Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Saint-Sylvestre (Haute-Vienne). Abbaye chef d’ordre de Grandmont

Responsable d’opération : Philippe Racinet
p. 224-225

Entrées d’index

Année de l'opération:

2014
Haut de page

Texte intégral

1L’archéologie du bâti porte, depuis 2013, sur les murs de terrasse qui bordent, au sud et à l’est, la plateforme sur laquelle est implantée l’abbaye. L’étude du saillant de la partie nord de la terrasse orientale montre un ensemble cohérent, construit avec un fruit important rythmé par des ressauts, qui vient s’appuyer sur la terrasse proprement dite et épouse même son ventre. Il s’agit donc d’un imposant renfort établi à postériori, dans le prolongement de l’église. L’assise supérieure, en position verticale, constitue le début d’un parapet. Cette avancée, qui se présente comme un belvédère dominant la pièce d’eau, rappelle les terrasses associées aux jardins à la française de l’époque moderne.

2L’archéologie de terrain a concerné le secteur de l’église médiévale, recoupée par le bâtiment abbatial du xviiie s. Ce dernier est marqué par trois murs imposants, tant par leur largeur que par leur profondeur, et parallèles selon une orientation N-S. La fouille a donc permis de connaître l’emprise E-O du bâtiment et de savoir qu’il était flanqué, du côté ouest, soit par une galerie de cloître, soit par un avant-corps, détail important qui n’est pas signalé sur le cadastre napoléonien. Malheureusement pour les occupations sous-jacentes, cet édifice disposait d’un vaste cellier, qui a détruit tous les vestiges des murs gouttereaux de l’église médiévale et notamment la jonction entre ces derniers et le mur du chevet.

3L’étude du mobilier lapidaire, en cours, donne des renseignements sur l’ordonnance néoclassique des bâtiments monastiques construits au xviiie s. La qualité de ces constructions se marque par l’appareillage minutieux des fondations des trois murs, qui s’appuient directement sur le rocher stable et non sur le tuf. Les moines de cette époque, peu nombreux et peu argentés, n’ont pas lésiné sur les moyens pour édifier leur nouveau monastère. Y a-t-il un lien entre cette construction prestigieuse et la volonté de prouver que leur ordre était encore capable de mobiliser des capitaux pour moderniser leur cadre de vie ?

4Pour construire leur nouveau bâtiment, les moines du xviiie s. n’ont pas hésité à détruire leur ancienne église jusqu’aux fondations. C’est pourquoi il ne subsiste aucun sol, ni dans la nef, ni dans le chœur. Malgré cela, les vestiges épargnés sont suffisants pour comprendre l’évolution de l’église médiévale, mais aussi pour être confiant quant à l’intérêt des recherches futures.

5Au niveau de la nef, la mise au jour des deux murs gouttereaux a permis de connaître la largeur de l’édifice : environ 8 m, ce qui correspond à la mesure fournie par l’ingénieur Naurissart en 1732. Le mur gouttereau nord, conservé sur plusieurs assises, comporte des maçonneries qui témoignent de reprises. On note aussi le départ de plusieurs contreforts, certainement établis après coup et en plusieurs étapes. Si aucune assise ne subsiste du mur gouttereau sud, son emplacement est nettement identifié par une retaille du rocher, qui affleure plus haut qu’au nord, alors que nous sommes plus proches de la pointe du promontoire.

6Entre les deux murs gouttereaux, à l’emplacement de la nef, le sol construit a disparu, mais des vestiges de nivellement du rocher sont conservés sous la forme d’un remblai, dans lequel a été retrouvée une obole d’Angoulême (fin xe-milieu du xiiie s.). Sous cette couche de préparation de sol, une unique tombe, construite, contenait un squelette légèrement perturbé et érodé. Une pointe métallique de crosse a été découverte au niveau du pied gauche, une plaque métallique (émaillée ?) à côté de la hanche droite et une bague au niveau du bassin. Il s’agit des insignes d’une dignité abbatiale ou épiscopale. Dans la mesure où le secteur fouillé ne présente aucune autre inhumation, nous penchons pour une sépulture privilégiée. Les textes nous apprennent que deux prélats ont été enterrés dans l’église : l’évêque de Cahors (1209) et l’archevêque de Lyon (1257).

7Le chevet semi-circulaire de l’église médiévale a été fouillé dans sa partie interne. Plus de 4 m de fondations sont conservées car les constructeurs sont allés chercher le rocher, qui s’abaisse nettement dans cette direction (bord est du promontoire). Le chevet a donc été édifié en rebord de pente, ce qui signifie que l’espace compris entre ce chevet et le mur de terrasse orientale est entièrement comblé par des remblais. On imagine l’ampleur des terrassements nécessaires à l’implantation du monastère. Le vide créé par cette construction en bord de pente a été postérieurement stabilisé par un énorme massif de maçonnerie appareillée accolé du côté sud du chevet.

8Peut-on dater l’église médiévale ? On constate la présence de pierres sculptées en réemploi au niveau des arrachements des constructions médiévales. Dans certains cas, comme pour une section du mur gouttereau nord, ces réemplois pourraient avoir été placés par les constructeurs du xviiie s. dans le cadre d’une stabilisation des vestiges médiévaux laissés en place entre les murs de leur bâtiment. Toutefois, du côté du chevet, la découverte des pierres sculptées en réemploi sur l’assise d’arasement, qui n’avait pas besoin d’être stabilisée, suggère qu’ils appartiennent à l’œuvre du chevet. Il ne peut pas s’agir de ratés de taille, dans la mesure où au moins une pierre est peinte. Or, d’après plusieurs spécialistes, certaines de ces pierres dateraient des années 1200-1220. Cela impliquerait que le chevet actuel a été reconstruit tardivement (xive-xve s. ?), qu’un édifice important a été construit entre 1200 et 1220 et qu’au moins une église existait avant, puisque les frères arrivent à Grandmont en 1124.

9L’étude du mobilier lapidaire tend à confirmer l’existence d’un chantier très important dans le courant du xiiie s. Par ailleurs, elle montre que, dès avant la fin du xiie s., les parties conventuelles présentaient un décor foisonnant assez comparable à celui rencontré dans les abbayes d’ordres réputés moins austères.

10Cette abbaye puissante a généré un habitat multiforme, dont l’étude se précise, et a anthropisé un vaste territoire afin de gérer au mieux les ressources naturelles et humaines. La datation par radiocarbone d’une pièce de bois de la vanne principale de l’étang des Sauvages (1029-1183) montre la précocité de cette action, au moins dans le domaine hydraulique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Racinet, « Saint-Sylvestre (Haute-Vienne). Abbaye chef d’ordre de Grandmont »Archéologie médiévale, 45 | 2015, 224-225.

Référence électronique

Philippe Racinet, « Saint-Sylvestre (Haute-Vienne). Abbaye chef d’ordre de Grandmont » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 04 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7982

Haut de page

Auteur

Philippe Racinet

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Philippe Racinet

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals