Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Senez (Alpes-de-Haute-Provence). Place de l’Église

Responsable d’opération : Mathias Dupuis
p. 225-226

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1La commune de Senez, installée en bordure de la route Napoléon, se situe dans la haute vallée de l’Asse, à une trentaine de kilomètres au SE de Digne-les-Bains. L’actuel petit village de Senez est une ancienne ville épiscopale, siège d’un évêché attesté à partir du début du vie s. et qui a perduré jusqu’à la fusion des diocèses bas-alpins après la Révolution. La cathédrale romane, dont la construction est datée de la première moitié du xiiie s., atteste encore ce riche passé monumental. La localisation précise de l’agglomération antique, à l’origine de cette implantation épiscopale (ancienne capitale de la civitas Sanitiensum rattachée à la province des Alpes Maritimae), demeure cependant inconnue à ce jour faute d’investigations archéologiques suffisamment étendues.

2Le diagnostic conduit en 2014 fait suite à une première opération réalisée en 2012 et préalable à un projet de rénovation des places aux abords de la cathédrale. Ce premier diagnostic avait révélé, dans un sondage ouvert immédiatement au sud du mur gouttereau méridional de la cathédrale romane, les fondations d’un vaste bâtiment antérieur associé à une zone funéraire et interprété comme l’église cathédrale ayant précédé la construction du bâtiment de la fin de la période romane. La datation exacte de cet édifice n’a pu être précisée à ce jour, mais un terminus post quem est donné par une sépulture en coffrage de dalles datée par 14C entre 680 et 870 de notre ère et recouverte par l’un des murs. Cette inhumation atteste en outre la présence d’une aire funéraire antérieure à la construction de l’édifice.

3L’opération menée en 2014 avait pour objectif de compléter les informations recueillies en 2012. Trois nouveaux sondages ont été ouverts : deux implantés au sud du sondage de 2012, afin de vérifier l’extension du site dans cette direction, et un au-devant de la façade occidentale de la cathédrale, destiné notamment à délimiter l’emprise de l’édifice préroman. Les vestiges les plus anciens ont été mis au jour dans le sondage SO, où une sépulture sous bâtière de tegulae, installée dans un niveau alluvionnaire stérile, a été reconnue à une profondeur de plus de 3,50 m sous le niveau de sol actuel. Cette tombe a livré un individu en dépôt primaire accompagné des restes de sept individus déposés en deux temps. La présence de cette tombe, comme sa position stratigraphique, confirment l’existence d’une zone d’inhumation ancienne, qui pourrait remonter aux premiers temps de l’évêché d’après la typologie du contenant funéraire.

4Un ensemble de bâtiments, mis au jour dans les deux sondages sud, est aménagé ensuite. Seuls des tronçons de murs ont été reconnus qui ne permettent pas de restituer le plan précis des édifices auxquels ils appartenaient ; on note toutefois une chronologie relative complexe, dans laquelle plusieurs phases successives de transformation et de réaménagement des structures bâties peuvent être distinguées. On remarque que le bâtiment reconnu dans le sondage SE est recoupé, après son abandon et son arasement, par six sépultures qui correspondent à une nouvelle phase d’extension de l’espace funéraire (fig.). La typologie des contenants invite à rapprocher ces sépultures de celles, contemporaines ou antérieures à la cathédrale préromane, qui avaient été découvertes au sud de la cathédrale lors du diagnostic de 2012. Les maçonneries identifiées en 2014 pourraient donc appartenir à des bâtiments du groupe épiscopal du haut Moyen Âge se développant au sud de la cathédrale et sur les vestiges desquels se serait installée une zone funéraire médiévale, dont la datation précise reste à établir.

5Le sondage ouvert sur le parvis de la cathédrale a permis de compléter le plan de l’édifice préroman. L’angle opposé de la façade occidentale est en effet apparu à l’extrémité nord de la tranchée, permettant de restituer un édifice d’une largeur de 11,25 m dans œuvre, soit 2,50 m de plus que la nef de la cathédrale romane. La morphologie de ses parties orientales est encore inconnue, mais l’identification d’une maçonnerie appartenant à son mur gouttereau sud à la base du clocher de la cathédrale romane permet de restituer une longueur minimale de 21 m. Par ailleurs, la découverte d’un second mur au sud de la tranchée invite à restituer non pas un massif occidental comme envisagé initialement, mais plutôt un édicule rectangulaire accolé dans un second temps à la partie méridionale de la façade de la cathédrale préromane et dont la fonction reste indéterminée. Le grand nombre de sépultures médiévales et modernes retrouvées dans ce troisième sondage indique par ailleurs que ce secteur a été longtemps utilisé comme espace d’inhumation, jusqu’à ce que l’évêque Jean Soanen déplace le cimetière du côté sud de l’édifice au début du xviiie s.

Senez, place de l’église, vue des vestiges reconnus dans le sondage SE depuis le nord.

Senez, place de l’église, vue des vestiges reconnus dans le sondage SE depuis le nord.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Senez, place de l’église, vue des vestiges reconnus dans le sondage SE depuis le nord.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7984/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 462k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathias Dupuis, « Senez (Alpes-de-Haute-Provence). Place de l’Église », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 225-226.

Référence électronique

Mathias Dupuis, « Senez (Alpes-de-Haute-Provence). Place de l’Église » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7984

Haut de page

Auteur

Mathias Dupuis

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Mathias Dupuis

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals