Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Tours (Indre-et-Loire). Marmoutier

Responsable d’opération : Élisabeth Lorans et Thomas Creissen
p. 227-228

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1Depuis 2006, la fouille porte principalement sur deux parties distinctes du site : d’une part l’emprise de la dernière église abbatiale (zone 1), d’autre part celle de l’hôtellerie de l’abbaye dont le tiers occidental est encore en élévation (zone 3) tandis que les deux autres tiers ont été détruits au début du xixe s. (zone 4).

2Zone 1, exception faite de deux nouvelles inhumations disposées en avant de la première façade de l’abbatiale romane, l’essentiel du travail a porté sur des niveaux de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge observés dans deux secteurs peu touchés par les fouilles des années 70. Trois sépultures – dont une seule a été fouillée complètement, les deux autres étant en limite de fouille – semblent correspondre à la limite occidentale de l’espace funéraire déjà repéré et provisoirement daté du ixe s., Ce petit cimetière constitué de tombes masculines suggère que les vestiges maçonnés enserrent un lieu de culte.

3Dans les secteurs fouillés, il semble qu’une partie des niveaux du haut Moyen Âge ont été détruits : en témoigne l’absence de niveau intermédiaire entre les sépultures fouillées et les couches du ive-ve s. Ceci paraît corroborer les observations effectuées les années passées.

4Les niveaux de la fin de l’Antiquité sont constitués de couches d’occupation extérieure et de démolition, en lien avec deux murs N-S, dont le plus occidental pourrait marquer la limite du site antique. En effet, un sondage pratiqué dans l’angle NE de la zone 4, à quelques dizaines de mètres de la zone 1, a révélé l’absence de niveaux antiques, qui reste toutefois à confirmer.

5Dans l’emprise de l’ancienne hôtellerie, l’essentiel du travail a porté sur des niveaux du haut Moyen Âge, fouillés par passes mécaniques de 5 cm en l’absence d’une stratification visible à l’œil nu. Un certain nombre de creusements de taille et de forme diverses ont été mis au jour. En l’état actuel, aucun plan ne se dessine vraiment et leur fonction reste difficile à déterminer. Plusieurs prélèvements ont été réalisés dans les niveaux de terre sombre alternant avec des remblais qui occupent ce secteur. Leur analyse micromorphologique, effectuée par Carole Vissac, a révélé des séquences microstratifiées qui résultent de l’impact des processus biologiques et de phases d’accumulation progressive entrecoupées d’épisodes de fréquentation ou d’apports plus massifs. L’accumulation est liée à des rejets d’activités diversifiées.

6Des sondages ont également été effectués pour apporter des précisions sur la grande hôtellerie édifiée fin xiie-début xiiie s. et sur la juxtaposition du porche de l’église abbatiale gothique à son pignon oriental.

7L’étude de la tour des cloches, menée dans le cadre d’un mémoire de master 1, a été achevée ; la présence d’un bon nombre de restes de cintres a permis de recourir à des analyses dendrochronologiques qui ont fourni un terminus post quem en 1046. La construction de ce clocher séparé de l’église romane peut donc être attribuée au milieu du xie s. (on sait qu’il était déjà construit en 1105).

8La campagne 2014 a aussi vu les premiers relevés au scanner 3D effectués soit dans le but de sauvegarder des données fragiles, soit pour produire des relevés impossibles à effectuer à la main.

Tours, Marmoutier, la tour des cloches vue du sud. Le niveau de beffroi ayant disparu, une chapelle fut érigée au sommet vers 1820.

Tours, Marmoutier, la tour des cloches vue du sud. Le niveau de beffroi ayant disparu, une chapelle fut érigée au sommet vers 1820.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Tours, Marmoutier, la tour des cloches vue du sud. Le niveau de beffroi ayant disparu, une chapelle fut érigée au sommet vers 1820.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7989/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Lorans et Thomas Creissen, « Tours (Indre-et-Loire). Marmoutier », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 227-228.

Référence électronique

Élisabeth Lorans, Thomas Creissen, « Tours (Indre-et-Loire). Marmoutier » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7989

Haut de page

Auteurs

Élisabeth Lorans

Articles du même auteur

Thomas Creissen

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Élisabeth Lorans

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Thomas Creissen

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals