Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
IV. – Sépultures et nécropoles
IV. 1. – Opérations de terrain

Nohant-Vic (Indre). Nohant/Office de tourisme

Responsable d’opération : Jérôme Livet
p. 261-262

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Inrap

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0142748

Texte intégral

1Le réaménagement de l’office de tourisme de Nohant a entraîné la réalisation d’un petit diagnostic archéologique (73,53 m2) à moins de 50 m de l’église Sainte-Anne. Les vestiges les plus anciens, deux sépultures immatures exhumées dans l’angle sud de l’emprise, au plus près de l’édifice de culte, témoignent de l’occupation du bourg au viiie ou ixe s. Cette ancienneté de l’occupation avait déjà été évoquée en 1993, suite à la découverte dans le parc du domaine de Georges Sand, à environ 130 m au SE du chevet de l’église, de sépultures attribuées, sans réelle étude, à la fin de l’Antiquité ou au premier Moyen Âge. Les inhumations découvertes en 2016, dont l’une a été datée par 14C, suggèrent toutefois, dans l’hypothèse d’une contemporanéité avec celles identifiées précédemment, l’existence d’une aire sépulcrale étendue au centre du bourg actuel ou une organisation multipolaire, voire dispersée des tombes altomédiévales.

2Les traces d’occupation du haut Moyen Âge se résument, dans le cas présent, à ces deux structures funéraires, moyennement bien conservées, et à un tesson décoré à la molette, recueilli en position secondaire dans un silo qui recoupe une des sépultures et semble daté du xiie s. Cette stratigraphie peut signifier une modification de la fonction du secteur environnant l’église qui aurait alors perdu sa fonction funéraire. Ce phénomène, lié à l’affirmation du statut paroissial et à la consécration systématique d’espaces sacrés, s’accompagnant parfois de la « monumentalisation » des édifices de cultes, apparaît assez fréquent entre les xe et xiie s. L’église de Nohant, dont les éléments les plus anciens conservés sont attribués au xie et xiie s., pourrait participer de ce mouvement. La quasi-totalité du matériel céramique collecté au cours de l’opération appartient à cette période centrée autour du xiie s., sans qu’il soit réellement possible d’associer les tessons à des faits précis, renforçant l’impression d’un développement de l’occupation au Moyen Âge central, peut-être autour de la nouvelle église.

3Par la suite, l’aire sépulcrale figurée sur l’Atlas de Trudaine (1745-1780), même si celui-ci ne peut être finement recalé topographiquement, n’est pas attenante à l’église Sainte-Anne. Elle semble plus exactement correspondre à l’emplacement des sépultures reconnues en 1993. Cette interprétation amène à s’interroger sur les conditions d’implantation de l’église paroissiale et la situation de son cimetière. Il apparaît, en effet, inenvisageable au regard de l’attrait de l’autel dans le choix du lieu d’inhumation que l’aire funéraire soit, dans la seconde moitié du Moyen Âge, déconnectée de l’édifice de culte. La représentation de Trudaine traduit-elle alors un état évolué du cimetière paroissial, anticipant les translations extra muros sous les poussées hygiénistes des xviie et xviiie s. ?

4L’emplacement actuel du cimetière, à une dizaine de mètres à l’est de l’église, contre le mur nord du parc du domaine, résulte de l’aménagement de ce dernier entre 1745 et 1841. Les sépultures gênantes ou peut-être simplement celles encore signalées par une pierre tombale ont été déplacées en bordure du jardin et rapprochées de l’église.

5Le diagnostic autorise finalement une réflexion sur l’organisation sépulcrale dans le bourg de Nohant, depuis les premières inhumations au moins du début du Moyen Âge jusqu’au xixe s. et à l’interaction entre ces tombes, l’église Saint-Anne et le château « féodal », futur domaine de George Sand.

Nohant-Vic, carte de synthèse des différents pôles d’inhumation connus.

Nohant-Vic, carte de synthèse des différents pôles d’inhumation connus.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Nohant-Vic, carte de synthèse des différents pôles d’inhumation connus.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/8023/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Livet, « Nohant-Vic (Indre). Nohant/Office de tourisme », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 261-262.

Référence électronique

Jérôme Livet, « Nohant-Vic (Indre). Nohant/Office de tourisme » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 26 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/8023

Haut de page

Auteur

Jérôme Livet

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jérôme Livet

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals