Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Joux-la-Ville (Yonne). Oudun

Responsable d’opération : Sylvain Aumard
p. 216-217

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1Mentionné dès 1119 comme bien de l’abbaye cistercienne de Reigny, le hameau d’Oudun conserve un bâtiment du milieu ou de la seconde moitié du xiie s. qualifié de grange. Nos premières reconnaissances, menées en 2011 et 2012 en préalable à des travaux de restauration, ont conduit à préférer l’hypothèse d’un logis destiné aux convers œuvrant au sein de l’établissement, qualifié de grangia en 1164. Malgré des recherches cantonnées aux abords de l’édifice, les fonctions de réfectoire au rez-de-chaussée et de dortoir à l’étage paraissent de plus en plus avérées à la lecture archéologique du bâtiment.

2La campagne de 2013 a été consacrée à l’analyse du pignon nord au niveau du rez-de-chaussée. Elle a montré l’homogénéité de cette construction malgré les désordres et les reprises. Elle a également permis l’identification d’une petite baie comme un passe-plat, confirmant ainsi l’usage de la salle basse du xiie s. comme réfectoire. Côté nord, le sondage au pied du pignon a révélé une construction antérieure au bâtiment médiéval et un mur moderne, pouvant pérenniser l’escalier d’une phase plus ancienne. Cette dernière caractériserait un corps de bâtiment perpendiculaire au logis, muni d’un étage sur plancher et d’une cheminée. Ces dispositions pourraient refléter fidèlement l’état initial dont l’emprise serait supérieure au pignon nord. Il aurait abrité entre autres des espaces dédiés au service et à la desserte des différents niveaux. Les sols, riches en cendre, témoigneraient de la proximité des cuisines.

3Par ailleurs, une tranchée traversant la cour centrale a livré de nouveaux indices sur la chapelle mise en évidence en 2012. Son chevet plat a été retrouvé avec un sol et un autel, montrant deux états successifs, sans doute de la fin du Moyen Âge et de l’Ancien Régime. D’une mise en œuvre différente, les parties occidentales au contact du logis correspondraient en réalité à une sorte de vestibule articulant la chapelle, le bâtiment nord et le logis. L’absence de baie éclairant le dortoir à cet endroit précis témoignerait de l’existence de l’oratoire dès le xiie s.

4D’autres indices dans le sol et les élévations laissent également présumer qu’un autre bâtiment se développait à partir de l’angle SO du réfectoire au cours de la seconde moitié du xiie s. et qu’il s’est maintenu jusqu’au xixe s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Aumard, « Joux-la-Ville (Yonne). Oudun », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 216-217.

Référence électronique

Sylvain Aumard, « Joux-la-Ville (Yonne). Oudun » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7953

Haut de page

Auteur

Sylvain Aumard

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sylvain Aumard

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals