Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Foussais-Payré (Vendée). Église Saint-Hilaire

Responsable d’opération : Jean-Nöel Griffisch
p. 213-214

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0142288

Texte intégral

1L’église Saint-Hilaire de Foussais, connue pour sa très belle façade romane, fut concédée en 987 par Emma, épouse du duc d’Aquitaine Guillaume II Fierebrace, à l’abbaye Saint-Nicolas-de-Bourgueil qui y fonda un prieuré. Reconstruite presque intégralement à l’époque gothique avec l’ajout d’un collatéral sud, l’église fut ruinée durant les guerres de Religion.

2L’église a fait l’objet depuis mars 2013 d’une campagne de restauration complète incluant la réfection du sol dans cinq des six travées (la sixième travée incluant les sanctuaires hors zone d’intervention). Dans le cadre d’une convention-cadre passée avec le Service régional d’archéologie, un suivi archéologique du décapage (488 m²) a été réalisé.

3Les vestiges mis au jour sont essentiellement des sépultures en fosse, dépassant la centaine (dont une quinzaine de tombes d’immatures), pour la grande majorité attribuables à la période moderne. Ces inhumations sont réparties dans tout l’espace intérieur de l’église, avec une concentration plus forte vers le centre. Trois ou quatre sépultures médiévales en coffre de pierre (dont une bien conservée) ainsi que trois sarcophages en calcaire (dont une cuve très altérée) ont été mises en évidence dans le collatéral sud. À signaler, au centre de la travée 5 de la nef principale, une fosse atypique trapézoïdale à cuve céphalique orientée tête à l’est (tombe de prieur ?).

4Ces sépultures, non fouillées, mais seulement circonscrites, recoupent des niveaux de sols médiévaux en terre battue, présents essentiellement dans la nef principale (travées 1 à 4), qui comportent de nombreuses zones rubéfiées, traces d’un incendie antérieur à la dernière reconstruction (fin xve-début xvie s.). De rares éléments dispersés de dallage ont pu être rattachés à la période romane, mais surtout à la période gothique finale, en particulier sous l’emmarchement menant au sanctuaire sud. Enfin, des trous de poteau épars semblent correspondre aux implantations d’échafaudages liés à la reconstruction tardo-médiévale, et un probable four à cloche appartenant à la même phase a été dégagé au centre de la seconde travée.

5Quelques éléments fugaces de constructions antérieures ont pu être mis en évidence. Ainsi un mur, jouxtant au sud l’enfilade des piliers axiaux séparant les deux vaisseaux, pourrait constituer le mur gouttereau sud de la nef romane, dont les dimensions peuvent ainsi être estimées à 26 m x 9/9,6 m. L’absence de fondation de collatéraux, en contradiction avec la division tripartite de la façade romane, semble rattacher l’édifice aux églises à nef unique et façade-écran de type saintongeais (à l’instar de l’ornementation sculptée de la façade ouest). Les vestiges très altérés d’un premier chœur ont été dégagés en limite des travées 5 et 6 : ils se composent d’un reste de dallage en calcaire (brûlé en surface), de la fondation d’un probable emmarchement à l’ouest et d’un tronçon de mur curviligne (abside ?) au SE, le tout reposant sur un soubassement maçonné (radier ?). Ces vestiges semblent antérieurs à une reconstruction romane tardive du chœur dont subsistent encore trois piliers à chapiteaux historiés et contrefort adjacent (gouttereau nord et chevet).

6L’analyse architecturale a permis d’affiner les différentes périodes de construction du monument à l’époque gothique et de mettre en évidence des phases inédites : construction au xive s. des travées 5 et 6 du collatéral sud (datation confortée par la découverte d’une fresque), reconstruction du chœur de la nef nord dans la première moitié du xve s., achèvement de la reconstruction du chevet nord et des deux nefs sur les quatre premières travées au tournant des xve et xvie s.

Foussais-Payré, église Saint-Hilaire.

Foussais-Payré, église Saint-Hilaire.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Foussais-Payré, église Saint-Hilaire.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7946/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Nöel Griffisch, « Foussais-Payré (Vendée). Église Saint-Hilaire », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 213-214.

Référence électronique

Jean-Nöel Griffisch, « Foussais-Payré (Vendée). Église Saint-Hilaire » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7946

Haut de page

Auteur

Jean-Nöel Griffisch

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Nöel Griffisch

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals