Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Saint-Priest (Rhône). 1, place Louis Favard

Responsable d’opération : Emma Bouvard
p. 223-224

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1L’opération concerne la nef de l’église Saint-Priest, paroissiale de la commune éponyme, et ses deux collatéraux. Elle a été suscitée par la dépose des dalles lithiques d’origine (xixe s.) pour une réfection du sol en béton ciré. L’impact des travaux sur le sous-sol ayant été sous-estimé, l’intervention archéologique n’est intervenue qu’après l’alerte auprès du SRA, après la mise au jour de murs et d’ossements humains. L’opération de sauvetage, conditionnée par la profondeur maximale des travaux, soit en moyenne 0,20 m, a consisté à nettoyer la surface des vestiges dans chacune des travées concernées, à en faire un levé topographique, à caractériser l’occupation funéraire et éventuellement à dater les structures bâties et sépulcrales.

2Cette investigation, courte et spatialement limitée, a mis en évidence 24 sépultures individuelles à inhumation, repérées grâce aux bois de cercueil conservés, deux réductions, 17 murs ou maçonneries dont un caveau funéraire et trois tranchées de récupération, près de six sols ou niveaux de fréquentation, un trou de poteau, et des remblais omniprésents de nature cimétériale, comportant de nombreux éléments de construction à l’état détritique, des restes de cercueil (bois et clous) et d’architecture funéraire, et des pièces osseuses humaines. Ces vestiges s’échelonnent sur près de 600 ans, depuis le xiiis. jusqu’en 1833, date à laquelle la première pierre de l’église actuelle a été posée.

3Ces découvertes peuvent être mises en relation avec celles réalisées au château de Saint-Priest, à 80 m au sud de l’église, il y a 20 ans, et avec les mentions historiques conservées. En effet, une église bâtie autour de l’an Mil ou peu après occupait l’emplacement de la future place forte. Elle semble avoir été installée après la mise en place d’un espace d’ensevelissement. La fréquentation cesse au xive s., quand les seigneurs de Saint-Priest prennent possession des lieux pour y bâtir leur château. Le transfert de l’église ancienne est à examiner. à cette recherche du sanctuaire paroissial s’ajoutent les interrogations concernant les dépendances de Saint-Martin-d’Ainay et de Saint-Pierre-les-Nonnains. Ces deux puissantes abbayes lyonnaises étaient en effet possessionnées en Velin et on peut légitimement envisager qu’elles complétaient toutes deux le paysage ecclésial san-priot par des ensembles claustraux ou de simples chapelles. L’existence de deux prieurés est attestée dans la documentation textuelle.

4Les limons glaciaires, apparemment arasés et nivelés, servent de socle à l’édifice. Sa fréquentation est assurée au xiiie-xive s., quand sépultures et église s’implantent. L’église présente actuellement un chevet ancien pentagonal, de style gothique et de facture médiévale – xive-début xvie s. (?) –, en témoignent les baies ogivales et leurs remplages sculptés. D’après la chronologie relative, un mur E-O peut appartenir à cette phase « primitive », si l’on admet l’érection originelle de l’édifice de culte à la fin du Moyen Âge. On y rattache aussi quatre piliers quadrangulaires situés dans l’angle NE de l’édifice initial. Leur chronologie comme leur fonction restent hypothétiques. La période qui suit est marquée par l’installation de chapelles latérales au nord et au sud (au moins trois), agrandissant l’espace funéraire disponible entre le xvie et le début du xviiie s. d’après le mobilier céramique et les monnaies mises au jour en relation avec les sépultures. L’Ancien Régime est marqué par l’agrandissement de la nef vers l’ouest, concomitant à la construction d’une chapelle sur l’angle NO de l’édifice. Enfin, en 1821, le sieur Guignard est inhumé dans un caveau sis « dans la cour de l’église » (espace ouvert adjacent à l’église). Quelques années plus tard, le caveau gênant les habitants, la dépouille est transférée au cimetière de Loyasse à Lyon. Par la suite, en 1823, les paroissiens font agrandir la nef de l’église de 4 m à l’ouest, empiétant donc sur l’espace extérieur. Ces deux événements successifs semblent liés : le caveau fraîchement construit à l’extérieur de l’église, (à l’ouest ?), gêne l’extension de celle-ci et finit par être englobé dans la nouvelle emprise ecclésiale. Dix ans plus tard, l’église actuelle est construite, englobant la précédente.

5Les sépultures peuvent être rattachées à chacune des phases de construction ou d’aménagement ; beaucoup des inhumations primaires individuelles repérées à une profondeur très proche du niveau de circulation actuel pourraient appartenir à cette période tardive (1820). La conservation étonnante des bois de cercueil plaide en faveur de cette datation tardive.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emma Bouvard, « Saint-Priest (Rhône). 1, place Louis Favard », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 223-224.

Référence électronique

Emma Bouvard, « Saint-Priest (Rhône). 1, place Louis Favard » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7980

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals