Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Colmar (Haut-Rhin). Place de la cathédrale

Responsable d’opération : Jacky Koch
p. 212

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0136038

Texte intégral

1Les sondages archéologiques autour de la collégiale Saint-Martin ont touché un espace du centre de la ville de Colmar au Moyen Âge. L’église, dont les origines remontent au xie s., a été bâtie sur le rebord méridional d’un îlot lœssique. La campagne de sondages a mis en évidence des fosses et des niveaux rubéfiés attribués aux xie-xiie s., au sud du sanctuaire. Le remplissage d’une fosse a livré des macro-restes végétaux dont les variétés (orge, avoine, blé, lentilles, pois…) attestent une nourriture riche et diversifiée. Mis en évidence de manière très anecdotique, car les surfaces sondées sont limitées et ne permettent pas de proposer des interprétations très élaborées, le contexte chronologique de ces vestiges permet de se projeter dans une période où l’église n’occupe qu’un espace restreint.

2Avec le développement urbain, le sanctuaire a été agrandi et un cimetière installé à sa périphérie. Les sépultures se répartissent tout autour, sous les chaussées et places actuelles, sur une surface de près d’un demi-hectare. La séparation due à la présence du canal a obligé les autorités paroissiales à occuper les deux rives du cours d’eau. Les sépultures mises au jour sont toutes individuelles et s’alignent sur un même axe NO/SE, avec la tête des défunts au NO. Les fosses sépulcrales sont généralement étroites et adaptées à la morphologie du sujet inhumé.

3Les différents chantiers d’agrandissement de l’église ont été matérialisés par la découverte de niveaux de travail du côté nord du sanctuaire. Ces niveaux illustrent, dans les faits, la croissance de la ville à partir du xiiie s. sous l’impulsion de l’empereur Frédéric II de Hohenstaufen. Mais beaucoup de questions restent en suspens, à commencer par la topographie du cimetière fortifié créé en 1212 dont aucun élément n’a été observé lors des sondages. C’est dans le contexte de l’hygiénisme au début du xixe s. que le cimetière est définitivement évacué pour être remplacé par la place que nous connaissons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacky Koch, « Colmar (Haut-Rhin). Place de la cathédrale », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 212.

Référence électronique

Jacky Koch, « Colmar (Haut-Rhin). Place de la cathédrale » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 16 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7944

Haut de page

Auteur

Jacky Koch

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jacky Koch

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals