable d’opération : Patrick Ferreira, Isabelle Commandré et Pascal Tramoni
p. 205-207

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0137672

Texte intégral

1Bonifacio est implanté sur une presqu’île formée par un long plateau calcaire d’un kilomètre dont l’extrémité ouest entre dans la mer. Sa largeur varie entre 200 et 250 m. Ce plateau est limité au sud et au nord par d’abruptes falaises dominant la mer de 60 à 75 m. à l’est, la péninsule n’est reliée au reste de l’île que par une étroite bande de terre large d’une centaine de mètres.

2Les origines ainsi que le contexte de l’émergence de la cité médiévale restent encore mal documentés, mais sont probablement à replacer dans la première moitié du ixe s. En raison de sa position privilégiée entre Corse et Sardaigne, la ville sera très rapidement convoitée par les grandes puissances maritimes de la Méditerranée, notamment par Pise, Gênes, l’Aragon ou encore l’alliance franco-turque.

3Dès sa formation, l’agglomération semble avoir été scindée en deux espaces distincts, avec un port en bord de mer surplombé par une citadelle dressée sur un éperon. L’espace urbain est partagé en deux par le vallon de la Carrotola. à l’est s’établit la ville médiévale et, à l’ouest, les terrains sont aujourd’hui occupés par les bâtiments de la caserne Montlaur et le cimetière marin. L’ensemble diagnostiqué correspond à une partie de l’ancienne caserne Montlaur, située dans l’emprise de la ville haute, (fig.) à l’ouest de la presqu’île de Bonifacio. À l’ouest du casernement se trouvent le cimetière marin et les bâtiments de l’ancien couvent Saint-François, qui occupe une grande partie de l’extrémité du plateau.

4L’opération avait pour but de documenter les édifices cultuels médiévaux et modernes encore en place dans ce secteur de la ville et de mettre en évidence d’éventuelles occupations plus anciennes. Hormis l’occupation du néolithique ancien et la présence d’un établissement de plein air important du néolithique récent, c’est sans conteste la fin du Moyen Âge et l’époque moderne qui ont laissé les témoins matériels les plus importants.

5À la période tardo-médiévale on peut rattacher un mobilier résiduel présent dans certains remblais d’occupation ou dans des fosses. Malgré l’absence d’éléments datants, les traces d’un réseau parcellaire pourraient se rattacher au xive-xvie s. Ces creusements témoignent de la mise en culture, peut-être arbustive, du bois de Cavu qui occupe la partie occidentale de la ville haute. Dans cet environnement essentiellement forestier plusieurs communautés religieuses s’installent progressivement. La mise en place des édifices Sainte-Marie-Madeleine, Saint-Barthélemy et Sainte-Croix fait écho au développement des confréries en Corse durant la seconde moitié du xvie s.

Sainte-Marie-Madeleine

6L’église Sainte-Marie-Madeleine présente un plan au sol très simple : nef allongée et chevet plat, qui ne laissent toutefois aucune place au doute quant à sa vocation cultuelle. L’hypothèse d’un édifice hospitalier érigé entre le xve et le xvie s. semble devoir être écartée. L’analyse architecturale a révélé la présence de plusieurs états. Un bâtiment simplement quadrangulaire équipé d’une citerne en sous-œuvre paraît constituer l’édifice primitif édifié dans le courant du xvie s. Il est ensuite, très rapidement, gainé de contreforts sur ses murs gouttereaux septentrionaux et méridionaux. Associés à des arcs formerets et à divers arcs de décharge, ils permettent la mise en place de voûtements mixtes sur les parties hautes qui supportent une toiture en lauze. L’adjonction d’une chapelle latérale, édifiée contre l’ensemble de ces structures, constitue une troisième étape d’édification que l’on peut rattacher à un large xviie s.

7Avant le premier tiers du xviiie s., un petit ensemble formé d’au moins deux pièces est ajouté dans le prolongement de l’angle SO de l’église, formant ainsi une construction en L. Cet élément a été interprété comme un porche ou un appentis utilisé à l’époque où l’église est transformée en lazaret pour femmes. Durant le dernier tiers du xviiie s., l’ensemble de ces terrains devient la propriété de l’armée et fait l’objet de très importants remaniements. L’église devient un « magasin aux farines » et c’est probablement à cette phase que l’on peut rattacher la mise en place de la petite bâtisse quadrangulaire adossée au mur septentrional du chevet.

8Les sols anciens sont bien conservés. Le sondage réalisé dans la nef a révélé une fosse qui accueillait un four de moule à cloche dont la partie basse est encore très bien conservée. Ce four, sans doute installé entre la seconde moitié du xviie s. et le dernier tiers du xviiie s., constitue à ce jour un unicum sur le territoire corse. Le sondage réalisé dans le chœur de l’église révélé la base d’une maçonnerie quadrangulaire, parallèle au mur pignon est ; elle semble pouvoir être associée aux vestiges de la fondation de l’autel.

Saint-Barthélémy

9Plusieurs sondages ont été réalisés dans et autour d’un bâtiment identifié comme les vestiges de l’église Saint-Barthélémy mentionnée dans les écrits dès la fin du xvie s. Le chœur de l’édifice est désormais détruit, néanmoins ses niveaux de fondation, rattachables à un second état de la construction, ont pu être mis en évidence dans un sondage réalisé contre le mur oriental du bâtiment actuel.

Sainte-Croix

10La dernière église étudiée dans le cadre de cette opération de diagnostic est celle érigée sous le vocable de Sainte-Croix. Le plan est celui d’un grand espace à nef unique, charpentée, dont les murs enduits laissent apparaître huit baies hautes (quatre sur chaque murs gouttereaux). Dans un premier temps, on y accédait par un portail central, surmonté d’un grand oculus, qui n’est pas sans rappeler ceux visibles dans le chœur de Sainte-Marie-Madeleine. Le chœur de l’édifice reste inconnu, et seules les gravures, nous renseignent quelque peu sur sa forme. Les matériaux employés sont locaux : du calcaire associé à de la brique pour certains éléments, comme les cintres et les piédroits.

11Le seul sondage réalisé, de taille modeste, a livré un solin associé à un niveau de sol, laissant présager une occupation au moins tardo-médiévale, daté, par le matériel céramique retrouvé, du xiiie/xive s.

12Cette opération de diagnostic urbain livre donc des témoignages de l’occupation dans ce secteur de la ville dès la fin du Moyen Âge, notamment les traces agraires ainsi que les vestiges de constructions antérieures à l’église Saint-Croix.

13La période moderne reste la mieux documentée. Les bâtiments, interprétés comme des églises ou oratoires de congrégations religieuses, ne sont pas dénués d’intérêt, en particulier ceux dédiés à Sainte-Marie-Madeleine et à Sainte-Croix. Saint-Barthélémy, plus excentrée, illustre le cas particulier des édifices de confréries, dotés en l’occurrence d’un espace cimétérial à partir du xviiie s.

Bonifacio, diagnostic de la caserne Montlaur.

Bonifacio, diagnostic de la caserne Montlaur.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Bonifacio, diagnostic de la caserne Montlaur.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7927/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Ferreira, Isabelle Commandré et Pascal Tramoni, « Bonifacio (Corse-du-Sud). Diagnostic de la caserne Montlaur », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 205-207.

Référence électronique

Patrick Ferreira, Isabelle Commandré, Pascal Tramoni, « Bonifacio (Corse-du-Sud). Diagnostic de la caserne Montlaur » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 22 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7927

Haut de page

Auteurs

Patrick Ferreira

Articles du même auteur

Isabelle Commandré

Articles du même auteur

Pascal Tramoni

Haut de page

Responsables d'opération

Patrick Ferreira

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Isabelle Commandré

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Pascal Tramoni

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals