Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 3. – Projets collectifs de recherche

Saint-Gilles-du-Gard (Gard). Ancienne abbaye

Responsable d’opération : Andreas Hartmann-Virnich
p. 229-230

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014
Haut de page

Texte intégral

1Soutenus matériellement et institutionnellement par la DRAC Languedoc-Roussillon et la Ville de Saint-Gilles-du-Gard, les travaux de la seconde année du PCR « Aegimaior » se sont poursuivis dans l’ancienne aire claustrale. L’étude de l’ancienne aile occidentale accompagnée de la mise en œuvre d’un relevé pierre-à-pierre manuel à haute définition a permis de préciser la chronologie relative des états successifs de ce bâtiment qui occupe une place importante dans la chronologie de l’ensemble claustral. Dans son premier état attribuable au milieu du xiie s. environ, l’aile orientale, indépendante de l’aile méridionale étudiée en 2013 dont elle était alors séparée par un passage à ciel ouvert, s’étendait vers le nord bien au-delà de l’emprise de l’abbatiale actuelle. Du côté du cloître, sa façade extérieure était doublée d’une arcature aveugle à l’instar de celle du bâtiment sud, soutenue par une rangée de pilastres engagés de même largeur et espacés selon un module identique. Au centre de chaque travée s’ouvrait une étroite baie rectangulaire dont l’ébrasement intérieur très prononcé était abrité sous un linteau monolithe sur corbeaux chanfreinés. Dans un second temps consécutif à la mise en œuvre de la grande abbatiale tardoromane l’extrémité septentrionale du bâtiment fut détruite, et la salle au rez-de-chaussée raccourcie par l’insertion d’un mur de refend, puis voûtée de trois croisées d’ogive de type « lombard » sur piliers de section rectangulaire adossés aux murs (fig.). En même temps, le mur occidental fut repris en sous-œuvre pour insérer de très larges baies à voûtement incliné : deux modifications inspirées de celles entreprises au même moment, sans doute vers 1200-1220, au collatéral sud de la nouvelle abbatiale.

2Une étude stratigraphique détaillée de la chapelle des Pénitents édifiée, d’après le témoignage du bail à prix fait, de 1602 à 1603, a mis en évidence les vestiges de l’ancienne aile médiévale, largement détruite en 1602 en vue de l’érection de la construction moderne. La stratigraphie murale extrêmement complexe démontre que les destructeurs ont laissé en place deux fragments du mur occidental, dont la construction fruste en petit appareil intégrant des chaînages de longs carreaux de pierres de taille diffère de celle du bâtiment méridional adossé après-coup. Si l’aile orientale médiévale – dont la forme reste incertaine en dehors de l’existence, dès le courant du xiie s., d’une porte ou d’un passage à l’est – constitue de ce fait le plus ancien des bâtiments claustraux, le contraste avec la monumentalité des ailes sud et ouest suggère à la fois un écart chronologique marqué et un changement de qualité : tout porte à croire que la mise en œuvre du complexe claustral a été possible grâce à l’augmentation des moyens financiers, sans lesquels la communauté monastique n’aurait pu envisager, à seulement un demi-siècle d’intervalle, deux reconstructions successives de l’église, celle commencée en 1116, et celle de l’abbatiale actuelle commencée au dernier quart du xiie s., édifice qui conserve dans son mur méridional les matériaux et l’inscription de la fondation remployée de son prédécesseur du début du xiie s.

3Depuis le mois de novembre 2014, des fouilles archéologiques sont conduites à l’emplacement de la galerie nord du cloître, accompagnées, dans le cadre et au titre du PCR, par une campagne de relevés et d’analyse des vestiges bâtis. De la galerie nord, reconstruite lors de l’édification de l’abbatiale actuelle, proviennent les vestiges du radier de galets et de moellons noyé dans un abondant mortier qui formait la semelle de fondation du mur-bahut, et ceux, contemporains, d’une pile de l’arcade latérale adossée après-coup contre le mur gouttereau de l’église dont les fondations, hétérogènes et fortement dénivelées d’un contrefort à l’autre et d’un mur à l’autre, posent la question du niveau de circulation dans la galerie. Outre un caveau monumental d’époque gothique au milieu de la galerie, dont le comblement moderne contenait des fragments de sculpture d’au moins deux tombeaux, respectivement du tournant du xiie au xiiie et du milieu du xive s., le socle en pierre de taille d’un enfeu adossé à la première travée du mur gouttereau témoigne de l’existence, dans la galerie, de sépultures privilégiées, au sein d’une nécropole claustrale de tombes à coffre de pierre, en cours de fouille.

Saint-Gilles-du-Gard, bâtiment claustral ouest, mur oriental. Relevé pierre-à-pierre manuel avec cartographie des modifications du second état.

Saint-Gilles-du-Gard, bâtiment claustral ouest, mur oriental. Relevé pierre-à-pierre manuel avec cartographie des modifications du second état.

Cl. Heike Hansen

Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Gilles-du-Gard, bâtiment claustral ouest, mur oriental. Relevé pierre-à-pierre manuel avec cartographie des modifications du second état.
Crédits Cl. Heike Hansen
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7997/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andreas Hartmann-Virnich, « Saint-Gilles-du-Gard (Gard). Ancienne abbaye », Archéologie médiévale, 45 | 2015, 229-230.

Référence électronique

Andreas Hartmann-Virnich, « Saint-Gilles-du-Gard (Gard). Ancienne abbaye » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7997

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals