Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire). Ancien cloître de la cathédrale Saint-Vincent

Responsable d’opération : Benjamin Saint-Jean Vitus
p. 209-210

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0133350

Texte intégral

1L’ancien groupe épiscopal de Chalon-sur-Saône est localisé dans le noyau de l’agglomération romaine de Cabilonum, à l’intérieur de la muraille du castrum tardo-antique. L’ancienneté de l’occupation est supposée : un évêque est mentionné à Chalon depuis le ive s. au moins et la première évocation connue d’un édifice abritant la cathédrale remonte au vie s., tandis que des travaux archéologiques ont déjà mis au jour, au NE du cloître, des niveaux antiques et mérovingiens et des constructions maçonnées du haut Moyen Âge et du xie s., antérieures aux plus anciens états visibles de la cathédrale. En revanche, on ignorait ce qui avait pu précéder le cloître actuel, dont les arcatures remontent à la fin du xive s. et les voûtes d’ogives aux alentours de 1500. Un projet de restauration des vestiges de ce cloître par les Monuments historiques est à l’origine d’un diagnostic archéologique puis de relevés détaillés du bâti, réalisés en octobre 2013 et mars 2014. Le diagnostic a procédé par sondages dans les sols de la galerie méridionale et du jardin central, et sur les élévations basses des bâtiments longeant ses galeries est et ouest. Puis les relevés ont concerné toute la partie haute de la façade de l’aile orientale, au-dessus des voûtements de la galerie actuelle.

2Les sondages ont mis en évidence une stratigraphie profonde de niveaux d’occupation en place, jusqu’à −2,70 m sous les sols actuels. Les vestiges les plus profonds remontent au iie s. de notre ère. Un peu plus haut se dégage, au sud, un horizon d’occupation notoire du ve s. ap. J.-C., mais sous le jardin central, c’est dès −2,45 m que se succèdent niveaux d’occupation et sols du haut Moyen Âge. Cette séquence est scellée par un mortier de tuileau, à son tour couvert par un remblai de démolition datable des xe-xie s. au plus tôt. Ces niveaux doivent être mis en relation avec les plus anciennes maçonneries relevées à la base des élévations occidentales et orientales, et sur une large plage à l’étage de l’aile orientale. Datables par leurs faciès caractéristiques du début du xie s. au plus tard, celles-ci sont antérieures au premier état connu du cloître, voire aux premiers vestiges attestés de la cathédrale. Une seconde période correspond à l’agrandissement vers le sud du bâtiment oriental, ou à une importante reprise de sa partie méridionale supérieure. Cette phase devrait s’inscrire dans un large xiie s. ; ce siècle voit justement une reconstruction de la cathédrale voisine. Ces témoins du haut Moyen Âge et des xie-xiie s. doivent être associés aux vestiges repérés en 1983 et 1996, à quelques dizaines de mètres au NE du cloître.

3En fait, la disposition actuelle des lieux ne paraît pas antérieure à la création du cloître à arcatures de la fin du xive s. (consécutive à de nouveaux travaux sur les élévations de la cathédrale). Le sondage au sol de la galerie méridionale a livré, au sommet d’un litage de remblais médiévaux, les indices du chantier associé, tandis que le principal remaniement de la façade du bâtiment oriental devrait lui être rapporté. À son étage, une série de petites fenêtres aura pris place sous la faîtière de la première toiture de la galerie, sur charpente en appentis. En revanche, la façade de l’aile méridionale en retour paraît indissociable du voûtement des galeries aux alentours de 1500 ; à l’est, les voûtes s’insèrent dans les maçonneries plus anciennes. S’ajoute à cela la mise en place d’un édicule coiffant la voûte d’angle NE des galeries de cloître, dans le premier tiers du xvie s. Pour ces périodes, le sondage méridional a révélé diverses reprises de sols, ainsi que la seule sépulture reconnue, à faible profondeur. Ces importantes transformations confèrent aux lieux leur physionomie actuelle. Les derniers remaniements des façades supérieures est et sud, comprenant principalement les percements des grandes fenêtres actuelles et leurs réaménagements successifs, sont liés à la création des terrasses couvrant les voûtes du cloître, à partir de la fin du xixe s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benjamin Saint-Jean Vitus, « Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire). Ancien cloître de la cathédrale Saint-Vincent », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 209-210.

Référence électronique

Benjamin Saint-Jean Vitus, « Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire). Ancien cloître de la cathédrale Saint-Vincent » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7939

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals