Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Charité-sur-Loire (La) (Nièvre). Ancien prieuré Notre-Dame

Responsable d’opération : Fabrice Henrion
p. 210-211

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre des travaux de restauration du cloître de l’ancien prieuré Notre-Dame, fondé au milieu du xie s., une opération d’archéologie préventive a été menée en 2010. Elle visait à résoudre la question de la construction des galeries ouest et sud lors du chantier de reconstruction des bâtiments monastiques dans les années 1770. En effet, si l’aile nord, la galerie nord et la galerie est témoignent encore aujourd’hui de ces travaux ambitieux, l’absence de galeries méridionale et occidentale introduisait un doute sur leur réalisation effective. Doute en partie atténué par la lecture des devis de 1774 et du procès-verbal de réception des travaux de 1778 : l’ensemble des quatre galeries avait été prévues et réalisées. Il fallait pourtant des preuves sur le terrain avec la recherche d’indices archéologiques.

2Actuellement, des murs écrans sont présents à l’ouest et au sud, et conservent en élévation les pilastres du voûtement xviiie s., identiques à ceux des galeries nord et est. Trois sondages ont été ouverts sur le passage théorique des galeries, ils ont permis de retrouver la trace en négatif des maçonneries de fondation installées dans un remblai hétérogène constitué essentiellement de matériaux de démolition. Cette intervention a également permis d’étudier le revers du mur-écran ouest et de montrer qu’il correspondait en grande partie au gouttereau oriental du bâtiment occidental de l’ensemble claustral, sans doute le cellier. L’étude des deux états de baies a permis de situer la construction de ce bâtiment dès les premiers temps de la fondation du prieuré, en 1059. Par ailleurs, nous avons pu montrer les différences d’altitude des sols entre l’aile est et l’aile ouest, ce qui implique l’existence de terrasses qui seront supprimées lors des travaux du dernier tiers du xviiie s.

3Ces éléments nouveaux nous ont convaincu de l’intérêt d’une fouille programmée, en amont des travaux de restauration et de réaménagement du site, en orientant la recherche vers les quelques espaces qui n’avaient été touchés ni par les destructions post-révolution­naires, ni par les travaux de restauration qui se sont succédé à partir des années 1990.

4Campagne programmée annuelle 2011

5En 2011, une première campagne a concerné l’étude au sol et en élévation des deux extrémités de l’aile orientale, avec au nord le secteur dit « passage Mérimée » et au sud la zone de relations entre l’église Notre-Dame, les galeries du cloître, la salle capitulaire et le dortoir.

L’extrémité nord, le passage Mérimée

6Bien qu’en grande partie masqué par les phases ultérieures, le premier état des bâtiments visible dans cette partie septentrionale de l’aile orientale est globalement préservé et son plan ne changera pas jusqu’à nos jours. La véritable modification est la création d’un voûtement qui a des répercussions sur l’étage et la gestion des circulations. Il n’est plus possible aujourd’hui d’appréhender l’organisation de l’étage, complètement repris et modifié encore récemment, ni même de tenter de comprendre sa relation avec le rez-de-chaussée. Celui-ci est manifestement en relation avec les bâtiments plus au nord, dont la fonction n’est pas non plus connue.

7La datation du premier état est établie grâce à la typologie des ouvertures et à celle des techniques de mise en œuvre, particulièrement à partir des traces d’outils. On peut supposer que l’engagement du chantier de construction des bâtiments monastiques suit de peu la fondation, dans les années 1050 (seconde moitié du xie s. pour la construction du premier état). On ne connaît rien de l’organisation et de la fonction de cet espace pour ce premier état, mais sans doute est-il lié à l’aile nord (cuisines et réfectoire) et aux bâtiments entourant la cour nord du prieuré dont la vocation agricole et de stockage a déjà été proposée. On peut proposer, dès ce premier état, un (ou des) sous-sol(s) dans ce prolongement nord accessible(s) depuis le couloir situé immédiatement au nord. Le second état est représenté par la création du voûtement que l’on connaît encore aujourd’hui dans la seconde moitié du xiie s . Cet état voit la création de la descente vers un sous-sol situé plus au nord, dont on ne connaît pas la fonction (cellier ?), mais qui atteste bien la relation de l’articulation NE des bâtiments claustraux avec la cour du prieuré et les constructions qui l’entourent.

L’extrémité sud

8L’étude des élévations de cette partie méridionale des bâtiments monastiques, entre l’aile est et l’église Notre-Dame, a permis de proposer au moins quatre états dans le traitement des circulations.

9Les relevés d’élévation réalisés par Chantal Arnaud et Gilles Fèvre en 1994, en amont des travaux de restauration des extérieurs de l’aile est côté Saint-Laurent, avaient montré la préservation des vestiges du premier état du bâtiment avec portes et baies cintrées datés du xie s. Cette fois-ci encore, la reconnaissance d’éléments d’origine sur le pignon sud et au nord dans le secteur du passage Mérimée conforte l’idée que le plan de l’aile est et une partie au moins de son prolongement nord est fixé dès la fondation du prieuré et les premières constructions, à partir du milieu du xie s., à l’instar sans doute des autres bâtiments du complexe monastique. La salle capitulaire par exemple apparaît bien comme le réaménagement gothique d’un volume antérieur.

10Il a été possible de mettre en évidence un premier état d’accès au dortoir avant que la cage d’escalier ne soit bâtie, sans doute abrité par une structure en bois, mais préfigurant ce qui sera construit dans le courant du xiie s. Si l’on connaît le niveau du sol de ce second état, celui du premier doit être sensiblement à la même altitude compte tenu de la position des baies.

11Du côté dortoir, ces baies du premier état roman sont en partie masquées par le voûtement gothique de la salle capitulaire, ce qui implique que l’extrados du voûtement contemporain des baies soit situé au minimum 2 m en dessous de l’extrados gothique. Ce voûtement très bas de la salle capitulaire romane nous semble peu compatible. Il faut sans doute imaginer un premier état avec un plafond charpenté, le voûtement n’étant introduit qu’au xiiie s., peut-être après l’incendie de 1204 ou celui de 1216/1217. La création d’un voûtement pour la salle capitulaire a entraîné la modification de l’accès au dortoir, rejeté à l’extrémité est, là où il était aisé de placer un escalier permettant de passer au-dessus des voûtes. Cet état sera maintenu jusqu’au réaménagement complet de la cage d’escalier et des accès, sans doute après le grand incendie de 1559.

Campagnes programmées pluriannuelles 2012-2014

12La première année a été consacrée au « cellier des moines » et à des prospections géophysiques cour du Château et cour du Prieuré qui n’ont donné que peu d’informations exploitables. Sur le « cellier des moines », une première phase romane, malheureusement peu documentée, a été mise en évidence. Si le bâtiment apparaît globalement homogène, l’analyse fine montre une situation beaucoup plus complexe. L’ensemble de l’actuel bâtiment renvoie à une construction que l’on place entre la fin du xiiie et le début du xive s., ce que confirme l’étude dendrochronologique (abattage des arbres au cours de l’hiver 1303-1304). Il faut restituer, pour l’étage, une vaste salle couverte d’un double vaisseau lambrissé ; les comparaisons nous amènent à des exemples de lieux prestigieux et ostentatoires, liés au pouvoir.

13On a quelques difficultés à croire que ce bâtiment peut avoir été conçu en tant que cellier, d’autant que celui du monastère est probablement situé selon les dispositions habituelles dans l’aile ouest du cloître, à proximité des cuisines et du réfectoire. Le rez-de-chaussée voûté ne signale pas nécessairement un espace de stockage, en outre la présence de peintures, est inhabituelle pour un bâtiment destiné à entreposer des denrées. Il semble préférable d’y voir plutôt le logis des hôtes, l’hôtellerie, dont la position en marge de l’enclos monastique et à proximité du logis du prieur convient mieux.

14Si l’on admet que l’étage est l’espace d’accueil des hôtes, le rez-de-chaussée doit avoir lui aussi une fonction dans cette organisation. La présence de peintures dans la salle centrale en fait un espace privilégié : cette pièce pourrait être le réfectoire, d’autant que la salle sud, avec sa cheminée, peut correspondre à un espace de préparation des repas. La proximité des cuisines monastiques, situées immédiatement au SE va dans le même sens. Dans la salle centrale, les doubleaux ne descendent pas tous jusqu’au sol, peut-être parce qu’ils reposaient à l’origine sur une banquette périphérique, intégrée à la maçonnerie. Les travaux de restauration des années 1990 ont fait disparaître toute trace éventuelle et aucune observation n’a alors été faite. Quant à la salle nord, son profond remaniement avec sa partition orientale et la construction de l’escalier d’accès à l’étage limite la réflexion.

15Un sondage réalisé en 2014 dans le sol du jardin situé à l’emplacement de l’aile ouest du cloître a permis de confirmer l’hypothèse de positionnement du cellier à cet endroit. En élévation, la préservation des vestiges du plafond charpenté du cellier a été démontrée et il a été possible de comparer cette construction avec le bâtiment des hôtelleries de Saint-Hugues à Cluny (71). Par ailleurs, nous avons pu montrer que le mur-écran du xviiie s. ne faisait qu’englober l’élévation romane préservée, de ce côté, sur presque toute sa hauteur.

16L’étude de l’église Sainte-Croix a consisté principalement en relevés et observations sur les élévations (certaines parties étant toujours privées, il a été difficile d’y accéder en toute liberté). Par contre, les sondages ouverts au sol ont été déterminants, non seulement pour une meilleure compréhension de l’église Notre-Dame, mais surtout pour la connaissance des occupations antérieures à la fondation du milieu du xie s. En effet, la découverte d’une église antérieure relance considérablement le dossier des origines du site. Cette découverte a incité à reprendre les données concernant l’église Saint-Laurent (fouillée dans les années 1970 par Serge Renimel, puis par Chantal Arnaud dans les années 1990) et à proposer une nouvelle vision de La Charité à la fin du haut Moyen Âge et au début du Moyen Âge. Nous avons également reconsidéré les conditions de la fondation du prieuré, sans minimiser le rôle de Cluny et la mise en place d’un plan préétabli.

17La nouvelle mise en état et le nouveau phasage, proposés à la fois à partir des données archéologiques, archéométriques et en développant l’analyse raisonnée de manière régressive, suggèrent une connaissance renouvelée du site, dont les grandes étapes chronologiques étaient figées depuis au moins trente ans.

18La démarche systématique a également été payante pour ce qui concerne l’église Notre-Dame en apportant de nouvelles données sur la construction, le chantier et ses étapes, l’aménagement et l’organisation de l’espace liturgique, ainsi que sur le plan de l’édifice dans le projet roman. La reconnaissance de la position de la façade de l’église du xie s. reste un acquis décisif. De même, le vieux débat sur la présence ou non d’une avant-nef semble définitivement tranché ; il n’y a manifestement pas d’avant-nef à La Charité, selon un modèle clunisien, mais une partition des espaces liturgiques est proposée avec des emmarchements plus ou moins marqués.

19L’étude des élévations a également permis de mieux saisir le déroulement du chantier de construction de la nef et de mettre en évidence des étapes et des repentirs ignorés jusqu’à présent, comme le changement du système de voûtement des vaisseaux latéraux. On passe des voûtes en berceau à des voûtes d’arêtes et ce changement de parti s’accompagne de modifications dans l’économie du chantier avec un changement d’approvisionnement en matériaux pierreux.

20À l’issue de ces campagnes et pour prolonger la recherche, nous souhaitons procéder, en 2015, à des prospections géophysiques sur l’église Notre-Dame et sur l’église Saint-Laurent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Henrion, « Charité-sur-Loire (La) (Nièvre). Ancien prieuré Notre-Dame  », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 210-211.

Référence électronique

Fabrice Henrion, « Charité-sur-Loire (La) (Nièvre). Ancien prieuré Notre-Dame  » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7940

Haut de page

Auteur

Fabrice Henrion

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Fabrice Henrion

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals