Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Laives (Saône-et-Loire). Église Saint-Martin-du-Haut

Responsable d’opération : Benjamin Saint-Jean Vitus
p. 217

Entrées d’index

Année de l'opération:

2014
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0134787

Texte intégral

1Mentionnée pour la première fois en 894 sous le nom de « Saint-Martin sur le Mont », dans une charte du roi Eudes confirmant sa donation en précaire par l’évêque de Nevers à un certain Roccon, l’église, aujourd’hui isolée sur une colline qui domine la plaine de Saône au-dessus du village de Laives, à une vingtaine de kilomètres au sud de Chalon, aurait été entourée au ixe s. d’un établissement désigné comme « villa montis ». Ce n’est qu’en 1142 que le « Mont-Saint-Martin » serait cité explicitement comme possession de l’abbaye bénédictine de Saint-Pierre de Chalon. Un moine au moins la dessert. En 1244 est mentionné un bâtiment prioral, la « grangia priori s. Martini ». Seule subsiste aujourd’hui sur ce site une église romane (unique paroissiale du village en contrebas jusqu’en 1833). Classé Monument historique, cet édifice a fait l’objet de prélèvements dendrochronologiques à l’occasion de travaux dans les années 1990 : sa datation, dans la première moitié du xie s., en fait un des plus anciens conservés en élévation dans la région.

2Le diagnostic effectué en 2014 sur le pourtour de la nef a été suscité par un projet d’assainissement ; il était envisagé également de réouvrir une porte d’époque moderne, ménagée dans sa façade sud. Trois sondages ont été pratiqués, au pied de chacun des murs extérieurs sud, ouest et nord. Les trois se sont révélés positifs : partout des niveaux archéologiques médiévaux et modernes en place ont été atteints, à faible profondeur. Diaclasée et très irrégulière, la surface du rocher sous-jacent n’a été reconnue qu’au sud, pointant par place à −1 m de profondeur. De tous côtés, les couches identifiées étaient en relation stratigraphique avec la base des élévations de la nef du début du xie s. Des portions significatives de ses parements ont pu être observées en détail : des relevés pierre à pierre partiels, susceptibles de servir de références bien datées pour caractériser la mise en œuvre des maçonneries, ont été réalisés.

3Au sud, la porte moderne – bouchée – donnait initialement sur l’intérieur d’un bâtiment du xviiie s., appuyé contre une chapelle du xvie s. en débord. L’arase de son mur oriental a été retrouvée sous la pelouse actuelle, ainsi que les témoins de son dallage intérieur, desservi par la porte en question, et du sol extérieur correspondant. Cet horizon scellait un ensemble de sols de circulation médiévaux – empierré dans un cas – et de sépultures ; le tout se superposait à l’arase de la fondation d’un mur plus ancien que l’église actuelle, révélant la présence d’un bâtiment du haut Moyen Âge. À l’ouest a été mise au jour, sous la pelouse actuelle, l’arase du mur d’un porche ayant précédé l’entrée de l’église jusqu’au xixe s. Ce mur de construction récente est associé à une surface de travaux postérieure à la mise en place de contreforts ajoutés au xviiie s., recouvrant un horizon de terre de cimetière brassé. Mais il succède, avec les contreforts, à l’arase d’un mur bien plus épais, susceptible d’avoir fermé un premier porche plus vaste, qui pourrait être médiéval. Au nord, ont été dégagés des niveaux de circulation extérieurs d’époques moderne et médiévale, venant lécher les ressauts de fondation de l’église du xie s., et recouvrant un important horizon de sépultures en place, révélateur de l’emplacement du cimetière médiéval. À ces témoins s’ajoute la découverte des fragments de trois statues, très probablement enfouies à la Révolution. Deux sont en pierre et remontent probablement au xve s.  : leur qualité d’exécution est notable. La troisième, en miettes, est en terre-cuite : elle est datée, par inscription gravée, de 1782.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benjamin Saint-Jean Vitus, « Laives (Saône-et-Loire). Église Saint-Martin-du-Haut »Archéologie médiévale, 45 | 2015, 217.

Référence électronique

Benjamin Saint-Jean Vitus, « Laives (Saône-et-Loire). Église Saint-Martin-du-Haut » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 04 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7954

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals