Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45Chronique des fouilles médiévales...II. - Constructions et habitats e...II 1. – Opérations de terrainSaint-Amand-de-Coly (Dordogne). E...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Saint-Amand-de-Coly (Dordogne). Enclos abbatial

Responsable d’opération : Pierre-Marie Blanc
p. 222

Texte intégral

1Une prospection géophysique à l’intérieur de l’enclos monastique de l’abbaye de Saint-Amand-de-Coly a été réalisée préalablement à une opération archéologique programmée.

2Dans l’angle SE de l’enclos, une zone herbeuse d’une emprise de 39 m x 8 m a pu être prospectée en mesurant la résistivité apparente du sol. Le protocole de mesure a permis de réaliser une investigation à trois profondeurs différentes. Les résultats présentés ici ne concernent que la première carte, à environ un mètre sous la surface. L’observation de la carte de répartition des valeurs montre un certain nombre « d’anomalies » de la résistivité apparente du sol. En premier lieu, on note deux petits pics de faible valeur autour des mesures à 5 et 10 m, ce qui correspond très précisément, sur le terrain, aux deux moignons de murs de la « tour éventrée ». La zone de forte valeur pourrait alors indiquer son extension vers l’intérieur, sans doute proche de 2,20 m, comme à l’est. Le prolongement informe de cette zone vers le sud témoigne peut-être de l’effondrement de la paroi ouest de la tour, soufflée par une puissante explosion ou un incendie, bien visible par les traces rubéfiées sur les blocs de parement. Un peu plus au nord, une anomalie régulière, quadrangulaire de 10 à 12 m N-S et de 3,5 à 4 m E-O, pourrait correspondre à une construction en appentis  : écurie ou bâtiment d’habitation.

3Un dernier point, situé au SO, révèle peut-être un mur de direction E-O lié à la construction de l’une des maisons canoniales que l’on se propose de rattacher au four à pain installé tardivement dans l’épaisseur de la muraille. Ces éléments pourraient correspondre à la maison du « défunt chanoine Roussel » dont on sait, par un inventaire de travaux daté de 1751, qu’il a habité une maison avec écurie sise à l’intérieur de l’enclos monastique.

4Ces hypothèses, liées à une étude préliminaire de la cartographie provisoire, sont sujettes à caution. Mais ce sont d’importants jalons pour la définition d’un futur programme archéologique visant à reconnaître la topographie de l’enclos monastique, en tentant d’identifier et caractériser son ultime état d’occupation, au milieu du xviiie s., par les derniers chanoines de l’une des plus étonnantes abbayes du Périgord.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Marie Blanc, « Saint-Amand-de-Coly (Dordogne). Enclos abbatial »Archéologie médiévale, 45 | 2015, 222.

Référence électronique

Pierre-Marie Blanc, « Saint-Amand-de-Coly (Dordogne). Enclos abbatial » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 01 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7971 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.7971

Haut de page

Responsable d’opération

Pierre-Marie Blanc

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search