Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
VI. – Archéologie subaquatique, épaves et installations portuaires
VI 1. – Opérations de terrain

Terre-de-Haut aux Saintes (Guadeloupe). Épave de la passe de la Baleine

Responsable d’opération : Jean-Sébastien Guibert
p. 313-314

Entrées d’index

Année de l'opération:

2015
Haut de page

Texte intégral

1L’opération a permis de documenter l’épave connue sous le nom de l’épave de la Baie des Saintes ou de la Passe de la Baleine, située dans le nord de la commune de Terre-de-Haut aux Saintes (Guadeloupe) à une profondeur de 24 m. L’hypothèse d’identification de cette épave comme étant celle de l’Anémone, une goélette de la Marine Royale construite en 1823 à Bayonne et perdue aux Saintes en 1824 est confirmée par ces premiers résultats.

2Le site de l’épave de la baie des Saintes se matérialise par un tumulus de sable long de 25 m qui laisse apparaître la partie supérieure de la carène d’un navire : des gueuses de plomb sont utilisées en lieu et place de pierres de lest. Des plaques de doublage et des chevilles en cuivre jonchent les fonds à proximité de l’épave. Cette épave, a été officiellement découverte par C. Édouard en 1995, et déclarée aux affaires maritimes le 14 juillet 2000. Une expertise du Drassm menée en mars 2002 a mis en évidence l’intérêt du site. Le mobilier exhumé par les plongeurs locaux indique la présence d’une épave française datant du début du xixe s. La présence de différentes pièces de céramique avec les marques Creil et Montereau dissociées indique une date ante quem de 1840. L’identification de cette épave n’a pu être confirmée par les recherches dans les archives du musée de la Marine. Les recherches réalisées dans le cadre d’une thèse ont relancé l’identification de cette épave. Le gouverneur de la Guadeloupe Jacob fait état du naufrage de l’Anémone au cours de l’ouragan qui a touché la Guadeloupe et l’archipel des Saintes dans la nuit du 7 au 8 septembre 1824.

3L’Anémone est l’une des six goélettes réalisées dans les années 1820 selon le plan type 1823. Elle est issue du chantier naval de Bayonne. Ont été construites sur le même plan la Rose à Bayonne, la Jacinthe et la Jonquille à Toulon, l’Émeraude et la Topaze à Cherbourg. Il s’agit d’une goélette brick de 21 m de long sur 5, 80 m de large armée à Bayonne le 1er juillet et mise à flot le 7 juillet 1823. Elle est équipée de deux caronades de 12 (SHD Vincennes, 8DD1 9, n° 7 plan type Anémone, 12/2/1823). Pendant son séjour à la Guadeloupe où elle arrive en janvier 1824, l’Anémone joue le rôle de bateau des domaines et participe à la lutte contre la traite illégale.

4L’opération archéologique réalisée du 4 au 12 juillet 2015 confirme cette hypothèse d’identification. Elle avait pour objectif la localisation précise de l’épave, l’étude de son organisation et son identification. L’étude de la culture matérielle (céramique et verre) dont un pichet en grès rhénan Westerwald de facture tardive (fig.) propose une fourchette de datation fin xviiie s. début xixe s. La découverte d’éléments de l’armement (135 balles de plomb, caronade) et d’une partie du chargement (salaison) dans le sondage 1 indiquent un possible rôle militaire de cette épave. Le calibre des balles en plomb pourrait correspondre à celui utilisé dans la marine française entre 1780 et 1830. La plupart des éléments de faune prélevés dans une US cohérente et identifiés comme du bœuf (Bos taurus) présente des traces de découpe. La mise à jour d’une pièce d’artillerie, une caronade de 12 type 1818, correspondant à l’armement de l’Anémone est un élément probant pour identifier de manière quasi certaine cette épave.

5Les caractéristiques de construction navale mises en évidence dans le sondage 1 doivent être confirmées mais elles présentent celle d’un navire léger : membrures simples de 11 cm de large, des clés de 17 cm de large et une membrure double de 24 cm de large, le vaigrage mesure 3 cm d’épaisseur, le bordé 4 cm. Le tout est doublé par des plaques de cuivre. Un échantillon d’une clé a été prélevé pour détermination d’essence, il s’agit de chêne caducifolié.

6Les observations et analyses archéologiques (culture matérielle, faune, artillerie et structure de l’épave) proposent donc une typologie et une fourchette chronologique qui correspondent aux vestiges d’un navire de guerre léger datant de la fin du premier quart du xixe s. Il paraît évident à ce stade de nos recherches d’associer ce site aux vestiges de l’Anémone, seul candidat pour lequel les données historiques correspondent aussi bien aux données archéologiques.

7Cette épave présente les atouts d’un site d’épave modérément profond. Le potentiel d’une bonne conservation des structures et du mobilier est réel. Les observations sur le mobilier archéologique laissent présager un potentiel non négligeable comme en témoigne la présence de sabliers entiers. Ce site présente un intérêt pour la construction navale du début du xixe s. et surtout pour un type et une série de navires peu connus par l’archéologie navale. La confrontation avec les données théoriques des données archéologiques pourrait s’avérer intéressante dans la perspective de l’étude d’une goélette. Ce type de navire a vu le jour dans l’espace de navigation américain et antillais et a fait l’objet d’une appropriation par les marines européennes au xviiie s. puis d’une standardisation de sa construction au xixe s. dont l’Anémone est représentative. Mais ce site possède aussi un fort intérêt patrimonial du fait de son histoire, celle d’un navire de la Marine Royale à l’époque de la Restauration utilisé comme navire du domaine aux colonies et engagé dans la lutte contre la traite illégale.

Terre-de-Haut, pichet en grès rhénan Westerwald avec décors végétaux et initiales GR George (III) Rex (1760-1820). Céramique commune de fabrication tardive (1800-1820), Coll. Drassm.

Terre-de-Haut, pichet en grès rhénan Westerwald avec décors végétaux et initiales GR George (III) Rex (1760-1820). Céramique commune de fabrication tardive (1800-1820), Coll. Drassm.

Dessin F. Bigot ; Cl. J.-S. Guibert.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Terre-de-Haut, pichet en grès rhénan Westerwald avec décors végétaux et initiales GR George (III) Rex (1760-1820). Céramique commune de fabrication tardive (1800-1820), Coll. Drassm.
Crédits Dessin F. Bigot ; Cl. J.-S. Guibert.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/8000/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Sébastien Guibert, « Terre-de-Haut aux Saintes (Guadeloupe). Épave de la passe de la Baleine »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 313-314.

Référence électronique

Jean-Sébastien Guibert, « Terre-de-Haut aux Saintes (Guadeloupe). Épave de la passe de la Baleine » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 05 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/8000

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Sébastien Guibert

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals