Skip to navigation – Site map
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
VI. – Archéologie subaquatique, épaves et installations portuaires
VI 3. – Projet collectif de recherche

Langeais (Indre-et-Loire). Bel-Air

Archaeological project director: Virginie Serna
p. 314-316

Index terms

Year of Investigation:

2015
Top of page

Full text

1Le projet collectif de recherche « Épaves et naufrages en eau douce depuis le haut Moyen Âge. Archéologie d’une réalité nautique au sein du paysage ligérien » est un programme autorisé par la DRAC Centre-Val de Loire pour 3 ans depuis 2014. Il rassemble une équipe pluridisciplinaire de 25 personnes.

2Il a pour thématique de s’intéresser à l’espace nautique ligérien en particulier, en région Centre-Val de Loire et à ses modes de navigation dans sa pratique la plus critique, celle du naufrage.

3Comme en 2003 et 2011, la baisse sévère du niveau de la Loire au cours de l’été 2015 n’a pas manqué de renouveler les découvertes archéologiques dans le lit du fleuve et sur ses berges. Le PCR « Épaves et naufrages » a ainsi recueilli des appels et informations venant de riverains, archéologues, chercheurs, bateliers et promeneurs ayant découvert des vestiges archéologiques. Le PCR a donc procédé par intervention sur de nouveaux objets et extension des terrains de recherche.

4La première intervention sur Montlivault (site de levée du xviie s.) le 20 juin 2015 a marqué le départ des interventions sur le terrain, dans un contexte de pillage de sites.

5L’apparition du site de naufrage d’un chaland à Langeais, au lieu-dit Bel-Air (37) a marqué d’une profonde empreinte le PCR. L’appréciation rapide de sa qualité patrimoniale, la mise en place diplomatique de sa déclaration, l’organisation efficace de la première intervention sous la responsabilité de C. Peschang, la mise en œuvre de l’expertise conjointe du Drassm (A. Dumont) et le SRA sur le site le 28 août, l’écriture à plusieurs mains du compte rendu, les contacts pris au musée de l’armée (S. Leluc), au Drassm (M. Jaouen, Y. Billaud, A. Dumont), les liens ténus à maintenir coûte que coûte avec les « inventeurs » , la prise en main de l’opération de prélèvement d’un râble à des fins de datation (O. Troubat, P. Defaix, C. Lavier), le suivi du site et de son érosion (P. Jugé), les prises de vue aérienne (F. Ayrault), la transcription du procès-verbal (F. de Person), le travail immédiat sur le contexte historique (F. Billacois) et la perspective d’une maquette à petite échelle du chaland (F. Ayrault) ont montré l’appétence des membres du PCR à se saisir du site dans sa globalité.

Expertiser le site

6Apparu en 2011, puis en 2014, le site archéologique a été particulièrement visible dès le mois de juillet 2015, à la faveur d’une incision récente du lit du fleuve, d’une érosion active dans ce secteur et d’une baisse des eaux très importante. Jusqu’à ces dates, comme le montrent les études en cours de P. Jugé, le site se trouvait sous un banc de sable voire une île dont le substrat assurait la conservation.

7Le site archéologique se compose aujourd’hui de l’épave d’un grand bateau assemblé, un chaland de Loire, échoué perpendiculairement au courant actuel, dont une partie du fond et des bordés sont visibles. La cargaison du chaland se concentre autour de l’épave et se répand en aval sur 900 m environ. Une partie du bateau reste encore enfouie sous le sable, ce qui en constitue sa meilleure protection.

8Sur la partie encore peu perturbée et observable, dix planches de chêne en connexion forment sans doute la sole du chaland. Deux râbles chevillés maintiennent en connexion cette partie de la sole, vidée de son chargement. Certaines planches offrent la marque d’un palatrage en place (calfatage de fougères et lattes) assurant l’étanchéité du bateau. Séparée de ce premier ensemble de la sole, une planche de bordé assemblée à une courbe est encore en place confirmant une construction solide, pour un bateau de charge destiné à transporter une cargaison pondéreuse. Un troisième ensemble, en aval, composé de deux courbes permet d’estimer une largeur de coque d’au moins 3,80 m.

9Il est difficile de confirmer la position exacte du bateau échoué mais la forme et la taille de l’arronçoir avant bâbord (pièce spécifique au bateau ligérien) indiquerait que l’avant de l’épave se situerait en rive gauche.

La cargaison

10Des boulets d’artillerie de marine de différents calibres (4, 6, 8, 12, 18 et 24 livres) constituent le chargement le plus dense de l’épave. Encore en place dans et autour de la coque, ils forment des artéfacts précieux pour comprendre l’organisation, dans le bateau, du chargement. Ce dernier est composé également de roues de charrettes et de caissons d’artillerie (fermés avec ferrures et couvercles en bâtière en place). L’un d’eux, en rive gauche, en aval du site, a pu être observé. Il s’agit d’un caisson ouvert à deux compartiments gisant à environ 80 m du site, indiquant ainsi l’ampleur de la dispersion de la cargaison. Le caisson a été observé sur une longueur de 120 cm environ pour une largeur de 80 cm et une hauteur de 20 cm. Il est incomplet (sans son couvercle en bâtière) mais le fond du caisson est visible. Il se compose de deux compartiments de 60 cm chacun. Un renfort ou une pièce liée à la fermeture du caisson de 15 cm de longueur a été observé. Des ferrures de part et d’autre fermaient les compartiments. Le caisson est vide, sans boulets. Ce type d’objet est bien connu ; il s’agit d’un caisson d’artillerie, de type « Gribeauval », mis au point entre 1775 et 1788. Très commun pendant toute cette période, s’apparentant à une charrette, le caisson d’artillerie est conçu pour être éphémère, produit à très grande échelle, dans un matériau périssable et composite (bois et fer). Deux exemplaires, une maquette et un à l’échelle 1, se trouvent dans les collections du musée de l’Armée à Paris. Cette cargaison de type militaire était destinée à la Marine de guerre et à destination d’un port-arsenal, Rochefort ou Brest, Lorient, sans écarter Nantes, Paimboeuf ou les Colonies.

15 Ventôse an III (5 mars 1795) : Procès-verbal d’avary de battaux…

11Afin d’affiner l’expertise, il convenait de rechercher une des pièces manquantes de ce dossier, à savoir le procès-verbal de naufrage. Ce dernier avait déjà été retrouvé dans les minutes notariales d’Indre-et-Loire. Intitulé Procès-verbal d’avary de battaux… et daté du 15 Ventôse an 3 (5 mars 1795), ce document d’archive manuscrit de neuf pages est une pièce majeure à verser à l’étude du site de Langeais. Il complète des lacunes importantes sur le site en répondant à nos interrogations tant sur la cargaison et son origine, que sur la destination du convoi. Le procès-verbal renseigne également sur le statut du chaland, le voiturier et son équipage, les conditions de navigation, le type de navigation, les causes du naufrage et vient conforter la date pressentie du xviiie s. Son étude fine et précise au sein du PCR « Épaves et naufrages » est en cours.

12La date de 1795 précise également le contexte historique du naufrage. Quelques mois après la chute de Robespierre, la République thermidorienne tente par tous les moyens de pacifier le grand Ouest de la France, secoué quelques mois auparavant par la guerre civile et le soulèvement vendéen. À Paris, les autorités entrent en contact avec les chefs vendéens pour trouver, par des négociations, un moyen de signer une paix qui rendrait plus sûre les campagnes, les routes et sécuriserait les voies fluviales. La Loire, axe de communication par excellence, sert donc à nouveau pour le transport des denrées et les munitions pour Rochefort ou Brest, ports-arsenaux où attendent les navires républicains.

Perspectives

13L’étude de ce site de naufrage dans toute son ampleur et son questionnement entre pleinement dans les principes énoncés du projet collectif de recherches sur les épaves et naufrages. Il répond par sa matérialité à la confirmation d’une Loire, fleuve conservatoire de site archéologique, laboratoire pour une étude de la dynamique fluviale, lieu d’une histoire événementielle autour du naufrage, territoire renouvelant l’idée d’un espace marchand et militaire au service des arsenaux du roi pendant tout le xviiie s.

14Ce site est exceptionnel à plus d’un égard et toutes ses facettes doivent en être étudiées : son processus de découverte, ses données environnementales, historiques et archéologiques mais aussi ses données architecturales, l’étude de sa taphonomie et du déplacement des artéfacts par les courants de Loire, le phénomène social autour de l’objet « épave » et les tentatives de pillage.

15Ce site pointe également par sa topographie et l’étendue des vestiges éparpillés, l’évolution toujours en cours du fleuve Loire et témoigne de l’incision du fleuve et des conséquences du changement climatique sur l’espace fluvial et son patrimoine.

16Il prend part grâce à sa qualité patrimoniale au grand débat sur le patrimoine naturel et culturel du fleuve Loire.

17C’est dans ce cadre que nous proposerons prochainement la mise en œuvre d’une fouille programmée en 2016, à envisager avec une équipe pluridisciplinaire comprenant des archéologues, des charpentiers connaisseurs de la batellerie ligérienne et des historiens spécialistes de l’artillerie et de la Marine royale dont le PCR assumera la coordination.

Langeais, vue aérienne.

Langeais, vue aérienne.
Top of page

List of illustrations

Title Langeais, vue aérienne.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/8005/img-1.jpg
File image/jpeg, 1.0M
Top of page

References

Bibliographical reference

Virginie Serna, « Langeais (Indre-et-Loire). Bel-Air »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 314-316.

Electronic reference

Virginie Serna, « Langeais (Indre-et-Loire). Bel-Air » [Note of archaeological project],Archéologie médiévale [Online], 46 | 2016, Online since 15 February 2018, connection on 01 April 2020. URL: http://journals.openedition.org/archeomed/8005

Top of page

About the author

Virginie Serna

ministère de la Culture et de la Communication

By this author

Top of page

Archaeological project director

Virginie Serna

ministère de la Culture et de la Communication

Project(s) supervised by this archaeologist

Top of page

Copyright

Archéologie Médiévale

Top of page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals