Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Saint-Mitre-les-Remparts (Bouches-du-Rhône). Saint-Blaise

Responsable d’opération : Marie Valenciano
p. 223

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1À la suite de la fouille probatoire réalisée en 2013, un programme triennal a été débuté sur nord du plateau de Castillon, au sein de la zone autrefois occupée par le castrum de Castelveyre. L’étude du cimetière associé aux trois églises successives a d’abord été abordée. Le phasage de l’occupation du secteur ecclésial, bien qu’encore provisoire, a été profondément remanié.

2Depuis la campagne de 2013, seule l’abside de l’édifice a été reconnue confirmant ainsi les parallèles architecturaux effectués avec l’« église A » de l’agglomération d’Ugium. Il est probable que le chœur a été doté d’un pavement en béton de tuileau tandis que la nef était dallée.

3Les résultats récents les plus significatifs reposent sur l’étude du cimetière. Il semblerait que les premières sépultures (dont une a été datée au radiocarbone de la fin du ixe-début du xe s.), à priori composées d’un coffrage de dalles trapézoïdal, s’installent autour d’une première petite église dont seule la partie sud a été conservée. Un mur et un sol sont bâtis au chevet de ce premier bâtiment à la fin du xe s. et au cours du siècle suivant, le cimetière se développe en lien avec la réfection partielle de l’église : il s’agit désormais d’un bâtiment à une nef, sans doute voûtée, à deux travées. Les tombes, en pleine terre ou présentant un coffrage naviforme, sont signalées grâce à un bloc de petites dimensions posé de chant à l’ouest des fosses. Au cours du xiie s., la petite église est abandonnée au profit d’un édifice roman plus imposant dont l’entrée est matérialisée par un parvis empierré. Les quelques sépultures repérées se concentrent désormais autour de ce nouvel édifice de culte symbolisant une reprise de l’occupation du site sous le nom de Castelveyre. Enfin, la dernière phase d’occupation du cimetière a été située dans une fourchette chronologique large (xiiie-xive s.) faute, pour l’instant, de datations absolues. Cela pourrait correspondre à une phase de réfection de l’église Notre-Dame-de-Castelveyre au cours de laquelle des contreforts, perturbant les tombes présentes contre les murs gouttereaux, sont installés. Le parvis empierré est partiellement démonté sans doute afin de créer un secteur destiné à l’inhumation des individus immatures, à l’ouest de l’église romane. Entre les xive et xviie s., seuls quelques niveaux de remblais et murs de restanques nous permettent d’attester une fréquentation du site.

4La fouille de 25 structures funéraires a permis une première approche anthropologique : il s’agit de 19 inhumations primaires individuelles et six structures renfermant des ossements en position secondaire, de type réduction. Les premiers résultats permettent d’esquisser les pratiques funéraires et l’organisation générale du cimetière. Les contenants observés lors de cette première campagne de fouille sont relativement homogènes. Deux grands types seulement sont présents : le coffrage de dalles et le coffrage de bois. Si les coffrages de bois semblent quadrangulaires, les coffrages de dalles, qui peuvent être maçonnés, sont plus variés. Ils peuvent être rectangulaires, trapézoïdaux, ovales et même en losange. On note que la nature, la technique de construction et la forme du coffrage ne sont pas corrélées à l’âge au décès ou au sexe du sujet. En l’état actuel des données, il n’existe pas de répartition spatiale particulière des sujets adultes en fonction de critères spécifiques, qu’ils soient biologiques (sexe ou âge au décès), typologiques (mode d’inhumation) ou sociaux. Enfin, la présence de réductions (six pour 19 sépultures) montre une gestion raisonnée de l’espace d’inhumation dans le temps. Il ne semble pas que les sépultures connues aient recoupé des tombes aménagées plus anciennement, à l’exception de trois cas. Deux d’entre elles contiennent des réductions ; nous orientons donc notre interprétation temporaire vers une réouverture et une réutilisation générale des fosses et coffrages antérieurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Valenciano, « Saint-Mitre-les-Remparts (Bouches-du-Rhône). Saint-Blaise », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 223.

Référence électronique

Marie Valenciano, « Saint-Mitre-les-Remparts (Bouches-du-Rhône). Saint-Blaise » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7979

Haut de page

Auteur

Marie Valenciano

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marie Valenciano

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals