Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45Chronique des fouilles médiévales...II. - Constructions et habitats e...II 1. – Opérations de terrainSaint-Maximin-la-Sainte-Baume (Va...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Saint-Maximin-la-Sainte-Baume (Var). Le jardin de l’Enclos

Responsable d’opération : Patrick Digelmann
p. 223

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0136971

Texte intégral

1Le jardin de l’Enclos à Saint-Maximin, autrefois attenant au couvent des dominicains, est aujourd’hui un espace public inscrit dans plusieurs périmètres de protection. Il est actuellement séparé de la basilique et du couvent des dominicains par une rue placée sur les anciennes lices des remparts, en périphérie immédiate de la ville médiévale. Le lancement d’un projet de Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine (CIAP) dans le quartier SO du jardin a motivé un diagnostic archéologique sur 1 500  m² de terrain, suivi d’une enquête documentaire. À l’intérieur de ce périmètre (Le Clos, parcelle 449), les secteurs 1 et 2 correspondent aux deux hypothèses d’implantation du futur CIAP.

2Dans le secteur 1, les sondages ont établi que de profonds remblais récents (xixe s. au plus tôt) ont comblé un creusement en deçà du substrat, à l’emplacement de deux grands réservoirs détruits après la Révolution, ainsi qu’ils sont figurés sur le plan d’un devis de réparation du xviiie s. Immédiatement sous la surface, la découverte d’un canal d’irrigation et d’un large mur étanche évoque des aménagements hydrauliques postérieurs à la mise en service d’un aqueduc au début du xviie s. Dans le secteur 2, les sondages n’ont rien livré d’autre que des terres de labours. Des indices tels qu’un radier de pierres vaguement alignées et de multiples fosses datables de l’époque moderne soulignent une activité agricole longue et intense.

3L’étude documentaire a permis d’identifier à postériori les vestiges découverts dans le secteur 1 et de retracer dans les grandes lignes l’histoire du jardin de l’Enclos depuis sa création. Sont aussi abordées les questions de l’accès du couvent au jardin par une galerie souterraine toujours existante (un segment de voûte semble médiéval), ainsi que celle de la gestion des eaux d’arrosage (puits à roue du xive s., réservoirs, canaux d’irrigation, possible système de pompe éolienne).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Digelmann, « Saint-Maximin-la-Sainte-Baume (Var). Le jardin de l’Enclos »Archéologie médiévale, 45 | 2015, 223.

Référence électronique

Patrick Digelmann, « Saint-Maximin-la-Sainte-Baume (Var). Le jardin de l’Enclos » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 24 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7978 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.7978

Haut de page

Auteur

Patrick Digelmann

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Patrick Digelmann

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search