Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
IV. – Sépultures et nécropoles
IV. 1. – Opérations de terrain

Illfurth (Haut-Rhin). « Buergelen » et « Hasenrain »

Responsable d’opération : Muriel Roth-Zehner, Amandine Mauduit et Hélène Barrand Emam
p. 258-259

Entrées d’index

Année de l'opération :

2005, 2015, 2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Antea Archéologie

Texte intégral

1Illfurth est connu de longue date pour son oppidum Hallstattien, situé sur les hauteurs du Britzgyberg (env. 360 m d’alt.). La commune a également livré de nombreux vestiges du haut Moyen Âge, présumés par des découvertes fortuites, mais également par la fouille d’un sanctuaire (Burnkirch) dans les années 1980. Cette occupation a été confirmée par la mise au jour d’un important ensemble funéraire, diagnostiqué en 2003 puis fouillé au cours de trois opérations préventives en 2005, 2015 et 2016. Le site d’Illfurth Buergelen et Hasenrain est implanté en contrebas de l’oppidum protohistorique, sur une terrasse à l’ouest du Britzgyberg dominant la vallée de l’Ill. L’installation des sépultures s’est donc effectuée dans un secteur accusant une forte pente.

2Les trois interventions successives ont mis au jour plus de 193 fosses à inhumation accueillant au moins 201 individus, ainsi qu’une trentaine d’enclos fossoyés circulaires. Cet ensemble funéraire, l’un des plus importants découverts en Alsace à ce jour, a été utilisé au cours du haut Moyen Âge, à partir de la seconde moitié du vie s. et tout au long du viie s. Sa durée d’utilisation n’a pas encore été cernée avec précision ; des tombes sans mobilier font actuellement l’objet de datations 14C, afin de vérifier si l’aire funéraire perdure au cours de la période carolingienne, comme cela a récemment été démontré dans certaines nécropoles communautaires alsaciennes. Si les limites nord et est ont été appréhendées dès la première opération, la limite orientale est régie par des contraintes d’ordre topographique, l’implantation des sépultures s’arrêtant à un niveau d’escarpement trop important. La forte densité des inhumations observée sur les bords sud et ouest de l’emprise de fouille laisse présager que l’ensemble funéraire se poursuit encore au-delà des surfaces explorées.

3Les tombes sont organisées en rangées orientées N-S plus ou moins régulières. Quelques cas très ponctuels de recoupements, d’inhumations successives dans une même fosse sépulcrale ainsi que de rares réductions de corps peuvent être soulignés. Malgré un taux de pillage avoisinant 50 %, les sépultures sont suffisamment bien préservées pour permettre l’observation des pratiques funéraires dans leur ensemble. Les aménagements des tombes correspondent aux pratiques connues pour la région, à savoir de très grandes fosses quadrangulaires, le plus souvent dotées de coffrages en bois, dont l’organisation interne est dite « bipartite » ; les défunts sont déposés dans un contenant en bois occupant la moitié nord de la fosse, la moitié sud restant dévolue aux dépôts funéraires. Le site d’Illfurth a également livré six cas de coffrage en pierres sèches, ainsi que des fosses plus étroites dans lesquelles la présence d’un coffrage ne peut être affirmée. Ces types d’architecture funéraire, coïncidant avec une raréfaction du mobilier, semblent correspondre à des inhumations plus tardives (viiie s. et au-delà).

4Les tombes ont livré un grand nombre d’objets, notamment dans certaines considérées comme « privilégiées. » Ainsi, dans les sépultures féminines, quatre fibules ont été mises au jour : trois en or et en alliage cuivreux à décors au filigrane et verroteries montées en bâte et une fibule discoïde en fer damasquiné. D’imposantes châtelaines et un conséquent corpus de perles en pâte de verre et en ambre ont également été découverts. Conformément aux pratiques funéraires du viie s., les sépultures masculines ont livré un armement principalement constitué de scramasaxes. Les autres types d’armes – épées longues, fers de lance, pointes de flèches, umbo de boucliers et haches – se rencontrent en nombre plus réduit. On relève également la présence d’éperons en fer dans cinq sépultures. Le mobilier était soit déposé, généralement dans la moitié sud de la fosse, composé dans ce cas d’objets usuels et d’ustensiles (vaisselle en céramique et en verre, peignes, paires de forces) ou d’éléments d’armement dans les sépultures masculines (lance, flèches), soit en position fonctionnelle, directement dans le contenant accueillant le défunt : éléments liés à l’habillement (ceintures, éléments de chaussures), à la parure (fibules, colliers de perles ou en métal, boucles d’oreilles, épingles à cheveux, bagues, bracelets, châtelaines accompagnées d’ustensiles et/ou de breloques) et à l’armement (épées longues, scramasaxes, couteaux, aumônières munies de petit outillage).

Illfurth, Buergelen-Hasenrain, plan de l’ensemble funéraire (opérations de 2005, 2015 et 2016), cliché d’une sépulture féminine et d’un coffrage en pierre sèche.

Illfurth, Buergelen-Hasenrain, plan de l’ensemble funéraire (opérations de 2005, 2015 et 2016), cliché d’une sépulture féminine et d’un coffrage en pierre sèche.

Cl. et DAO Antea-Archéologie

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illfurth, Buergelen-Hasenrain, plan de l’ensemble funéraire (opérations de 2005, 2015 et 2016), cliché d’une sépulture féminine et d’un coffrage en pierre sèche.
Crédits Cl. et DAO Antea-Archéologie
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/8013/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Muriel Roth-Zehner, Amandine Mauduit et Hélène Barrand Emam, « Illfurth (Haut-Rhin). « Buergelen » et « Hasenrain » », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 258-259.

Référence électronique

Muriel Roth-Zehner, Amandine Mauduit, Hélène Barrand Emam, « Illfurth (Haut-Rhin). « Buergelen » et « Hasenrain » » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/8013

Haut de page

Auteurs

Muriel Roth-Zehner

Antea Archéologie

Articles du même auteur

Amandine Mauduit

Antea Archéologie

Hélène Barrand Emam

Antea Archéologie

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Muriel Roth-Zehner

Antea Archéologie

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Amandine Mauduit

Antea Archéologie

Hélène Barrand Emam

Antea Archéologie

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals