Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Limoges (Haute-Vienne). Place de la République, rue Saint-Martial, place Fournier

Responsable d’opération : Xavier Lhermite
p. 217-218

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1Les clercs, gardiens du tombeau de saint Martial, premier évêque de Limoges mort au ive s., ont fondé une abbaye en 848 avec l’appui de Charles le Chauve. Une église abbatiale dédiée au Sauveur est alors construite. Elle est entièrement rebâtie dans le courant du xie s. selon un pari architectural ambitieux. Vendue comme bien national à la Révolution, elle est détruite pour servir de carrière de pierre.

2Depuis 2006, une équipe d’Éveha a lancé, avec le soutien de la DRAC et de la Ville de Limoges, un projet de recherche sur les vestiges de l’abbaye Saint-Martial – ensemble funéraire primitif et bâtiments conventuels – fouillés dans les années 1960 et conservés dans une crypte archéologique. Une surveillance accrue des abords du site, lors de suivis de travaux en 2010 et 2012, a déjà permis plusieurs découvertes intéressantes, concernant notamment l’abbatiale du Sauveur. Néanmoins, les fenêtres ouvertes alors étaient trop petites et les opérations réalisées dans l’urgence n’offraient que peu de réponses à nos interrogations. Un projet d’investigation archéologique destiné à connaître le niveau d’apparition des vestiges de l’abbaye et leur état de conservation a été envisagé. Six sondages ont été prévus, mais seuls cinq ont pu être réalisés.

3Le sondage situé à l’ouest de la rue Saint-Martial qui visait à repérer les parties orientales de la nef de l’église du Sauveur s’est avéré négatif. Sa petite surface et la faible profondeur à laquelle il a été possible de descendre expliquent certainement cet état de fait. Les vestiges médiévaux sont peut-être conservés à une profondeur plus importante. Un sondage réalisé au milieu de la rue Saint-Martial a révélé des tombes appartenant à la nécropole du haut Moyen Âge, mais aussi de nombreuses maçonneries d’époque pré-romane et romane (fig.). Parmi ces murs, certains pourraient être rattachés à l’église carolingienne du Sauveur. D’autres semblent appartenir aux fondations de l’église abbatiale romane. Cependant, les différents murs et fondations de piliers qui peuvent être rattachés à la période romane témoignent de plusieurs états de construction.

4Les parties orientales de l’église romane ont été découvertes dans deux sondages. Dans l’un, situé au-devant de l’entrée de la crypte archéologique, la chapelle du bras nord du transept, le mur oriental du transept, le mur du déambulatoire et la première chapelle rayonnante nord ont été repérés. Dans l’autre, situé dans l’angle NO de la place Fournier, ont été mis au jour, outre une partie du mur du déambulatoire, le mur de la chapelle d’axe et des vestiges du mur de la chapelle disposée immédiatement au sud de celle-ci. Les vestiges ainsi découverts sont en cohérence avec les plans du xviiie s. de l’abbatiale. Situés sous le niveau de sol de l’abbatiale romane, les murs présentaient des parements très soignés et même des trous de boulin sur le parement intérieur du déambulatoire suggérant qu’il s’agit là d’élévations qui pourraient évoquer la présence d’une crypte sous le chevet de l’édifice. Des vestiges d’un contrefort établi contre le chevet en 1479 et d’un fragment de maçonnerie de la chapelle des Bastides élevée entre 1539 et 1541 ont été également mis au jour.

5Le dernier sondage, situé à l’est de l’abbatiale, dans la partie NE de la place Fournier, a révélé des vestiges de deux murs accolés correspondant sans doute à la clôture abbatiale qui se confondait jusqu’au xiiie s. à cet emplacement avec les murailles de la ville. Contre ces murs, à l’ouest, d’importants remblais du Moyen Âge témoignent de l’aménagement de la place Dessous-les-arbres. Le long de l’enceinte, à l’extérieur, prenait place, sans doute depuis le xiiie s., une venelle mise au jour lors des fouilles. Elle fut abandonnée à l’époque moderne. Différents bâtiments furent alors construits aux xviiie et xixe s. 

Limoges, orthophotographie du sondage B montrant des maçonneries du haut Moyen Âge et des fondations d’époque romane.

Limoges, orthophotographie du sondage B montrant des maçonneries du haut Moyen Âge et des fondations d’époque romane.

Photogrammétrie N. Saulière

Haut de page

Table des illustrations

Titre Limoges, orthophotographie du sondage B montrant des maçonneries du haut Moyen Âge et des fondations d’époque romane.
Crédits Photogrammétrie N. Saulière
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7956/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Lhermite, « Limoges (Haute-Vienne). Place de la République, rue Saint-Martial, place Fournier », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 217-218.

Référence électronique

Xavier Lhermite, « Limoges (Haute-Vienne). Place de la République, rue Saint-Martial, place Fournier » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7956

Haut de page

Auteur

Xavier Lhermite

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Xavier Lhermite

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals